MEMORABILIA

Coronavirus: des associations appellent à «libérer» des détenus !!!!!

Et voici l’illustration parfaite de l’état d’esprit qui nous a menés où nous en sommes: il faudrait traiter avec plus d’égard les hors-la-loi que les citoyens « normaux »…

Nous ne pouvons plus aller voir librement nos familles, et même plus du tout nos « aînés » en EHPAD, mais eux devraient continuer à recevoir des visites et même retrouver la liberté au moment même où on nous enferme. 

On pourrait peut-être, si tant est qu’uls daignent l’accepter, les installer dans des hôtels au bord de la mer, ou à la montagne au bon air?

Quelles que soient les circonsarnces et les malheurs que gtraversent le pays, les « associationsdroitdelhommistes » et leurs Mères Therésas de carton-pâte s’attardent dans leur confusion totale des valeurs et poursuivent, contre vents et marées, jour après jour, leur oeuvre déconstructrice pour na pas dire destructrice du tissu national.

Peut-être que la nature, qui est en train de régler quelques comptes avec ces égarés et ne s’encombre pas de sophismes, va se charger elle-même de les ramener à la raison ?

Artofus.

 Le Figaro avec AFP

************

 

Face au nouveau coronavirus, des associations militant pour le respect des droits des détenus appellent à «réduire drastiquement» le nombre de prisonniers dans «des maisons d’arrêt surpeuplées», en libérant les détenus pour de «courtes peines» ou en attente de jugement.

«Nous recommandons de réduire drastiquement le nombre de détenus dans les prisons en aménageant toutes les peines qui sont de courte durée et celle des détenus âgés», a déclaré mardi à l’AFP Cécile Marcel, directrice de la section française de l’Observatoire international des prisons (OIP).

L’association Robin des Lois plaide aussi pour «la remise en liberté des personnes placées en détention provisoire», «quand elles ne représentent pas un danger». «Ces gens pourraient sortir dans un mois, six mois ou un an, ou encore être relaxés après un séjour en prison: on ne peut pas les maintenir en détention au vu des risques encourus», estime François Korber, de Robin des Lois.

Alors que la France est placée en confinement pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, la garde des Sceaux Nicole Belloubet a annoncé mardi la suspension des parloirs pour les familles et proches des détenus pour une durée minimale de 15 jours, ainsi que l’arrêt de la plupart des transfèrements et extractions de détenus.

Les prisons françaises comptent plus de 70.000 détenus répartis dans 188 établissements, souffrant d’une surpopulation chronique, avec un taux d’occupation moyen de 116% et des pics à plus de 200% dans certaines maisons d’arrêt. Vendredi a été enregistré un premier cas de contamination au Covid-19, un détenu de 74 ans incarcéré à Fresnes (Val-de-Marne), où deux infirmières ont aussi été testées positives. «Si on enlève aux détenus le lien avec leurs proches, la possibilité de travailler en ateliers ou qu’on restreint encore leurs mouvements, cela va multiplier les tensions», relève Cécile Marcel de l’OIP.

«On n’a pas de formule magique: pour faire baisser les tensions, il faut moins de gens en détention et pour cela aménager toutes les peines de courte durée: il faudrait une circulaire de la garde des Sceaux pour que les juridictions s’en saisissent», a-t-elle affirmé. De son côté, Robin des Lois envisage un recours devant la Cour européenne des droits de l’homme pour contraindre la France, déjà condamnée pour ses conditions de détention, à ne pas exposer ses détenus au risque de «dommages irréparables»: «c’est-à-dire la mort, au temps du coronavirus».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :