MEMORABILIA

Ivan Rioufol : « Je suis accablé que des journalistes réclament la censure contre l’un des leurs ! »

Scroll down to content

 

Ivan Rioufol : « Je suis accablé que des journalistes réclament la censure contre l’un des leurs ! »

– Après la levée de boucliers par ses collègues journalistes, Éric Zemmour fait, à présent, l’objet d’une enquête judiciaire pour « injures publiques » et « provocation à la haine ». Ivan Rioufol, qui était présent, samedi, à la Convention de la droite, prend sa défense. Sans partager pour autant son analyse, son pessimisme et son diagnostic.

Eric Zemmour s’est fait reprocher ses propos tenus lors de la Convention de la droite à la fois par la justice et le syndicat des journalistes. Vous avez soutenu le polémiste. Que pensez-vous de cette polémique qui enfle ?

Selon moi, les journalistes devraient par essence protéger la liberté d’expression. Je suis donc accablé que quelques-uns réclament la censure d’un journaliste simplement parce qu’il ne parle pas d’une manière agréée par le discours convenu.
En même temps, je peux comprendre les reproches qui sont faits à Eric Zemmour. Je trouve moi-même ses propos parfois un peu outranciers.
Il voit certes le monde d’une façon très pessimiste, mais ses propos peuvent être contredits. Ceux qui veulent le faire taire renoncent par là-même à la contradiction. Il renonce par là-même au dialogue. Nous sommes face à une incapacité de comprendre ce qu’est la liberté d’expression.

Est-ce que vous-même, lorsque vous écoutiez le discours d’Eric Zemmour, vous êtes-vous dit qu’il était allé peut-être un peu trop loin ?

Oui, j’ai trouvé qu’il était allé un peu trop loin. Je lui ai même dit le lendemain lorsque nous nous sommes croisés au Figaro. Je lui ai dit que je ne partageais pas sa vision pessimiste de la France. Je crois même que j’ai exprimé ce point de vue lors d’une courte prise de parole au cours de cette réunion.
C’est néanmoins sa liberté que d’être à ce point collapsologue. On accepte bien les collapsologues lorsqu’ils décrivent la fin du monde en matière de climat, on peut bien les accepter lorsqu’ils décrivent la fin du monde pour des questions identitaires. Or, il y a en la matière deux poids deux mesures qui me paraissent indéfendables. Pour autant, cela ne m’empêche pas de penser que les propos d’Éric Zemmour auraient pu être un peu atténués, car ils me paraissaient excessifs, et même erronés sur une partie de son analyse.

On présente souvent Bernard Henri Lévy comme l’épouventail de la droite. Eric Zemmour n’est-il pas en quelque sorte son alter ego pour la gauche ? N’est-il pas finalement son alter ego intellectuel ?

Je ne sais pas. Je trouve que le parallèle est un peu désuet. Je trouve que Éric Zemmour force à réfléchir sur les questions qu’ils posent, même si elles ne sont pas toujours bien posées. Il oblige en tout cas à aller au-delà des conventions et à s’interroger pour savoir si la France est un pays fragile. Oui, la France est un pays fragile. Est-ce que pour autant c’est un pays détruit ?
Il a dit dans son discours que tout a été détruit. Je ne suis pas d’accord sur ce diagnostic, la meilleure preuve en est le mouvement des gilets jaunes avec un peuple qui entend renaître, ou en tout cas qui n’entend pas succomber au suicide imposé.
Quand il fait porter à l’islam la responsabilité de tous les maux, je ne suis pas d’accord non plus. Car les premiers qu’il faut tenir pour responsable de la désintégration de la France, ce n’est pas islam, mais ceux qui ont ouvert les portes à l’islam, ceux qui nous gouvernent, les traîtres d’aujourd’hui. Il se trompe entre les responsables et les boucs-émissaires.
Sur ces deux analyses-là par exemple, je suis en désaccord avec lui. Ce sont cependant des désaccords intellectuels qui peuvent se régler par des discussions et non pas par des oukases et des interdits.

Quoi qu’il en soit la justice s’est saisie de ce sujet pour incitation à la haine. Est-ce bien le rôle de la justice ?

Je trouve que nous sommes dans une régression liberticide qui s’aggrave d’année en année.

On oublie l’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Il dit que la libre communication des pensées et des opinions est un droit fondamental. Tout citoyen peut donc parler, écrire et s’exprimer librement. Certes, cet article rajoute, sauf à abuser de cette liberté et dans les cas déterminés par la loi. Or, justement ces abus de liberté sont de plus en plus déterminés par la loi et se rétrécissent d’une année sur l’autre.

Il faut prendre garde à un moment donné que la liberté d’expression ne soit pas un vain mot.

Ce bien précieux devient de plus en plus malmené, y compris par les journalistes. Et c’est précisément ceci qui me révulse.

************************

Publicités

2 Replies to “Ivan Rioufol : « Je suis accablé que des journalistes réclament la censure contre l’un des leurs ! »”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :