MEMORABILIA

La semaine du FigaroVox – 3 juillet 2020: « La France lasse ».

– Alors que l’arrivée de Jean Castex à Matignon et le remaniement sont censés donner un nouvel élan au quinquennat, l’abstention record du second tour des municipales laisse entrevoir une société épuisée. Retrouvez chaque samedi la sélection du FigaroVox: décryptages, points de vue et controverses.

«Une nation fatiguée de longs débats consent volontiers qu’on la dupe, pourvu qu’on la repose»: la sentence de Tocqueville, dans L’Ancien régime et la Révolution, n’est pas tant une prophétie qu’une mise en garde. Fatigués, les Français le sont sans doute, au terme d’une longue crise qui a mis à rude épreuve leur moral et qui a soulevé des questions légitimes sur le fonctionnement d’une administration dont ils ont pu constater la lenteur et l’imprévoyance.

Les défis qui attendent le pays sont immenses. Pourtant, à l’heure de se retrousser les manches, comment comprendre l’abîme qui sépare les préoccupations de la majorité du corps social, de celles de petits îlots du vaste «archipel français» pour qui la priorité est de se perdre dans des débats picrocholins, minés par des biais idéologiques qui rendent d’office caduque toute conversation citoyenne?

Ainsi par exemple des conflits mémoriels, qui n’en finissent plus de secouer la vie médiatique de ces dernières semaines. Cette mémoire pourtant est «hémiplégique», regrette l’historien Pierre Vermeren qui, patiemment, opère un remarquable travail de recontextualisation au sujet des trois traites des Noirs qu’a connues l’Histoire, celle interne à l’Afrique subsaharienne, celle dite «arabe» et celle occidentale.

Ainsi également d’un discours écologique plus soucieux de ses effets que de sa pertinence, et qui, à trop jouer les Cassandre, finit par lasser une partie des Français. Lesquels se sont pour une bonne part réfugiés dans une abstention qui, pour notre chroniqueur Ivan Rioufol , «tient à l’incapacité des partis à s’adresser aux réelles préoccupations des gens.» «En faisant succéder l’urgence climatique à l’urgence sanitaire, en oubliant l’urgence nationale, le pouvoir demeure éloigné du peuple abandonné», résume-t-il. Les Français sont néanmoins conscients de l’urgence du défi climatique. Mais «en matière d’écologie, n’est-il pas temps de privilégier les travaux pratiques sur les impératifs catégoriques?» s’interroge à bon droit l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel Jean-Éric Schoettl, dubitatif quant à l’intérêt d’un référendum portant sur certaines préconisations de la Convention citoyenne pour le climat.

La tâche qui attend le nouveau gouvernement que conduira Jean Castex est immense. Sa responsabilité, résume Maxime Tandonnet, qui tire les leçons des changements mémorables de Premier ministre ayant marqué l’histoire de la Ve République, est de procéder à une véritable «refondation de la démocratie française». Alors seulement, les électeurs reprendront le chemin des urnes.

Paul Sugy

L’entretien du Figaro Magazine – Laurent Bouvet

L’universitaire et fondateur du Printemps républicain n’est guère surpris par les polémiques actuelles sur le supposé racisme de la police et de l’État. Dans Le Péril identitaire (récemment paru aux Éditions de l’Observatoire), essai aussi court que dense, il synthétise des décennies de travaux sur la question du communautarisme et revient aux sources du malaise occidental.

«Ce que j’appelle l’âge identitaire», précise-t-il dans un entretien à retrouver sur FigaroVox, «c’est ce moment particulier où les questions d’identité prennent de plus en plus d’importance au point de devenir déterminantes comme l’était l’infrastructure économique autrefois. Chacun est alors relié à un type d’identité – réelle ou fantasmée – qui le surdétermine dans toute son existence.»

Les débats de la semaine

Que révèle la percée écologiste aux élections municipales? Pour Éric Zemmour, «les Verts sont la mise en œuvre du modèle théorisé par Terra Nova il y a quelques années pour le PS : remplacer l’électorat populaire traditionnel français par l’alliance des bobos des métropoles.» Le risque est d’ «accentuer les fractures territoriales» , met en garde Benjamin Sire. En effet, observe l’analyste Jérôme Sainte-Marie, «la France périphérique n’a pas pris la parole» lors du second tour de dimanche dernier.

Quelle réponse politique à l’urgence climatique? L’ancien journaliste Philippe Manière brocarde une approche dogmatique et millénariste de l’écologie qui, selon lui, nuit aux intérêts du pays: pour louable qu’elle soit, la cause ne doit pas conduire à sacrifier les fleurons industriels du pays, soutient-il. «Les questions énergétiques ne sont pas manichéennes», renchérit l’ingénieur Maxence Cordiez, critiquant la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim.

Qu’est-ce que le «dispositif ROPA», soupçonné d’ouvrir la voie à la GPA? Un amendement au projet de loi de bioéthique permettra aux femmes qui le souhaitent de porter un enfant conçu avec les ovocytes de leur partenaire. Olivia Sarton met en garde contre cette décorrélation entre la gestation et la maternité biologique, porte ouverte à de nombreuses dérives selon elle.

L’essai de la semaine – La vérité sur le mystère Fillon, de Tugdual Denis

Pendant un an, le journaliste a côtoyé le candidat malheureux à l’élection présidentielle, partagé ses parties de chasses, ses dîners et ses conversations. Son livre, publié chez Plon, entend dévoiler la personnalité méconnue d’un homme, abattu selon lui par la société de l’information.

Retrouvez l’entretien accordé par Tugdual Denis à FigaroVox.

La citation de la semaine

Quand les Français vont mal, ils reviennent aux racines, à l’enfance, au cocon protecteur, à Bourvil, Noiret, Rochefort, Sautet, Poiret, Ventura, Romy, Audiard ou Delon.

Thomas Morales

Après les semaines difficiles de confinement, il y a un parfum de «temps des copains» dans l’air, de lâcher prise. Avec son essai Paris-Berry Nouvelle vague, Thomas Morales nous encourage cet été à retrouver l’appétit de vivre, les éclats de rire, la grosse tambouille, la farce bistrotière, Gérard Depardieu et Romy Schneider.

Retrouvez l’entretien qu’il a accordé au FigaroVox.

Et toujours en librairie: Rester vivants (Fayard / Le Figaro)

Écrivains, philosophes, sociologues, journalistes dressent le passionnant tableau de cet ébranlement collectif. Accords et désaccords rythment cette polyphonie. Un euro par ouvrage est reversé à la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France. Ce livre est aussi le témoignage d’un moment historique.

En vente en librairie et également disponible sur Figarostore.

Qu’est-ce qu’une civilisation après le coronavirus?, Éd. Fayard / Le Figaro, 270 pages, 16€ ou 10€ en version numérique.
Qu’est-ce qu’une civilisation après le coronavirus?, Éd. Fayard / Le Figaro, 270 pages, 16€ ou 10€ en version numérique. Fayard / Le Figaro

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :