MEMORABILIA

La reine Elisabeth II, la fierté nationale et le virus de l’autodépréciation

Scroll down to content

 

Valeurs actuelles.

 

Remarquable par sa justesse de ton, l’allocution télévisée d’Elizabeth II l’était aussi par ce qui nous fait si cruellement défaut : le sens de la fierté nationale.

****************

 

Le 5 avril, dans une allocution télévisée exceptionnelle (la cinquième en soixante-huit ans de règne), la reine Elizabeth s’est adressée de manière solennelle à ses sujets. Ton sobre, posé, sans effets rhétoriques : la reine, qui a écrit elle-même la plus grande part de cette intervention, a su dire l’essentiel de ce que son peuple avait besoin d’entendre en cette heure de crise.

Hommage aux combattants de première et seconde lignes, exaltation de la capacité des Britanniques à se mobiliser quand les circonstances l’exigent, appel à saisir cette occasion de retour sur soi dans la prière et la méditation, confiance dans la capacité du royaume à se relever, mais aussi inscription dans le temps long de l’histoire : en reliant cette allocution à la première qu’elle avait prononcée à la BBC durant les heures sombres du blitz de 1940, en faisant allusion à la fortitude dont son peuple avait fait preuve sous les bombes, en concluant par le titre de cette chanson, We’ll Me et Again (“Nous nous retrouverons”), qui fut alors le symbole de cette fortitude, la reine a su trouver les mots justes, non seulement pour répondre aux nécessités de l’heure, mais aussi pour rappeler que la crise présente était un jalon d’une histoire plus que millénaire ; et que, pour y faire face, il n’y avait de meilleure arme que d’avoir recours, une nouvelle fois, aux qualités de ténacité et de solidarité qui ont si bien réussi aux Britanniques à l’heure où ils constituaient le dernier rempart face à la déferlante nazie.

Ce faisant, Elizabeth II a usé d’un dernier registre, le plus exotique et le plus crucifiant pour nous : l’exaltation de la fierté nationale. Partition qui a vu la reine louer sans fausse pudeur le caractère du peuple britannique : « J’espère que, dans les années à venir, tous seront en mesure d’être fiers de la façon dont ils ont répondu à ce défi, et ceux qui viendront après nous pourront dire : “Les Britanniques de cette génération étaient aussi forts que n’importe quels autres”, et que les qualités d’autodiscipline, de bonne d’humeur dans la résolution et d’esprit communautaire caractérisent toujours notre pays. La fierté de ce que nous sommes n’appartient pas à notre passé, elle définit notre présent et notre avenir. » Quelques mots très simples, dénués de vantardise ou de grandiloquence, et qui ont la saveur de l’évidence. Cette inscription dans une continuité historique, qui permet de se rappeler qu’une nation n’est pas un simple agrégat d’individus réunis par le hasard, mais le fruit d’une histoire et d’un peuple qui ont forgé des caractères nonpareils, mais aussi et surtout la tranquille affirmation de la fierté de la singularité de ces caractères sont naturelles aux Anglais, comme elles devraient l’être à toute communauté humaine. Là-dessus, au moins, nos voisins d’outre-Manche ont beaucoup à nous apprendre. Car les Français, eux, sont cruellement sevrés de cette fierté, affligés d’une “élite” qui préfère céder aux sirènes de la repentance ou de l’autodépréciation plutôt que de célébrer la grandeur de la France. Ce refus obstiné de la fierté, qui nous empêche de prendre conscience de la communauté à laquelle nous appartenons, et donc de nous imaginer un avenir commun, est pour notre peuple un virus mortel contre lequel il sera urgent de se vacciner dès que l’autre aura été vaincu.

* Laurent Dandrieu est rédacteur en chef culture à “Valeurs actuelles”.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :