MEMORABILIA

« Quand le gouvernement joue contre la France »….

Scroll down to content

– Du scandale du Lancet à l’affaire Traoré, les ministres du président Macron multiplient les prises de position invraisemblables, à rebours des intérêts du pays qu’ils prétendent défendre.

Curieuse France. Invraisemblable gouvernement. Piteux ministres. Il y a quelques jours, c’était Olivier Véran qui se distinguait d’une bien curieuse manière : le ministre de la Santé préférait faire crédit à d’obscurs chercheurs étrangers qui, sans s’embarrasser d’aucune précaution, atomisaient le traitement du Professeur Raoult en bidouillant des métadonnées plutôt que de soutenir et de défendre les essais conduits par le plus chevronné de ses virologues. Mal lui en a pris. Même le Lancet qui avait publié cette étude foireuse était contrainte de se déjuger.

Quant à Olivier Véran ? Rien. Pas un mot pour s’excuser auprès du Professeur Raoult et expliquer son incompréhensible empressement à vouloir saborder la recherche française. Pire, il ne demandera pas la levée de l’interdiction de l’hydroxychloroquine qu’il avait prononcé sur la base de cette étude foireuse.

Hier, c’était au tour de Christophe Castaner de s’illustrer à sa manière et de jeter le discrédit sur les forces de l’ordre, ajoutant sa voix et son autorité à la fable que brode la famille Traoré depuis des années. La police, à entendre le ministre de l’Intérieur en conférence de presse hier, semblait coupable d’un racisme présumé.

Et comme pour mieux tirer contre son camp, Christophe Castaner donnait raison à l’extrême gauche qui réclamait le désarmement de la police en interdisant aux forces de l’ordre l’usage de la technique de l’étranglement. À la vue des dispositions qu’il prenait, comment ne pas comprendre que la police faisait un usage illégitime de la violence.

Le premier flic de France désarmait de facto la police pour mieux armer le bras des voyous. A vouloir la concorde et la paix civile, il souffle sur les braises du communautarisme. Aujourd’hui, il va plus loin encore en affirmant « l’émotion dépasse les règles juridiques », et qu’il ne réprimera pas les manifestations interdites et que les participants et les promoteurs de ces rassemblements ne seront pas sanctionnés.

Un ministre de l’intérieur ne devrait pas dire ça, sauf à vouloir se décharger de ses responsabilités. En tout cas, on assiste, effaré, à une mise entre parenthèse de l’intelligence.

Ajoutez à ce tableau, Nicole Belloubet, le garde des Sceaux, qui voulait recevoir place Vendôme la famille Traoré qui ne clame pas la justice mais la vengeance, terrorise les quartiers et vous comprendrez que quelque chose ne tourne pas rond en France.

Alors qu’une procédure judiciaire est en cours, que le clan Traoré viole l’interdiction de manifester et se moque de l’état d’urgence sanitaire, pour mieux surfer sur le drame de George Floyd et faire accroire que la police française, tout comme la police américaine, est criminelle, la ministre de la Justice se plie à leur injonction sur demande du président de la République.

Comment imaginer une seconde que l’Etat de droit est encore respecté en France quand on assiste ainsi à un inversement généralisé de toutes les valeurs.

 

*********************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :