MEMORABILIA

[Tribune] « Rentrée scolaire : pour garantir notre sécurité collective reportons la rentrée »

Scroll down to content
Valeurs actuelles,  Mardi 5 mai 2020 
****************
Le député LR des Alpes-Maritimes Éric Ciotti voit dans la réouverture des écoles le 11 mai une expérimentation sociale à haut risque. 

La mise en place du confinement a été une mesure exceptionnelle, grave et indispensable pour éviter l’explosion de notre système de santé et garantir la santé des Français. Une nécessité historique dictée par une pandémie aussi fulgurante qu’inconnue.

*****************

 – Le déconfinement progressif annoncé par le Président de la République consacre un retour relatif à l’activité collective, un moment charnière mais aussi dangereux dans lequel les Français s’apprêtent à réapprendre à vivre en société. 
SUR LE MÊME SUJET

 

La réouverture des écoles est naturellement une étape importante de ce retour à la vie. Un retour des enfants dans les crèches, écoles et collèges constituera une étape importante pour les Français. Renvoyer les enfants à l’école, c’est le premier signal d’une forme de retour à la normalité, le premier domino vers la sortie de la crise sanitaire.

Le spectre d’une seconde vague

Mais sommes-nous prêts à ce retour à la normalité alors que 4000 patients sont encore en réanimation, 26 000 hospitalisés et que le Coronavirus a déjà causé 25 000 morts dans notre pays ? C’est bien à cause de son importance, que la rentrée scolaire doit être rendue possible seulement, et seulement, si nous disposons des garanties suffisantes pour éviter une seconde vague.

SUR LE MÊME SUJET

 

Enclencher ce premier domino est lourd de conséquence et provoque l’inquiétude légitime de millions de familles pour la santé de leurs enfants mais aussi pour elles-mêmes et toute la société.

Le flou et les revirements du gouvernement n’ont fait qu’ajouter l’incompréhension et le scepticisme à la peur. Une peur légitime et rationnelle des parents qui ne comprennent pas que les recommandations du conseil scientifique, par ailleurs systématiquement mises en avant par le gouvernement, ne soient cette fois pas suivies.

Le 20 avril, il déclarait pourtant très clairement que « compte tenu du risque de transmission important » et « des mesures barrières particulièrement difficiles à mettre en œuvre chez les plus jeunes », il proposait de « maintenir les crèches, les écoles, les collèges, les lycées et les universités fermés jusqu’au mois de septembre ».

Priorité aux impératifs de sécurité sanitaire

Comme beaucoup je ne m’explique pas que cet avis n’ait pas été suivi. Même si je peux comprendre l’objectif louable, et non avoué, d’une rentrée pour accompagner la reprise économique et réduire les inégalités sociales du confinement. Néanmoins, un tel objectif ne peut s’imposer aujourd’hui face aux impératifs de sécurité sanitaire.

À travers le pays, de nombreuses voix, s’élèvent et refusent de faire des enfants, enseignants, personnels, parents, grands-parents les cobayes de l’immunité collective et les maires les kamikazes d’une rentrée à haut risque dont ils auront la responsabilité sans l’avoir décidée.

En effet, comment faire peser un tel risque collectif sur toute la société et individuel sur les enfants qui incarnent la vulnérabilité absolue dans notre société, ce que nous avons de plus précieux : notre avenir. Nos enfants, c’est notre éternité comme le disait Robert Debré. L’école comme institution collective joue un rôle fondamental dans la protection et l’épanouissement de l’enfant, un parent qui envoie sa fille ou son fils à l’école attend qu’il soit en sécurité.

Or, depuis quelques jours cette sécurité semble de moins en moins garantie. La multiplication récente de la maladie de Kawasaki chez des enfants dans de nombreux pays, dont la France, pourrait être liée au Covid-19 et donnerait une toute autre dimension à ce mal. Face à une telle incertitude nous ne pouvons pas nous permettre de prendre pour l’instant un tel risque.

Globalement, nous savons que les modélisations épidémiologiques sont pessimistes et que la réouverture des écoles pourrait être un facteur important de redémarrage de l’épidémie. Le Danemark a ainsi constaté une augmentation de la transmission du virus et de son taux de reproduction depuis la réouverture des écoles il y a une semaine. Des éléments qui ont poussé l’Allemagne à reporter sa rentrée scolaire.

Une expérimentation sociale à haut risque

Rien d’étonnant pourtant, cette situation corrobore les études et les craintes de l’Institut Supérieur de la Santé italien qui a défendu une réouverture des écoles en septembre car selon ses chercheurs « cela ferait immédiatement repartir à la hausse la pandémie de Coronavirus». 

Le gouvernement serait inspiré de suivre à la fois la voie de la prudence allemande et celle de l’expérimentée Italie dans la lutte contre ce virus qu’elle a été la première à affronter en Europe. Les erreurs et indications contraires passées du gouvernement français quant à l’utilité du port du masque ou des tests doivent également l’inciter à la prudence. S’il s’avère qu’une rentrée le 11 mai était précipitée, qu’elle cause des victimes et provoque le redémarrage de la circulation du virus, il sera trop tard pour changer de méthode. Le mal sera fait.

Car c’est bien un redémarrage de l’épidémie dans tout le pays que nous risquons d’affronter. Face au risque de cette fameuse “deuxième vague” tant redoutée, ne prenons de risques ni pour les enfants, ni pour l’ensemble de la société. Refusons une rentrée précipitée le 11 mai.

Cette expérimentation sociale à haut risque n’en vaut pas la peine, reportons le retour de nos enfants à l’école après le 2 juin, ils ont toute la vie devant eux. Leur vie, notre bien le plus précieux.

******************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :