MEMORABILIA

DÉLIRE SOCIÉTAL : FAMILLE L’ULTIME REFUGE QU’IL FAUT DÉTRUIRE

Scroll down to content

L’émancipation de l’individu a été la grande affaire des sociétés occidentales depuis la fin du XVIIIème siècle. Un travail considérable est à l’œuvre de déconstruction des structures intermédiaires, paroisses, corporation, ordres, famille.
L’Incorrect.

– Le travail de déconstruction est un effort permanent, un combat qui s’appuie sur la volonté de toute puissance, l’orgueil, la recherche du plaisir. Ils ont été les ressorts puissants qu’il a fallu nourrir en permanence pour créer l’homme nouveau. Les développements techniques ont permis de s’affranchir de l’impérieuse nécessité de collaborer, qui était à la base des sociétés paysannes.

Le besoin en capital et le développement exponentiel du salariat ont préparé le chemin à la verticalisation des relations sociales, préalables indispensables à l’atomisation de la société. Les technologies de l’information ont accéléré de manière stupéfiante l’uberisation de l’économie, l’auto-entrepreneur est devenu l’Alpha et l’Omega de l’émancipation professionnelle.

Le besoin de s’inscrire dans un groupe est inscrit au plus profond de l’être humain

Pourtant, le besoin de s’inscrire dans un groupe est inscrit au plus profond de l’être humain. Certains groupes ont réussi dans cette période troublée à se reconstituer. Syndicats, militaires, ordres religieux renaissants, partis politiques, associations en tout genre ont fleuries pour compenser la perte des rassurantes solidarités des temps anciens. Et surtout, la famille a réussi tant bien que mal à rester une matrice solide, une source inébranlable de supports un refuge pour les individus isolés.

Cette famille, rempart et protection suprême, est donc apparu comme l’ultime rempart à abattre. L’habileté a été de présenter la famille qui protège en prison dont il faut s’échapper. Sauf quelques cas de perversité manifeste, les familles ont pourtant été le lieu naturel de la croissance et de l’émancipation. Pour faire bonne mesure, la littérature du XXème siècle s’est soudain remplie de marâtres épouvantables de pères abusifs (Vipère au poing, Poil de carotte, …) préparant ainsi le terrain à une démolition du dernier rempart.

Lire aussi : La Fabrique de la famille ? Un guêpier juridique

Malgré ce lent travail de sape, cela n’allait pas assez vite, les individus s’émouvaient des malheurs qu’on leur présentait comme la règle mais constatait dans leur vie de tous les jours que leur famille était encore ce qui les protégeait le mieux. La famille faisait de la résistance !

On s’est alors attaqué au premier fondement de la famille : le mariage. L’incroyable promotion de l’union libre par tous les moyens fiscaux, réglementaires et médiatique a ouvert la voie ; pour les égarés qui avait cru utile de se marier on a fait une promotion débridée du divorce.

D’un mal nécessaire (car l’homme (et la femme !) peuvent se tromper), le divorce est devenu le nec plus ultra de l’émancipation, le soleil après la pluie, le jour après la nuit. Jetant un voile pudique sur les conséquences dramatiques tant psychologiques que sociales qu’ils entrainent inévitablement notamment pour les enfants, les médias et le cinéma l’on fait passer les divorces pour un jeu inoffensif et définitivement anodin.

Pourtant en 1999 on comptait en France encore plus de 300 000 mariages par an. Insupportable ! Le gouvernement Jospin inventa un sous-mariage, le PACS qui permettait d’avoir les avantages fiscaux sans les protections familiales. Génial, formidable. 70 000 mariages en moins en 15 ans c’est toujours cela de pris. Mais 230 000 c’était encore beaucoup trop. Alors on décida de dénaturer le mariage lui-même en l’ouvrant aux personnes homosexuelles ! Quel pied de nez formidable.

7 ans après le nombre annuel de vrai mariage n’a baissé que de 10 000. Les faux mariages homosexuels eux plafonnent à moins de 6000

L’effet a été un peu décevant car 7 ans après le nombre annuel de vrai mariage n’a baissé que de 10 000. Les faux mariages homosexuels eux plafonnent à moins de 6000. Décevant. Ces 200 000 mariages par an (soit 400 000 personnes quand même, environ 50% d’une classe d’âge) semblent rassembler les irréductibles. Bizarrement les divorces sont en baisse : on est à 128 000 divorces par an contre 155 000 en 2005. Le travail de déconstruction est quand même appréciable, entre les unions libres, les pacs, les divorces, les mères célibataires, près de 60% des enfants naissent hors mariage.

L’autre fondement de la famille c’est la filiation. Même si les parents ne sont pas mariés ou sont séparés, les enfants connaissent quand même presque tous leur père et leur mère qui se sont aimés ou, tout le moins, ont couché ensemble pour les concevoir. Ce n’est pas idéal mais ça permet quand même à l’enfant de se construire tant bien que mal. C’est fâcheux.

Les nouvelles techniques de procréation inventées par les scientifiques ont permis d’ouvrir de nouveau horizon en créant des filiations virtuelles, en brouillant les pistes. Un merveilleux jeu de bonneteau se met en place : les pièces se sont les ovules et les spermatozoïdes, les gobelets se sont les utérus rémunérés ou bénévoles. Mais en France le législateur a mis en place des garde-fous sensés fixer des règles pour protéger les enfants. Insupportables.

Lire aussi : PMA : Le loup et l’agneau

Il va donc falloir réviser les lois bioéthiques. Ça y est nous y sommes :  l’enfant parfait élevé par des parents d’intention, (intentions qui peuvent changer) arrive, l’enfant avec une filiation mensongère et brouillée. Cette petite merveille est sur le point de naître. Ces enfants seront « libres », libres de devenir de merveilleux consommateurs atomisés, des travailleurs sans attache et sans sur-moi, des fonctionnaires zélés aux services d’états policiers, des hommes sans refuge et sans racine, le meilleur des mondes est en marche.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :