MEMORABILIA

Mathieu Bock-Côté: «La violence de l’extrême gauche américaine»

CHRONIQUE – Il s’agit d’imposer un climat de révolution permanente qui se concrétise dans une occupation de l’espace public, prochaine étape après la destruction des statues

Par Mathieu Bock-Côté

Le Figaro. 4 septembre 2020.

Mathieu Bock-Côté.
Mathieu Bock-Côté. Le Figaro

Depuis la mort de George Floyd, la question des violences prend une place croissante dans la campagne présidentielle américaine. Après avoir nié leur réalité, comme s’il s’agissait de «fake news», la majorité des médias cherchent à en faire porter la responsabilité exclusive à Donald Trump et ne les dénoncent qu’à cette condition. Cette stratégie est aussi celle de Joe Biden. Par ses provocations et son plaidoyer répété pour la loi et l’ordre, Trump susciterait l’insurrection. Il est caricaturé en autocrate fascisant, et certains démocrates, comme Nancy Pelosi, invitent Joe Biden à ne pas débattre avec lui pour contester jusqu’à sa légitimité.

À LIRE AUSSI : États-Unis: Joe Biden dans le piège des violences urbaines

Mais cette analyse laisse dans l’ombre les dérives du mouvement Black Lives Matters (BLM) et de ceux qui s’en réclament. Pourtant, les émeutes se multiplient, les scènes de pillage aussi. Comme on l’a vu à Chicago ces dernières semaines, certains organisateurs de BLM les présentent comme des gestes de réparation nécessaires permettant aux Afro-Américains de récupérer les richesses dont ils ont été historiquement spoliés. Il ne faudrait officiellement y voir rien d’autre qu’une colère légitime contre le racisme intrinsèque de la société américaine. Mais ce qui se passe à Chicago n’est pas exceptionnel. Des événements violents de différentes natures se sont déroulés dans de nombreuses villes.

À Washington, on a vu des militants d’extrême gauche patrouiller dans les rues et s’imposer par dizaines de la manière la plus agressive qui soit à la terrasse des restaurants pour obliger restaurateurs ou clients à brandir le poing par solidarité avec BLM. On ne saurait traiter une telle scène comme un événement isolé dans la mesure où elle reproduit dans la vie civile une technique d’intimidation comme on en voit souvent sur les campus. Mais c’est à Portland que la situation semble devenir intenable. La frange extrême de BLM y fait régner la peur, défilant la nuit dans un quartier en klaxonnant et en hurlant des slogans agressifs sommant les habitants de se réveiller, démonstration de force et de souveraineté.À LIRE AUSSI :

 États-Unis: à Portland, la bataille entre les activistes antiracistes et la police fédérale

Il s’agit d’imposer un climat de révolution permanente qui se concrétise dans une occupation de l’espace public, prochaine étape après la destruction des statues. La plupart des grands médias s’entêtent à présenter ces violences comme des manifestations antiracistes. Complaisant lui aussi, le maire de Portland, Ted Wheeler, a accusé Donald Trump d’être à l’origine du climat de haine qui dévorerait le pays. Mais la Révolution, toujours, dévore ses enfants, et ceux qui cherchent à l’amadouer en minaudant finissent par se faire humilier. Lui qui tolérait, et même justifiait, les violences, a été évacué de son domicile après que des militants manifestant devant chez lui eurent jeté des débris enflammés sur son immeuble!

Notre but devrait être que d’ici vingt ans, ceux qui ont voté Trump soient bien trop mal à l’aise pour le dire à voix hauteMark Bray, universitaire et militant « antifa », dans son livre L’Antifascisme

On ne saurait dissocier ces événements de la mouvance dite «antifa», qui bénéficie d’une fascinante complaisance de la part des élites politiques et médiatiques tenant à tout prix au grand récit d’une violence nécessaire ou défensive, pour tenir tête à l’extrême droite qui assiégerait le pays. La formule revient souvent avec une forme de perplexité surjouée: comment peut-on s’opposer à ceux qui s’opposent au fascisme? On ne semble pas vouloir voir que le fascisme tel que se le représentent les «antifas» désigne globalement tout ce qui s’oppose frontalement à l’extrême gauche. Il en est de même du concept de «suprématie blanche», qui ne réfère plus au racisme version Ku Klux Klan, mais simplement aux normes civilisationnelles implicites à la société libérale.

Au cœur de la stratégie «antifa» se trouve une légitimation explicite de la violence révolutionnaire qui a pour fonction de créer un climat d’intimidation généralisé contre ceux qui s’opposent à leur idéologie. Mark Bray, universitaire et militant «antifa» lui-même, le reconnaît comme tel dans son livre L’Antifascisme: «Notre but devrait être que d’ici vingt ans, ceux qui ont voté Trump soient bien trop mal à l’aise pour le dire à voix haute. On ne peut pas toujours changer les croyances de quelqu’un, mais on peut évidemment les rendre trop coûteuses politiquement, socialement, économiquement et parfois même physiquement.»

À LIRE AUSSI : Mathieu Bock-Côté: «Pourquoi Trump peut gagner»

On peut élargir la réflexion. Nos sociétés semblent incapables de prendre au sérieux la menace de l’extrême gauche, même quand elle affiche ouvertement son désir de faire table rase de la plus violente manière. Sont-elles inhibées et paralysées devant elle par leur surmoi progressiste, alors qu’elles sonnent sans gêne l’alarme contre le «populisme»? Il est difficile de ne pas noter, dans les circonstances, que ces violences sont probablement la principale planche de salut d’un Donald Trump qui semblait condamné par sa gestion de la pandémie, et qui, d’un coup, prétend se présenter comme le représentant d’une volonté de ne pas céder devant une situation insurrectionnelle.

****************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :