MEMORABILIA

Caroline Galactéros : « La Chine est en train de battre de vitesse l’Amérique et plus encore l’Europe ! »

Scroll down to content
Boulevard Voltaire
31 mars 2020.
https://www.bvoltaire.fr/caroline-galacteros-la-chine-est-en-train-de-battre-de-vitesse-de-lamerique-et-plus-encore-leurope/
********************

La a-t-elle définitivement enrayé la pandémie ? Quelle est sa stratégie ? Le point avec Caroline Galactéros, docteur en science politique et géopolitologue, présidente du think tank GeoPragma. Egalement fondatrice du cabinet de conseil privé Planeting elle a bien voulu répondre à nos questions

La Chine a proclamé l’efficacité de son système contre la propagation du coronavirus (avec une méthode de comptage qui interroge…), accusant les États-Unis et autres démocraties occidentales d’« arrogance profonde » ayant « toujours un temps de retard »(Global Times). S’agit-il là d’une guerre de la communication lancée aux autres puissances ? Est-elle rattrapée par la réalité des chiffres qui indiquent, aujourd’hui, une recrudescence de l’épidémie ?

En effet, l’épidémie peut rebondir en Chine comme ailleurs, et ni les Chinois ni les Russes ne devraient trop fanfaronner. Bien que, pour l’instant, les chiffres aient été ou non falsifiés, leur approche de la crise a été remarquable comparée à la nôtre. Ce que vous appelez « la guerre de communication » n’est qu’une modalité de la « Guerre hors limites » qu’ont décrite, dès 2006, les colonels chinois Qiao Liang et Wang Xiangsui dans le livre éponyme lumineux que j’invite chacun à lire. Nous y sommes. La Chine est en train de battre de vitesse l’Amérique (et plus encore l’Europe qui est le terrain de jeu sacrificiel de leur duel), qui entre tout juste dans la pandémie et va subir un contrecoup économique important tandis que Pékin, qui a pris les grands moyens coercitifs pour empêcher l’extension du Covid-19 à tout son territoire, fait déjà repartir énergiquement son économie pour voler au secours du monde et le soigner… Sans parler de la guerre des grands producteurs de pétrole (dont la Chine est la cible ultime) qui bat son plein.

Donald Trump est désormais obligé de baiser la babouche poutinienne et celle de Riyad pour ne pas noyer définitivement son industrie du schiste dans la marée noire saoudo-russe. L’OPEP le tient. Russes et Saoudiens sont en convergence tactique sur ce dossier (sur fond de lutte de palais à Riyad et d’affaiblissement de Mohammed ben Salmane poussé par certains à Washington) et d’accord pour l’amener à Canossa. Peut-être les sanctions américaines contre la Russie seront-elles partiellement levées contre un effort de Moscou pour limiter la production et enrayer la chute vertigineuse du prix du baril. Mais la nouvelle guerre froide reprendra dès que Washington se relèvera. Les Américains sont pragmatiques mais pas stratèges. Ils ne sont malheureusement pas près de comprendre qu’ils auraient tout à gagner à faire basculer Moscou dans le camp occidental. Cette erreur stratégique dure depuis trente ans et il est bien tard, maintenant. Les Russes ne le veulent plus.

Cela dit, Pékin a raison. Cette crise aura fait tomber les masques : nous mourrons en Occident, et notamment en Europe, de notre « arrogance profonde » et de notre indifférence vis-à-vis du reste du monde. Nous avons toujours les mêmes réflexes : accuser, critiquer, diaboliser, punir. Nous n’avons pas aidé Pékin quand ils étaient affaiblis par le virus (pas plus que l’Italie ou la Grèce) et n’avons su que critiquer leurs méthodes drastiques de contrôle social, de confinement, de triage et de traitement. Maintenant, les complotistes de tout poil tentent d’accréditer l’idée que la Chine aurait sciemment contaminé le monde pour le prendre de vitesse économiquement et l’humilier politiquement. On ferait mieux de se demander comment mettre à profit ce drame qui affecte la planète pour faire baisser le niveau de conflictualité et conforter les idées de respect et de coopération au lieu de celles d’écrasement et de vengeance. On peut rêver.

Sur le plan économique, où se situe la Chine, actuellement ? Doit-elle craindre une restructuration mondiale après cette crise épidémique ? Ou, au contraire, en tirera-t-elle profit ?

Géopolitiquement, l’Occident a déjà perdu la partie. Cette pandémie va juste accélérer la bascule du leadership mondial vers l’Asie au profit du « contre-monde » chinois, ainsi que j’aime le nommer. Une bascule en cours depuis vingt ans. La roue tourne. C’est tragique, mais c’est de notre faute. Nous ne croyons pas à nos grands principes moraux, nous ne cherchons ni le sens ni le dialogue ni la coopération ni l’harmonie. À l’occasion de cette pandémie, ce déficit éthique crève l’écran et se retourne contre nous. C’est Pékin et Moscou (Cuba et Caracas !) qui aident l’Italie et la France, pas l’inverse (même si, enfin, nous allons sortir de notre servilité et porter secours à l’Iran) ; et ce n’est pas Moscou qui divise l’Europe mais l’Europe qui, sans l’aide de personne, a fait la preuve de son absence totale de solidarité interne durant plus de deux mois.

Économiquement, si, naturellement, la croissance chinoise déjà ralentie va pâtir de la crise comme le monde entier, la remise en ordre de bataille de l’appareil économique chinois en avance de phase sur le reste du monde va leur profiter, et notamment leur permettre aussi de racheter en Australie, en Europe ou ailleurs des cibles économiques qu’ils lorgnaient et qui sont désormais vulnérables. L’heure des grandes manœuvres est arrivée.

Cette pandémie aura été le révélateur d’une double crise : celle de la gouvernance mondiale et celle de l’hubris occidentale. Mais elle aura été aussi un révélateur de souveraineté sans pareil. Tandis que nos démocraties molles européennes tergiversent et démontrent que l’ultra-individualisme conduit à la vulnérabilité collective et, in fine, à la dépression économique, ce sont les États forts, les « démocratures libérales » auxquelles nous aimons tant faire la leçon – qui ont très vite pris la mesure de la gravité des enjeux sanitaires pour la survie de leur nation, fermé leurs frontières terrestres et aériennes et contraint leur population à jouer collectif – qui s’en sortent le mieux et le plus vite et peuvent, aujourd’hui, voler au secours des autres, donc emporter la mise globale en termes d’influence et de puissance. Nous devrions en prendre de la graine. Évidemment pas pour devenir des démocratures, mais pour cesser de détruire nos dernières défenses par pure idéologie.

***********************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :