MEMORABILIA

«Au secours, la gauche morale est de retour!»

L’appel des « célébrités  » (sic) à « ne pas retourner à la normale » m’a donné une très désagréable impression de déjà-vu, déjà-trop-entendu, d’une tambouille déjà moult fois servie, chaque fois que surgit (ou qu’on fait surgir du néant) un GRRRRand problème moral ,sociétal, écologique, humain, etc….qui permet au passage à nos grandes consciences de se mettre un peu en avant, ce qui n’est jamais mauvais pour le business.

Ci-après, deux réactions, chacune à sa façon, celle du très digne Figaro, et celle de l’Incorrect, qui parfois met en plein dans le mille.

Bonne lecture…et devinez celle que j’ai préfèré !

Artofus. 

***********************

 

Le FIGARO, 7 mai 2020.

FIGAROVOX/ANALYSE – À l’heure où chacun n’aspire qu’à retrouver les bonheurs simples de l’existence, l’appel de célébrités à «ne pas retourner à la normale» a quelque chose de profondément choquant.

– Ils sont revenus, ils sont tous là… on les avait presque oubliés. Madonna, Cate Blanchett, Robert de Niro, Pierre Niney, l’inévitable Juliette Binoche… Deux cents artistes et scientifiques ont signé un «manifeste» dans Le Monde appelant à «une transformation radicale» de nos sociétés après le Covid. «Il nous semble inenvisageable de “revenir à la normale”», proclament-ils dans un texte sommaire. Inquiets de «l’extinction massive de la vie sur Terre [qui] ne fait plus de doute», les artistes parmi les mieux payés du monde appellent à en finir avec le «consumérisme».

À l’heure où chacun n’aspire qu’à retrouver les bonheurs simples de l’existence, cet appel à «ne pas retourner à la normale» par des gens qui, de lofts spacieux en plaisirs sophistiqués, n’ont souvent plus idée de la vie commune, a quelque chose de profondément choquant. Quand Hollywood prône la sobriété heureuse, nous sommes bien dans la définition même de la société du spectacle donnée par Guy Debord: «Dans le monde réellement renversé, le vrai est un moment du faux».

Dans un autre texte publié dans Le Monde, l’écologiste Nicolas Hulot dresse, lui, un inventaire à la Prévert de ses vœux pour «un nouveau monde». Un programme politique qui résonne comme une chanson des Enfoirés: le temps est venu selon lui «de la résilience», «d’applaudir la vie», «de cultiver la différence», «de revisiter nos préjugés», et de «créer un lobby des consciences». Chacun de ses 100 principes est formulé de façon assez creuse et consensuelle pour qu’il soit impossible de s’y opposer sans être un salaud sans âme. Il établit également des propositions assez vagues sur l’augmentation de la dépense publique, la suspension des accords de libre-échange et la nécessité de réindustrialiser. La conversion écologique, la nécessité de ralentir et de retrouver le sens des limites, mérite pourtant mieux que ces injonctions infantiles qui ridiculisent les principes qu’elles voudraient défendre.

Une subvention Cosette?

Et puis, il y a le coup de gueule de l’acteur Vincent Lindon sur Médiapart, salué comme une «voix citoyenne» par son directeur Edwy Plenel. L’acteur propose de créer une nouvelle «contribution exceptionnelle, baptisée “Jean Valjean”, conçue comme une forme d’assistance à personnes en danger, financée par les patrimoines français de plus de 10 millions d’euros». Et pourquoi pas une prime «Javert» pour les policiers ayant bien verbalisé pendant le confinement? Une subvention Cosette? Un impôt Thénardier?

Dans Les Misérables, le célèbre forçat sort plein de rancune du bagne, mais son souhait de se venger de la société se retrouve transformé par sa rencontre avec l’évêque de Digne en volonté d’agir philanthropique: il devient maire de Montreuil-sur-Mer et crée une usine de verroterie qui se distingue par ses avancées sociales pour ses employés. Certes, Victor Hugo est l’auteur de «Détruire la misère», son fameux discours pour l’assistance publique, mais celui-ci commence par cette phrase: «Je ne suis pas, Messieurs, de ceux qui croient qu’on peut supprimer la souffrance en ce monde». Annonçant la distinction qui sera celle de Péguy entre misère et pauvreté, il propose d’abolir la première. Le grand homme, parfois, était capable de niaiseries, mais elles étaient sublimées par son génie torrentiel. Ici, c’est Hugo sans talent, ni force, ni énergie.

Dans L’Opium des intellectuels, Raymond Aron analysait avec brio pourquoi une si grande partie de l’intelligentsia a adhéré à l’idéologie communiste. Il mettait en avant les trois prestiges que la Révolution procure à l’artiste: celui du modernisme esthétique, du non-conformisme moral, et de la révolte. Ces ingrédients se retrouvent aujourd’hui dans l’appétence des artistes pour un anticapitalisme mondain, une décroissance de façade sans contenu théorique. Les drogues du socialisme réel ont été remplacées par les confettis du gauchisme culturel, l’adhésion au PCF par un compagnonnage avec Greta Thunberg. Le tout dans un flou artistique qui se paye de mots. L’après n’a pas commencé que déjà reviennent les indécences du monde d’avant: «yakafokon» germano-pratin, narcissisme moral, et exhibitions de vertu.

****************************

 

L’INCORRECT,

7 mai 2020.

Par Arthur de Watrigant

Les artistes se mobilisent

« Non à un retour à la normale ! » beugle un collectif d’artistes et de scientifiquesdirigé par la spécialiste en indignation Juliette Binoche. Celle qui « pense » que Bill Gates prépare un vaccin  contenant des puces pour nous géolocaliser. Alors que c’est juste une histoire de marché, pour concurrencer notre application nationale StopCovid. Parmi les signataires, du bon gratin d’Hollywood (Cate Blanchett, Robert De Niro, Javier Bardem) , du cinoche français (Cotillard, Balasko), des créateurs (Christian Louboutin) : ceux qui connaissent la vraie vie. Et y a même des chanteurs (Madonna, Biolay, Alagna), dis donc. « La pandémie de Covid-19 est une tragédie. Cette crise, pourtant, a la vertu de nous inviter à faire face aux questions essentielles », écrivent-ils. C’est bien de se poser les questions essentielles. Surtout en temps de crise. Mais c’est comme les psys. Faut avoir suffisamment de temps et de moyens pour en découvrir les vertus. Parce que ma voisine Roberte avec ses quatre lardons, elle n’a même pas le temps de s’épiler la moustache entre sa réunion zoom et l’interro de fraction cubique de son aînée. Et je ne parle pas de sa dyslexique de fille qui apprend à lire. Comme mon pote bistrotier d’ailleurs et ma sœur infirmière. Ils ne prennent pas assez de temps, bouffés qu’ils sont pas le consumérisme les cons. « La catastrophe écologique en cours relève d’une « méta-crise » : l’extinction massive de la vie sur Terre ne fait plus de doute et tous les indicateurs annoncent une menace existentielle directe », nous explique-t-on. C’est beau comme du Musso. Et c’est là que tu découvres la dureté de leur métier. Sérieusement, on ne voit que le côté cool, paillette, botox et compte en banque. Mais derrière, les mecs triment. Madonna traverse l’Atlantique en kayak pour faire ses concerts en Europe, Alagna se fait le trajet Saint-Pétersbourg-Paris en pousse-pousse et Cotillard tourne exclusivement en lumière naturelle. « Le consumérisme nous a conduits à nier la vie en elle-même : celle des végétaux, celle des animaux et celle d’un grand nombre d’humains », ajoutent-ils. Témoin les bottes Louboutins en fourrure de raton laveur vendues 2000 balles (elles existent vraiment) par l’un des signataires, comme quoi on opère de tout, même de la honte. Un conseil, transformez-vous vite en tournesol ou en moustique, vous aurez plus de chance de vous faire adopter par Cate Blanchett. « Pour ces raisons, jointes aux inégalités sociales toujours croissantes, il nous semble inenvisageable de « revenir à la normale ». » Et ils savent de quoi ils parlent. Ils prennent 150 smics pour jouer la pute ou le chômeur. L’inégalité sociale c’est leur truc. « La transformation radicale qui s’impose – à tous les niveaux – exige audace et courage. Elle n’aura pas lieu sans un engagement massif et déterminé. À quand les actes ? C’est une question de survie, autant que de dignité et de cohérence », concluent-ils. Nous sommes sauvés.

 

*************************

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :