MEMORABILIA

Face aux barbus, les féministes trahissent leur cause, Rioufol.

Le Figaro.  28 novembre 2019.

https://www.lefigaro.fr/vox/societe/ivan-rioufol-quand-les-feministes-trahissent-leur-cause-20191128

CHRONIQUE – Impossible de prendre au sérieux ces femmes qui dénoncent le patriarcat tout en baissant les yeux devant des barbus machistes.

***********************

Les cinq audacieuses ont tenu un quart d’heure: pour avoir brandi des panneaux dénonçant l’agression de femmes par des immigrés, elles ont été éjectées de la marche contre les violences sexistes et sexuelles, samedi à Paris. Telle est l’absurdité de l’idéologie antiraciste: elle force à regarder ailleurs dès que des minorités protégées sont mises en cause. Sous les cris de: «Fachos!», les jeunes filles ont dû quitter la manifestation (40.000 personnes). Mais comment lutter contre les salauds s’il n’est permis d’accuser que le mâle blanc occidental et judéo-chrétien? En mai 2017, les riveraines du quartier parisien Chapelle-Pajol (18e) avaient fait connaître leurs exaspérations à se faire harceler par des clandestins. La «féministe» Caroline de Haas, co-organisatrice de la marche, avait suggéré que la mairie élargisse les trottoirs… Là où le féminisme serait utile, ses représentantes se voilent la face. Ce n’est pas qu’une image.

Le 10 novembre, nombreuses furent les militantes d’extrême gauche, dont Caroline de Haas ou Clémentine Autain, à se joindre aux islamistes pour défendre le voile, cette visibilité revendiquée par les Frères musulmans et leurs réseaux.

Or la dhimmitude, qui est l’état d’infériorité réservé aux non-musulmans en pays islamiques, commence par cette déférence.

L’historienne Bat Ye’or alerte sur cette attitude qui se répand. Elle s’est révélée désastreuse pour les chrétiens et des juifs du Moyen-Orient: ils ont été progressivement éliminés des pays qui les avaient vus historiquement naître.

La France n’en est pas là. Toutefois, le silence de ces fausses rebelles face à l’islam sexiste raffermit le sentiment de supériorité qui structure une doctrine dont le dessein est de dominer le monde endormi. Impossible de prendre au sérieux ces femmes qui dénoncent le patriarcat tout en baissant les yeux devant des barbus machistes. En trahissant leur propre cause, ces soumises se déshonorent.

 

La capitulation des néoféministes devant une culture qui donne autorité à l’homme sur la femme et permet de battre l’épouse (sourates II-228 et IV-34) le démontre, s’il le fallait: l’antiracisme a fait alliance avec l’islamisme, en le préservant des critiques. Cette aberration est la conséquence d’une dialectique qui a fait du «dominé» le symbole intouchable d’une injustice décrétée.

L’écrivain algérien Kamel Daoud a reçu des belles âmes une pluie d’injures pour avoir écrit en 2016, à propos du sexisme dans «le monde d’Allah»: «La femme est niée, refusée, tuée, voilée, enfermée ou possédée.» Son article répondait aux viols et violences commis par de jeunes Maghrébins à Cologne et dans d’autres villes allemandes, lors de la Saint-Sylvestre.

À l’époque, l’incontournable de Haas avait tweeté: «Ceux qui me disent que les agressions sexuelles en Allemagne sont dues à l’arrivée de migrants: allez déverser votre merde raciste ailleurs.» C’est ainsi que les femmes des cités ont été laissées à leur sort

L’Observatoire des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis vient de révéler l’expansion de la prostitution des mineures. Un tiers des filles a moins de 15 ans.

Leurs parcours sont précédés de viols, d’attouchements, de coups à la maison, de harcèlement à l’école.

Devant ces drames, l’indifférence dont font preuve les militantes de #NousToutes fait honte. Qu’attendent-elles pour manifester à Saint-Denis ou à Montfermeil?

Les rares femmes qui résistent à l’emprise coranique sont, elles, la cible de critiques féroces. L’ancienne journaliste de Charlie Hebdo, Zineb El Rhazoui, est la bête noire de la gauche perdue alors que la jeune femme a accepté, avec un courage inouï, de mettre sa vie en danger pour alerter sur l’islam.

L’autre jour elle a été injuriée («conne», «va te faire enc…») par le réalisateur des Misérables, Ladj Ly, un film encensé par la critique. Ce sont ces femmes d’honneur qu’il faut suivre.

Nommer l’adversaire

La France se perdra si elle se laisse piéger dans une accusation en «racisme» portée par ceux qui détestent l’homme blanc. La pensée automatique s’acharne ainsi sur Renaud Camus, à nouveau devant la justice ce vendredi, au prétexte que le talentueux écrivain alerte sur un grand remplacement (1), observable en certains points du territoire. «Nous (aussi) sommes la nation», proclame pourtant, comme en exemple, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), proche de Tariq Ramadan.

Ma consœur Judith Waintraub (Figaro Magazine) a été relaxée d’une poursuite en diffamation engagée par ce mouvement islamiste qu’elle avait présentée, avec raison, comme un «instrument de propagande au service d’un projet d’islamisation de la République».

Alexandre Del Valle et Emmanuel Razavi rappellent (2) que les démocraties européennes font face à une offensive globale pensée au Qatar et en Turquie et dont l’un des foyers principaux se trouve en France. C’est là que ses théoriciens espèrent réislamiser les musulmans, tout en fracturant la société. Ils ont déjà trouvé leurs alliés dans l’extrême gauche.

Le courage est de nommer l’adversaire, non de l’épargner.

En 2014, l’actrice Julie Gayet, compagne de François Hollande, avait apporté son concours à un clip dénonçant les mariages forcés des petites filles. Mais afin de ne pas stigmatiser les minorités maghrébines, africaines ou asiatiques qui pratiquent cet usage, la scène avait été lâchement transposée dans l’univers d’une famille parisienne de la grande bourgeoise catholique.

L’autre jour, le pape François a repris ce procédé déloyal. Au lieu de dénoncer l’intégrisme coranique et son prosélytisme, il s’en est pris à la Chanson de Roland, écrite au XIe siècle, dans laquelle les chrétiens contraignent les musulmans vaincus de choisir entre le baptême et l’épée.

«Faisons attention à nos groupes intégristes; chacun a les siens» a-t-il commenté en relativisant le fanatisme islamisme qui terrorise les chrétiens d’Orient et les juifs un peu partout.

************************

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :