MEMORABILIA

La débâcle des communicants du « nouveau monde » Thierry Lentz

Scroll down to content

TRIBUNE. Les tergiversations et autres erreurs d’appréciation sont en réalité des preuves d’impréparation et un manque de professionnalisme.

Thierry Lentz*

 Publié le  | Le Point.fr

 

Le manque d’expérience, que certains appellent plus rudement « l’amateurisme », de l’équipe « communication » présidentielle et gouvernementale, dont on avait bien des raisons de se douter avant la crise du Covid-19, a éclaté au grand jour depuis janvier. On ne refera pas ici la liste des demi-vérités et des demi-mensonges qui ont contraint l’exécutif, pris la main dans le sac, à rétropédaler, parfois dans l’heure. On n’épiloguera pas non plus sur cette ahurissante histoire de masques, dont le gouvernement n’arrive pas à se dépêtrer, parce qu’il n’en parle jamais clairement. Tout ceci donne réellement aux citoyens le sentiment d’être gouvernés par des têtes et des mains tremblantes, qui viennent de comprendre que l’expression « délices du pouvoir » n’a plus aucun sens lorsque le pays se voit de la sorte tourneboulé.

Le spectacle stupéfiant de la communication de l’exécutif s’explique bien sûr par un facteur exogène : le caractère extraordinairement évolutif d’une situation inédite dans notre histoire. Parions toutefois que le jugement sera sans appel et qu’il débordera sur le fond des questions : en clair, une si mauvaise communication aura forcément servi une mauvaise politique. Dès à présent, on constate presque quotidiennement que certains acteurs de ce secteur ont fait preuve d’une méconnaissance des nécessités politiques (au sens le plus noble) et du sérieux des temps que nous traversons, voire d’une désinvolture d’enfants gâtés. Leurs innombrables couacs feront les délices des écoles de communication pendant de longues années. Ils ne sont pas que des maladresses, mais des preuves d’impréparation et de manque de professionnalisme.

Langue de bois

Sinon, la porte-parole du gouvernement ne serait pas si souvent présentée devant des journalistes en méconnaissant ses dossiers ou en ironisant sur des sujets dont la gravité, hélas, semblait lui échapper. On a connu des porteurs de la parole officielle plus expérimentés, plus prudents, plus « langue de bois », dispensateurs d’eau tiède, certes, mais qui, au moins, ne déclenchaient pas des tempêtes comparables à celles, inutiles, que nous devons – de longue date- à Mme Ndiaye. Qu’elle ait conservé son poste après ses déclarations sur les enseignants montre que la mesure des dégâts n’a pas été prise en haut lieu.

Sinon, les ministres chargés de l’Économie n’auraient pas dit une chose un jour puis son contraire le lendemain, après, mon petit doigt me l’a dit, quelques coups de fil de patrons, de fiscalistes et d’économistes les alertant sur les dégâts psychologiques de leurs premières déclarations.

Sinon, l’Élysée n’aurait pas bêtement – le mot n’est pas trop fort – tenté de faire croire que le chef de l’État avait été applaudi par les soignants de l’hôpital du Kremlin-Bicêtre, alors que c’était la critique de sa politique par une infirmière (coupée au montage) qui avait été applaudie : la supercherie, comme c’était prévisible, a été démasquée en moins de temps qu’il n’en a fallu pour diffuser le clip. Et dans cette série, on poufferait presque, si la situation n’était pas aussi grave, de la comparaison entre M. Macron visitant un hôpital de campagne avec Georges Clemenceau visitant les tranchées. C’est à se demander où les « spécialistes » de la présidence vont chercher des choses pareilles.

Sinon, enfin, on ne prendrait pas les citoyens pour des enfants, leur distillant les mauvaises nouvelles avec une prudence contre-productive, puisque la rumeur prend toujours la place d’une vraie information. Tout le monde a bien compris que le confinement allait être prolongé, alors pourquoi attendre la veille du terme pour l’annoncer solennellement ? On comprend que l’on veuille sur ce point laisser la parole au président, mais pourquoi si tard ? Dans la situation actuelle, il y a tout de même des choses que nous pouvons entendre.

La politique du temps de crise (qui est le temps normal des gouvernements) n’est pas un concours d’entrée dans les grandes écoles

Une fois que tout ceci sera derrière nous, nous aurons droit sans doute au mea culpa sur les « erreurs de communication » pour masquer le reste. Car enfin, nous dira-t-on, nous avions tout prévu et tout compris, nous avons tout bien fait… mais nous l’avons mal dit. On ne nous ôtera pas de l’idée pourtant que si les choses avaient été conçues aussi clairement, elles auraient été dites de même.

Car cette crise ne nous aura pas seulement montré que de piètres communicants ont été à l’œuvre. Elle aura fait voler en éclat la réputation du « nouveau monde », ce « progressisme » vide et méprisant dont les théoriciens nous rebattaient les oreilles il y a encore quelques mois, ne se rendant pas même compte qu’ils faisaient, dans le meilleur des cas, hausser les épaules. Eh oui, Mesdames et Messieurs, la politique du temps de crise (qui est le temps normal des gouvernements) n’est pas un concours d’entrée dans les grandes écoles, la gestion cool d’une start-up ou un renvoi d’ascenseur à « ceux qui ont pris part à l’aventure ». C’est une vraie fonction qui exige de connaître et de sentir le pays, de le prendre tel qu’il est et non tel qu’on rêverait qu’il soit. Elle réclame de l’expérience, le sens du possible, une réflexion rapide avant de parler et même parfois de la modestie. Toutes qualités dont les équipes venues au pouvoir avec M. Macron sont dénuées.

*Thierry Lentz est historien et directeur de la Fondation Napoléon.

 

********************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :