MEMORABILIA

« Le Grand Rapatriement », Grégory Roose.

Scroll down to content
Grégory Roose, auteur de « Pensées interdites » : Le Grand Rapatriement antidote du Grand Remplacement [Entretien]

Grégory Roose : « Le Grand Rapatriement, antidote du Grand Remplacement » [Entretien]

 

Grégory Roose : « Le Grand Rapatriement, antidote du Grand Remplacement » [Entretien]

*********************

Par Grégory Roose, fondateur d’Adoxa.info et auteur de Pensées interdites♦ Les livres politiques engagés, radicaux et solidement construits se font rares. Avec Pensées interdites, Grégory Roose s’attaque frontalement au problème de l’immigration extra-européenne en France et réussit à poser un regard dépourvu de passions contre-productives sur ce phénomène ainsi que sur les moyens de le combattre. Pensées interdites est donc un ouvrage précieux ! Dans l’entretien ci-dessous, Grégory Roose revient sur quelques points essentiel de son livre.
Polémia


Polémia : Dans votre premier livre, Pensées interdites, vous distinguez les « cinq stades de l’islamisation », dont le troisième est celui des Revendications. Emmanuel Macron ne veut pas interdire les listes communautaires aux éléctions municipales dans un contexte de développement de droits spécifiques pour les « minorités nationales ». Que cela vous inspire-t-il ?Grégory Roose : La vocation ultime de l’islam est de se répandre sur le Monde. Pour ce faire, il renforce son influence dans le pays à conquérir, appelé Dar al-Harb, le « domaine de la guerre », pour en faire une terre d’islam ou s’applique la loi islamique, la charia, appelée Dar al-Islam ou « domaine de la soumission à Dieu ».

En écho aux cinq piliers de l’Islam, je distingue cinq grandes étapes du processus d’islamisation d’un territoire dont la sournoiserie laisse progressivement place à l’arrogance conquérante. D’abord, la discrétion, lorsque le nombre de fidèles vivant dans le pays ciblé est faible. Puis, la victimisation, pour appeler l’attention de la société hôte et de ses gouvernants sur les conditions prétendument dégradantes et discriminantes dont seraient victimes les croyants, encore minoritaires. Viennent ensuite les phases de revendication, les représentants du groupe religieux s’estimant fondés à exiger de son hôte des aménagements sociétaux, économiques, politiques et surtout religieux eu égard à leur importance démographique grandissante dans le pays d’accueil. Puis, à mesure que le poids démographique et politique de l’islam grandit, celle de l’intimidation et, in fine, de la domination. Totale.

La France se situe entre le stade 3 et le stade 4 du processus d’islamisation, c’est-à-dire entre la phase de revendication et celle d’intimidation.

L’actualité nous donne des illustration quotidiennement de cette situation que le président de la République ne méconnaît pas mais ne tente pas de confiner, encore moins de résorber.

En 2005, les banlieues de France brûlaient suite à la mort accidentelle de deux « jeunes ». En 2019, nos gouvernants savent que si ce genre d’événement se reproduisait, la France serait au bord de la guérilla urbaine. Ils couvent un feu qu’ils pensent pouvoir maîtriser mais qui est alimenté par la multitude des petites provocations du quotidien qui nourrissent paradoxalement les  entreprises de victimisation communautariste.

Emmanuel Macron s’est prononcé contre l’interdiction des listes communautaires aux élections municipales. Il faut dire que le terrain est miné : qu’est-ce qu’une liste communautaire, particulièrement quand elle revêt les habits du pluralisme, de la diversité et des «valeurs de la République» ? Soyons précis. C’est une liste en particulier qui était visée par la requête du sénateur Bruno Retailleau (LR), celle de Union des démocrates musulmans français (UDMF) qui utilise les codes occidentaux pour fabriquer leur piège démocratique. La lecture attentive de leur programme nous révèle que derrière une communication présentable et maîtrisée, ce parti musulman est favorable à l’apprentissage obligatoire de l’Arabe à l’école, à la généralisation du port du voile islamique, au développement de la nourriture halal, à la finance islamique, au droit de vote aux étrangers aux élections locales et le soutien à l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne.

Interdire à un tel parti de se présenter aux élections, auxquelles il obtient, pour l’heure des résultats dérisoires malgré quelques percées dans des territoires perdus de la France, serait à mon sens une erreur stratégique. Il me semble au contraire intéressant de le laisser se développer pour éveiller les consciences endormies et réfractaire à l’idée que la France est en danger d’islamisation. Si ce parti remportait quelques succès électoraux conséquents, l’espoir d’une union nationale contre les dangers de l’islamisation serait autorisé. Pour l’heure, c’est une chimère.

Polémia : Valérie Pécresse a récemment déclaré qu’un enfant sur deux, dans la région Île-de-France est issu de l’immigration, faisant un écho à ce que vous décrivez dans votre livre : « Le grand remplacement n’est pas une théorie, c’est un phénomène »,  écrivez-vous. Vous y accolez l’expression de Grand Rapatriement comme stratégie opérationnelle de remigration, en guise d’ «antidote» au Grand Remplacement. Dans quelles circonstances cette expression s’est imposée à vous ?

Grégory Roose : L’expression fait évidemment référence au Grand Remplacement, phénomène constaté dans de multiples parties des territoires de France et d’Europe, et que les médias officiels ternissent, dévoient, salissent, détournent, caricaturent.

Mais leur circonvolutions sémantiques autour de ce théorème sont inopérantes devant l’évidence, devant le réel. La «théorie» du Grand Remplacement n’en est pas une. C’est le triste, mais courageux constat d’un phénomène qui effraie ceux qui en vivent les symptômes et révulse les aveuglés qui n’y voient qu’une théorie du complot raciste, farfelue, voire suprémaciste (sic). Elle devrait pourtant faire réfléchir tout Français pourvu de bon sens ou, à défaut, de bons yeux.

L’expression Grand Rapatriement m’est venue à l’esprit alors que je recherchais une alternative opérationnelle au mot Remigration, souvent présenté comme une intention, un souhait ou une injonction sous-tendant la violence et la contrainte.

Le Grand Rapatriement est la symétrie du Grand Remplacement, son antidote. Il consiste à organiser le retour massif et principalement pacifique de populations allogènes, notamment africaines, illégalement et légalement présentes sur notre sol; celles qui ont enfreint nos règles et celles qui, nonobstant leur qualité non-exclusive de Français, ont clairement manifesté leur volonté de non-assimilation.

Le « Grand Rapatriement », par sa nature même, donnera lieu à de nombreuses  reductio ad hitlerum, critiques proférées par les progressistes et les bonnes âmes par ailleurs souvent protégées des conséquences quotidiennes de l’immigration massive, à toutes les manipulations des esprits pour les convaincre de sa prétendue ignominie.

C’est pourtant une démarche péniblement nécessaire à la sauvegarde de notre civilisation, dont la brutalité du principe est à la mesure de la violence migratoire que subit la France depuis près d’un demi-siècle.

Polémia : Le Grand Rapatriement que vous préconisez ne doit pas être « renversé dans le sang », écrivez-vous. Or, les mesures à prendre sont principalement contraignantes et devront faire face à de fortes résistances. Comment trier ceux qui ont manifesté clairement leur volonté de non-intégration et ceux qui sont parfaitement sécularisés ? Pourrons-nous éviter le chaos ?

Grégory Roose : Le Grand Remplacement ne doit évidemment pas être renversé dans le sang. Répondre au changement de population par l’horreur d’un conflit armé, c’est agir contre l’humanité.

En préalable à sa mise en œuvre devront être décidées la suppression drastique des pompes aspirantes de l’immigration puis l’application stricte de nos lois, opposables et à venir, pour provoquer l’inversion spontanée, accompagnée et imposée, dans certaines circonstances, des flux migratoires.

Ces mouvements spontanés de retour aux pays d’origine des populations extra-européennes seront accompagnés d’autres flux incités par des aides économiques au rapatriement définitif ainsi que de flux d’expulsions, sans espoir de retour au pays d’accueil, pour les auteurs de crimes et délits. Des millions d’individus n’ont rien à faire sur notre sol. Ils doivent en être expulsés.

Il convient désormais d’en concevoir les justes, humaines mais fermes modalités pour ne pas confondre sauvegarde de notre civilisation et discrimination aveugle, raciale, arbitraire. Il ne s’agit pas de reconstituer une France 100 % blanche, bien qu’elle doive très majoritairement le demeurer, mais d’aspirer à une France 100 % française.

Le Grand Rapatriement sera la conséquence opérationnelle d’une rupture de contrat entre un peuple  autochtone et des fragments de peuple dissidents, invités de la première, deuxième voire troisième génération, faisant preuve d’indignité ou qui manifestent clairement leur défaut d’assimilation.

Il sera la conséquence d’un divorce entre un peuple d’accueil et d’autres fragments de peuple, composés d’une somme d’individus qui forment des diasporas nationales, ethniques, religieuses, idéologiques insolubles dans la nation, avec l’idée de France. On peut assimiler des individus en proportions congrues, pas des fragments de peuple que constituent ces agrégats d’individus.

La méthode sur laquelle je travaille, et qui fera l’objet d’un prochain livre, préconise d’agir d’abord sur l’effet centripète de l’Occident : connaître et comprendre avec finesse, pour mieux agir en conséquence, les raisons qui poussent des femmes et des hommes à s’installer en Europe, identifier nos besoins en main-d’oeuvre, redéfinir le cadre, les conditions et les limites de notre hospitalité, appliquer nos lois.

Le Grand Rapatriement peut principalement être organisé de manière passive et pacifique. La suppression des avantages sociaux, l’application stricte de nos lois, la tolérance zéro envers les délinquants étrangers, le développement des aides au retour, la fin du regroupement familial, du droit du sol sont des vecteurs importants de rapatriement pacifique.

Polémia : Il y a actuellement un manque évident de courage politique pour assécher l’immigration massive que nous subissons, majoritairement musulmane. Mais pensez-vous que les Français soient prêts à ouvrir les yeux et se libérer de l’emprise de cette idéologie progressiste dominante ?

Grégory Roose : Le problème des Français n’est pas tant qu’ils ferment les yeux, mais que l’espace politico-médiatique est monopolisé par ceux qui les empêchent de les ouvrir. Je crois donc en la métapolitique.

Remporter la bataille des idées est le préalable indispensable à la victoire politique. Elle se situe au-dessus des tergiversations de la politique politicienne dont elle ne partage pas les objectifs électoralistes. Il est donc primordial de restaurer l’autorité morale des intellectuels opposés à l’idéologie progressiste dont les Français, et plus largement les peuples européens, subissent les conséquences quotidiennes : dictature des minorités, justice partiale, médias militants, indignation à géométrie variable, immigration et islamisation galopantes.

Dans ce premier livre, j’ai eu envie de dire à mes compatriotes, s’il aiment la France et notre civilisation : assumez vos convictions, ne craignez pas les procès en « -isme », soutenez vos idées à visage découvert, défendez notre modèle de civilisation, gaussez-vous de la liturgie progressiste, ne reculez pas devant les attaques ad personam et ad hitlerum.

Défendez notre pays maintenant. Demain, il sera trop tard.

Pensées interdites. Chroniques de la France bâillonnée est disponible sur Amazon ou directement auprès de l’auteur (exemplaire dédicacé) dans la boutique d’Adoxa.

Propos recueillis par Philippe FRANCESCHI, consultant sécurité et contre-terrorisme

13/12/2019

 

********************

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :