MEMORABILIA

Le flux de clandestins tunisiens explose

Scroll down to content

Et on fait quoi?

On les « interpelle », et après..????

Artofus.

******************

Arrivés de Lampedusa, ces illégaux se pressent à la frontière franco-italienne.

Le Figaro
18 août 2020
Près d’un millier d’interpellations de clandestins en une semaine, dont 200 pour la seule journée de samedi… Les chiffres de la cellule de coordination opérationnelle départementale (CCOD) de la préfecture des Alpes-Maritimes révèlent de nouvelles tensions à la frontière franco-italienne. Selon une synthèse dont Le Figaro a eu connaissance, les Tunisiens arrivent largement en tête, devant les Pakistanais et les Afghans.

Parmi les «points de vigilance» signalés dans ce document, les services du préfet de Nice signalent la «très forte poussée des arrivées maritimes à Lampedusa» mais aussi la «fermeture du centre d’accueil de migrants à Vintimille», juste en face de Menton, le 30 juillet dernier. Durant le confinement, ce centre géré par la Croix-Rouge avait d’abord été interdit aux nouveaux arrivants par le préfet local italien.

Depuis, les migrants errent dans la ville et ses abords, plus motivés que jamais à passer en France. «Les passeurs pullulent», confie un agent de la police aux frontières (PAF) en mission dans la vallée de la Roya.

 

Le député LR et président du conseil départemental des Alpes-Maritimes, Éric Ciotti, a écrit, le 14 août, au ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, pour «appeler (son) attention de façon urgente sur l’afflux non maîtrisé d’étrangers» en situation irrégulière dans le secteur. «La situation rappelle les pics de clandestins de l’année 2018», déclare l’élu. Il ajoute: «Il est également indispensable que la France se saisisse de la question de l’arrivée de plusieurs milliers de Tunisiens sur les côtes italiennes.»

À la fin du mois dernier, plus de 2400 ont débarqué à Lampedusa, «dont 1 574 exclusivement de nationalité tunisienne, qui cherchent à venir en France», indique la note de la préfecture.

«Processus détourné»

Dans sa lettre à l’hôte de Beauvau, publiée dans Nice Matin, Éric Ciotti déplore que «de jeunes clandestins rôdent un nouveau processus détourné d’entrée sur le territoire national». Selon lui, «ces derniers se déclarent mineurs pour faire obstacle à la reconduite à la frontière et afin d’être pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance, puis fuguent avant la mise en œuvre de l’évaluation de minorité.»

À le lire, «ce nouveau dispositif dévoyé de l’immigration vient s’ajouter au détournement de la procédure de l’asile qu’utilisent abusivement, tel un sauf-conduit, nombre de migrants économiques pénétrant sur le territoire national au détriment de celles et de ceux qui, persécutés dans leur pays, y ont réellement droit».

L’édile presse le gouvernement d’agir: «Je souhaite une initiative énergique envers l’État tunisien qui peine à veiller sur ses frontières et ferme les yeux sur les dernières vagues de départs», écrit-il.

 

De son côté, Rome confirme que l’arrivée de migrants en Italie a augmenté de près de 150% au cours des douze derniers mois, la majorité venant effectivement de Tunisie. Selon la ministre italienne de l’Intérieur, Luciana Lamorgese, du 1er août 2019 au 31 juillet 2020, 21 618 migrants ont pu rejoindre les côtes italiennes. Celles-ci auront vu converger, au total, depuis 2016, plus de 300.000 migrants.

Luciana Lamorgese accompagnait ce week-end à Tunis son collègue des Affaires étrangères, Luigi Di Maio. «Il n’est pas question de laisser en Italie ceux qui arrivent d’une façon illégale», a averti, lundi, le chef de la diplomatie italienne, à l’issue d’un entretien avec le président tunisien, Kaïs Saïed.

Luigi Di Maio a assuré que son pays était «prêt à présenter toutes les aides nécessaires à la Tunisie» pour lutter contre l’immigration illicite. Le commissaire européen à l’Élargissement, Oliver Varhelyi, a annoncé, pour sa part, une aide de 10 millions de dollars pour soutenir la Tunisie dans la gestion de ses frontières. Le président Saïed a déclaré: «Les solutions sécuritaires ne permettent pas à elles seules de lutter contre l’immigration non organisée.» Le fort taux de chômage (18 %) en Tunisie explique largement cet exode. Plus de 40 % des migrants accueillis en Italie depuis août 2019 sont partis de Tunisie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :