MEMORABILIA

Quand les “valeurs républicaines” détruisent la France

Scroll down to content

Par  Aram Mardirossian

Publié le 30/08/2020

Valeurs actuelles.

****************

– Aujourd’hui la République et plus encore les “valeurs républicaines” – resucée novlanguienne du droit-de-l’hommisme – sont devenues un véritable credo qu’égrènent tous ceux qui, avant d’être français, se considèrent comme “républicains”. Analyse d’ Aram Mardirossianprofesseur agrégé des facultés de droit à l’École de droit de la Sorbonne et directeur d’études à l’École pratique des hautes études.

République versus res publica. Le choc des mots ou l’ironie de l’histoire. À Rome, la res publica constitue une entité supérieure à la personne de ses dirigeants, à la prospérité de laquelle tous doivent œuvrer. Elle exige la primauté de l’utilité commune sur les intérêts privés des gouvernants, mais aussi de la distanciation entre le principe d’autorité perpétuel et la personne qui exerce temporairement celle-ci. Si la res publica désigne classiquement l’État, sa traduction en “république” a fini par endosser une acception réductrice qui vise un type de régime politique. Or, depuis un demi-siècle, cette République et ses “valeurs” démolissent pan après pan la res publica, l’édifice millénaire que représente l’État, et in fine, détruisent la France.

La disparition de l’Empire romain en Occident entraîne celle de la res publica en Gaule. L’institution ne ressuscite pas sous les dynasties mérovingienne et carolingienne, nonobstant l’éphémère renovatio imperii projetée par Charlemagne. Le roi considère le regnum comme un élément de son patrimoine privé, qui à sa mort, est divisé entre ses fils à l’instar de ses autres biens. Cette prégnance des règles coutumières de succession franques – la fameuse “loi salique” – est la cause des guerres que se livrent les héritiers, chacun cherchant à annexer les territoires de ses frères. Le régime juridique qui prévaut dans ce contexte est celui de la personnalité des lois. Dans un territoire où cohabitent des peuples différents, ceux-ci préservent leur propre système normatif et, théoriquement, chaque individu serait jugé selon le droit de l’ethnie à laquelle il appartient. Mais progressivement, les antiques lois personnelles s’effacent au profit d’une forme de territorialité du droit.

Toutefois, dès la fin du IXe siècle, la généralisation du système féodal sanctionne la dislocation de la puissance publique carolingienne qui, par ailleurs, se montre incapable de résister aux invasions normandes, magyares et sarrasines. Hugues Capet, qui impose définitivement sa dynastie en 987, reste un roi fragile dont la réalité du pouvoir ne dépasse guère les limites de ses possessions. Confronté à des seigneurs parfois plus puissants que lui, le Capétien reste cependant le seul dans le royaume à être sacré et cette onction qui atteste son élection divine contribue grandement à sa “survie”. En attendant, dans moult provinces, de simples sires ou châtelains rejettent toute autorité supérieure (roi, prince ou comte), et prétendent exercer souverainement, en leur fief, les prérogatives de la puissance publique. C’est le règne de la seigneurie banale, expression dérivant de “ban”, vocable d’origine germanique qui signifie le pouvoir de commander. Un véritable terrorisme seigneurial s’abat alors sur les populations paysannes. Les termes “district” ou “détroit” qui désignent le ressort territorial de ces châtelains se fondent sur districtio qui suggère la contrainte. Il faut « en finir avec la vision lénifiante du bon seigneur protégeant ses paysans démunis contre la violence. Si cette protection a pu jouer, ce ne fut certes pas contre de lointains envahisseurs, mais plutôt contre les empiétements et dévastations, en son détroit, de quelques tristes sires voisins, ses semblables socialement » (Éric Bournazel).

Au sein de cette société trifonctionnelle ( oratoresbellatoreslaboratores ), les prémices du salut viendront du premier ordre, et plus spécifiquement, du monachisme militant des Clunisiens qui préfigure la réforme grégorienne. La Paix, puis la Trêve de Dieu lancées par ces soldats du Christ vers l’an mille permettent progressivement de canaliser les violences seigneuriales. Alors, les Capétiens vont, au prix d’un intense labeur d’un demi-millénaire, forger l’État. S’agissant de la res publica, dès l’époque médiévale, la chose (appelée notamment corona, “couronne”) existe avant le mot, qui lui, se généralise au XVIe siècle. Ainsi, l’État n’a pas fait la France à lui seul, mais il y a fortement contribué. Bientôt, le royaume de Louis XIV devient la première puissance mondiale.

Et puis, les révolutionnaires, de façon sanglante, et Napoléon, de manière brutale, ont repris l’État capétien en l’arrachant à sa matrice chrétienne. La France ne se remettra jamais réellement de cette rupture paradigmatique. Et puis, les deux guerres mondiales ont fracassé l’Europe, et puis, le poison de la (dé)construction européenne a été insidieusement distillé, et puis des bouleversements démographiques ravageurs se sont enclenchés, et puis, la res publica a muté en “valeurs républicaines”. Le cycle millénaire qui avait débuté avec le relèvement capétien se clôt aujourd’hui dans une atmosphère de guerre civile. Ainsi, la situation de la France “républicaine” de 2020 paraît pire encore que celle de la Francie féodale. Pour la première fois, le système de la personnalité des lois et le processus de décomposition de la puissance frappent en même temps le pays.

Il existe actuellement non pas plusieurs centaines de zones de non-droit, mais plutôt de territoires où s’appliquent d’autres normes que celles de la res publica française, en l’occurrence, un mélange de loi islamique et de règles coutumières ethnico-culturelles et criminelles. Ce droit est imposé par des potentats locaux qui se considèrent comme l’unique autorité dans leur district et appréhendent l’État et ses représentants comme une puissance étrangère hostile. Le recul de la res publica encourage ces groupes séparatistes à sortir de leurs quartiers pour braver son autorité jusqu’au cœur de sa capitale. Alors que le décret du 31 mai 2020 interdisait tout rassemblement de plus de dix personnes dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, le 2 juin, une manifestation réunissait plusieurs dizaines de milliers de personnes pour « réclamer justice » après le décès d’Adama Traoré, lors de son interpellation par les forces de l’ordre en 2016. Les manifestants prétendaient artificiellement lier leur cause à la mort de George Floyd tué lors d’une arrestation par la police aux États-Unis en mai 2020. Ces prétextes fallacieux dissimulent mal une démonstration de force orchestrée par des groupes sécessionnistes promoteurs d’un islam intégral mâtiné de racisme anti-français. Leur silence sur les meurtres récents d’un jeune homme à Sarcelles, ainsi que d’une gendarme et d’un chauffeur de bus dans le sud de la France – d’aucuns parlent d’“incivilités” – tient-il au fait que les trois victimes étaient blanches contrairement à leurs tueurs respectifs ? Ces séparatistes bénéficient du soutien inconditionnel du ban et de l’arrière-ban de l’extrême gauche qui pense trouver là un nouveau prolétariat à encenser. Ces islamo-gauchistes et écologistes-pastèques ne saisissent pas que leurs “protégés” les manipulent, en usant au besoin de la taqiya, et, qu’en réalité, ils les exècrent en raison de leur athéisme.

En face, le gouvernement ne se contente pas de laisser la res publica et son droit être piétinés par des minorités séditieuses. Par la bouche de l’ancien ministre de l’Intérieur, il justifie ce renoncement de façon inconsidérée et suicidaire : « L’émotion mondiale […] dépasse au fond les règles juridiques qui s’appliquent. » Nul besoin d’être agrégé des facultés de droit pour comprendre qu’ici, le cher “État de droit” de tous les hérauts des “valeurs républicaines”, cédera sa place, dans le sang, à la loi du plus fort. Inventif, il a également lancé un improbable “ovni” juridique en clamant qu’une suspension devait être systématiquement envisagée à l’encontre de tout policier ou gendarme sur lequel pèserait un soupçon avéré d’actes ou de propos racistes. Pour couronner le tout, ce même ex-ministre a précisé qu’il était prêt à « s’agenouiller » pour « vaincre le racisme ». Un peu comme le vassal qui, dans le cadre de l’hommage féodal, prête allégeance à son seigneur, sauf qu’en l’occurrence, ce dernier ne le relèvera pas pour lui donner l’ os-culum – le baiser sur la bouche – avant de se jurer loyauté mutuelle. Ici, il s’agirait plutôt de l’humiliation du dhimmi qui se soumet devant son maître.

Un adage résume le comportement de l’État gangrené par les “valeurs républicaines” : “Faible avec les forts, fort avec les faibles. ” Ainsi, les “gilets jaunes” authentiques – qui disparurent rapidement après leur récupération par les mouvements islamo-gauchistes – avaient été violemment réprimés par les forces de l’ordre qui, en même temps, laissaient les casseurs et autres racailles commettre librement leurs exactions. Les rares voyous interpellés bénéficiaient de l’indulgence infinie d’une justice largement contaminée, en ce domaine, par une idéologie laxiste mortifère. Puis, durant la véritable claustration médiévale que le pouvoir politique a brutalement imposée à la population – pour tenter de camoufler son incurie et ses mensonges face à la pandémie qui a frappé le pays -, les policiers et les gendarmes, chapitrés par leur hiérarchie, se sont montrés impitoyables avec la population inoffensive. Malheur à celui qui avait oublié ou mal rempli son attestation de sortie : il était aussitôt frappé d’une amende de 135 euros. Pire, une minorité d’agents bornés n’ont pas hésité à verbaliser de façon imbécile, qui une dame de 79 ans simplement postée quelques minutes près de la fenêtre de l’hospice où dépérissait son mari de 93 ans ; qui un homme muni d’une attestation dérogatoire de déplacement se rendant au chevet de son père mourant qu’il ne reverra jamais vivant ayant été contraint de rebrousser chemin. Mieux, sur dénonciation d’un voisin, des policiers armés pénétraient dans une église parisienne pour interrompre une messe non publique qui réunissait 7 personnes non sans verbaliser grossièrement le prêtre officiant. Au même moment, un préfet de police reconnaissait implicitement que les fidèles musulmans pouvaient se réunir entre voisins le soir pour la rupture du jeûne durant le mois de ramadan, tandis qu’un directeur départemental de la sécurité publique demandait aux forces de l’ordre de se tenir en retrait des « quartiers à forte concentration de population suivant le ramadan ». L’effondrement de l’État qui s’accélère autorise les nouveaux sombres sires et leurs sbires à s’affronter ouvertement. Le chaos qui a récemment frappé Dijon est archétypique. À la suite de l’agression de l’un des siens, la “communauté” tchétchène a entrepris de le venger, c’est-à-dire, tout simplement, d’appliquer son droit coutumier ethnicoreligieux. Les agresseurs qui appartiennent à la “communauté” maghrébine sont originaires d’un des quartiers de la ville qu’ils tiennent en coupe réglée pour organiser leurs activités criminelles. Face à l’offensive tchétchène, les “seigneurs” locaux ont “naturellement” pris en charge la défense de leur territoire. Pendant plusieurs jours les deux “communautés” se sont affrontées, tandis que la puissance publique impuissante a laissé faire. La population dijonnaise, à commencer par celle qui vit dans le quartier disputé, a été totalement laissée à la merci des deux groupes lourdement armés. Puis les religieux ont pris les choses en mains et les “communautés” en guerre ont conclu un “armistice” à la mosquée ! De bien pires violences seraient survenues si l’un des deux camps n’avait été pas musulman, car là, il aurait fallu en sus donner une leçon aux infidèles. Cet épisode illustre parfaitement le fait, qu’aujourd’hui, plusieurs centaines de territoires codirigés par des caïds et des religieux se considèrent comme autonomes par rapport à la puissance publique, comme jadis les sires et châtelains. Mais le parallèle historique s’arrête là.

Cette fois, il n’y aura pas un Capétien pour restaurer – au besoin en utilisant la force de manière implacable, tel un Philippe le Bel – la res publica au nom du Christ. La Révolution a expulsé Dieu pour mettre l’homme à sa place, et depuis, la France déchristianisée n’en finit pas de se déliter. Désormais, à la tête du pouvoir séculier, se trouve un président de la République élu par le peuple. Et afin que les électeurs votent “correctement”, la lessiveuse médiatique essore intensément leur cerveau. Tout est fait pour promouvoir les “valeurs républicaines” destructrices de la res publica, et conséquemment, de la société française. Ici triomphe une vision suicidaire des droits de l’homme couplée à une idéologie mondialiste et européiste, l’ensemble étant promu par une oligarchie déracinée dont l’objectif est de faire de l’Europe une immense zone commerciale peuplée de consommateurs invertébrés, sans identité. Dès lors, le terrorisme des minorités s’exerce et il est aisé pour les groupes séparatistes de déboulonner les statues de Colbert et d’autres grands personnages du passé. L’objectif de ces conventicules “antiracistes”, qui constituent en réalité le racisme incarné, est de détruire de fond en comble la France, ses symboles et son histoire, qu’ils haïssent.

Cette fois, il n’y aura ni Paix ni Trêve de Dieu. Les évêques actuels ne paraissent guère de la même trempe que leurs devanciers des temps féodaux. Il est vrai que les seigneurs médiévaux étant tous chrétiens, la plupart d’entre eux respectaient, bon gré mal gré, l’autorité morale de l’Église. On ne peut pas exactement dire la même chose s’agissant des sécessionnistes d’aujourd’hui.

Cette fois, la plupart des séparatistes ne cherchent pas seulement à s’octroyer pouvoir et richesse. Ils prétendent également agir au nom d’une religion qui veut prendre sa revanche pour, enfin, conquérir la France et l’Europe, après avoir essayé sans succès pendant près d’un millénaire, entre le VIIIe et le XVIIe siècle.

Cette fois, en raison de la démission ou de l’incapacité des bellatores et des oratores, ce qu’il reste de laboratores lucides ne semble pas avoir d’autres choix que de prendre les choses en main pour enrayer la balkanisation mortelle de la France. Une telle perspective paraît aussi effrayante qu’inexorable.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :