MEMORABILIA

« Le Pentagone accuse 20 géants industriels d’être pilotés par l’armée chinoise

Scroll down to content
Le Figaro. 25 juin 2020.

 

De notre correspondant à Washington

Sous la pression d’élus républicains et démocrates du Congrès depuis des mois, le Pentagone a fini par publier la liste des sociétés chinoises présentes aux États-Unis qui, à ses yeux, sont «détenues ou contrôlées» par l’armée chinoise.

 

Sans surprise le géant des équipements de télécommunications, Huawei, mais aussi la société de surveillance vidéo Hikvision, figurent sur cette liste de 20 entreprises. On y trouve aussi les opérateurs China Mobile Communications Group, China Telecommunications ainsi que l’avionneur Aviation Industry Corp. of China.

Ce palmarès, mandaté par une loi américaine de 1999, n’a pas de conséquences nouvelles immédiates pour les firmes concernées, si ce n’est qu’il affecte leur image et les place en position défensive. En revanche la législation votée sous Bill Clinton donne au Président l’option d’imposer à ces entités d’éventuelles sanctions comme la saisie de leurs actifs aux États-Unis.

Un haut-responsable de l’administration Trump juge que la liste «peut être un outil utile pour le gouvernement américain, pour les entreprises, les investisseurs, les institutions académiques et autres partenaires du même ordre, dans le cadre de leur travail préparatoire à des partenariats avec ces entités. Surtout si la liste s’allonge».

Le Pentagone apporte donc un élément de plus au dossier très fourni des contentieux entre Washington et Pékin. De la manière de traiter les dissidents ouïgours, tibétains ou les citoyens de Hongkong à la gestion de la pandémie du Covid-19 en passant par les multiples contentieux commerciaux, les relations entre les deux premières puissances mondiales sont de plus en plus empoisonnées.

Huawei dans le collimateur des Etats-Unis

Huawei est depuis des années dans le collimateur des autorités américaines, et ce bien avant l’élection de Donald Trump. L’administration actuelle a poursuivi et amplifié les sanctions administratives et poursuites judiciaires contre la firme de Shenzhen. Sa directrice financière, Meng Wanzhou, est en résidence surveillée au Canada, en attente d’extradition vers les États-Unis, pour répondre d’accusations de violation des lois américaines sur l’exportation de technologies vers l’Iran.

Les fournisseurs américains de composants électroniques à Huawei sont également handicapés par le régime de licence obligatoire mis en place par le Département du commerce. Il les empêche de lui vendre librement leur technologie.

 

À voir aussi – Que vaut l’armée chinoise ?

Que vaut l’armée chinoise ?
L’Armée de libération doit être une armée «de classe mondiale» disait Xi Jinping en 2017. Où en est cette promesse aujourd’hui alors que les points de tension impliquant la Chine se multiplient ?
Partager
Pause

Unmute

Current Time 2:20
Duration 5:58
Loaded: 71.84%

Picture-in-PictureFullscreen

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :