MEMORABILIA

«Contenir la haine ou étouffer la dissidence?» Mathieu Bock-Coté.

Mathieu Bock-Côté, sociologue québécois, apparaît de plus en plus comme un des meilleurs analystes de notre vie politique. Et certainement un des esprits les plus libres.

Voici son opinion sur le projet scélérat et hypocrite de Mme Laetitia Avia, dont les motivations profondes seraient à mon sens intéressantes à décortiquer encore un peu plus.

Je la partage entièrement.

*************************

Mathieu Bock-Côté, Le Figaro, 22 juin 2019.

CHRONIQUE – Nul ne contestera la nécessité de civiliser les médias sociaux et de calmer les fous furieux qui y sévissent. Mais s’il faut maudire la haine, on aura au moins la décence de la définir sans œillères idéologiques.

La députée LREM Laetitia Avia a présenté à la commission des lois de l’Assemblée nationale sa proposition de loi sur «la haine en ligne». Cette préoccupation, de plus en plus présente dans le monde occidental, doit pourtant susciter de grandes inquiétudes. Si chacun peut convenir de la nécessaire civilisation des mœurs sur les réseaux sociaux, où se déversent quotidiennement des torrents de la boue virtuelle la plus toxique qui soit, certains se demandent si une telle politique ne conduira pas à une extension du domaine de la censure. La lutte contre «la haine en ligne» ne risque-t-elle pas de virer assez rapidement à la mise à l’index des idées qui ont mauvaise réputation et qui ne s’expriment pas toujours dans un langage amidonné? Ce n’est pas la première fois que LREM essaie de restreindre le domaine de la liberté d’expression.

» LIRE AUSSI – François Sureau: «Les lois liberticides prospèrent sur notre démission collective»

Car la question de la haine est plus complexe qu’on ne le croit. De manière quasi rituelle, on l’assimile au combat contre le racisme, l’antisémitisme, l’«islamophobie», l’homophobie et le sexisme. Qui s’y opposera? Toutefois, la définition de ces termes ne cesse de s’étendre. Qui s’oppose à l’immigration massive a de bonnes chances de passer pour raciste. Qui critique l’islam ou s’oppose à l’islamisme sera quant à lui étiqueté islamophobe ou antimusulman. Le refus de souscrire à l’agenda LGBTIQ+ vaudra assurément à l’inconscient qui s’y risque une réputation d’homophobe ou de transphobe. En d’autres mots, le régime diversitaire en vient presque inévitablement à ranger dans la catégorie des haineux ceux qui refusent de s’y soumettre. Peut-être est-ce inévitable lorsqu’on se croit porté par le sens de l’histoire.

C’est plus fort qu’elle: la gauche a tendance à transformer son combat politique en croisade idéologique et à transformer ses adversaires en ennemis du genre humain. Elle «extrême-droitise» systématiquement ceux qui lui résistent. La pensée progressiste se construit en rejetant dans les marges ce qui lui est étranger. Ne lui suffit-il pas de classer une idée à droite pour se croire dispensée de la discuter?

Dans son esprit, toute résistance à sa vision de l’émancipation s’exprime au mieux par l’ignorance, au pire par l’intolérance. Sans surprise, elle accuse ceux qui lui résistent de verser dans la haine. Ne serait-ce que pour cela, on devrait relativiser le concept de «discours haineux» ou d’«incitation à la haine» qui prend tant d’importance aujourd’hui.

Pour nos progressistes, ce sont toujours les groupes «minoritaires» qui sont victimes de la haine issue d’une «majorité» heurtée à l’idée de perdre ses privilèges et se déchaînant pour cela contre eux. La haine contre la «majorité», lorsqu’on daigne la reconnaître, sera interprétée comme une réaction exagérée mais légitime de défense des groupes discriminés contre le sort qu’ils subissent. Cette théorisation d’une haine à sens unique n’a rien pour surprendre. Faut-il rappeler que la sociologie diversitaire ose nier l’existence du racisme anti-Blancs comme si ce concept était fondamentalement absurde? Aussi bêtement militante soit-elle, cette sociologie n’en demeure pas moins aujourd’hui dominante, à la fois dans les sciences sociales et dans le système médiatique.

» LIRE AUSSI – Loi «contre la haine» sur internet: objectif louable mais danger pour la liberté d’expression!

Il existe pourtant aussi un progressisme haineux. Lorsque nos progressistes nazifient ceux qu’ils appellent les populistes, ils y cèdent. Il suffit de voir de quelle manière des figures publiques jugées controversées sont traitées sur les réseaux sociaux dès qu’ils sont rattrapés par la polémique. Le rituel est toujours le même: on les conspue, on les diabolise, on se demande pourquoi ils ont droit à une tribune et on en appelle à leur expulsion de l’espace public. Contre les salauds officiels du régime diversitaire, toutes les injures sont permises. Il suffit de voir le traitement réservé à un Éric Zemmour, qui subit une campagne de diffamation permanente dans les grands médias et sur les réseaux sociaux pour comprendre que la haine en elle-même n’indigne pas nos progressistes, et qu’ils n’y sont pas étrangers.

Revenons-y: nul ne contestera la nécessité de civiliser les médias sociaux et de calmer les fous furieux qui y sévissent en y multipliant les propos les plus abjects, clairement diffamatoires. Mais s’il faut maudire la haine, on aura au moins la décence de la définir sans œillères idéologiques. Sans quoi on sera en droit de se demander si la question de «la haine en ligne» ne sert pas plutôt de prétexte pour justifier le contrôle politique et idéologique sur les réseaux sociaux. Ce qu’on leur reproche, essentiellement, c’est d’être un espace se dérobant aux codes de la respectabilité politico-médiatique où peut s’exprimer sans complexe et quelquefois de manière débridée une vision du monde hostile à l’idéologie dominante. Autrement dit, il est bien possible qu’on cherche moins à contenir la haine qu’à étouffer la dissidence.

***************************

NB: les caractères gras sont de ma main.
Artofus.
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :