MEMORABILIA

Robert Ménard : ENTRETIEN TONIQUE !…

 Politique

Le très à droite maire de Béziers revendique une parole décomplexée, et prédit la défaite de Marine Le Pen en 2022, si elle devait être candidate.

Par Géraldine Woessner

Le Point.fr

https://www.lepoint.fr/politique/robert-menard-ils-nous-cassent-les-c-avec-leurs-eoliennes-05-09-2020-2390430_20.php 

****************

Des étoiles à nouveau alignées… Et une ambiance morose. Quelque 200 élus du Rassemblement national se réunissent à Fréjus (Var) ce week-end, pour une rentrée politique qui marque le lancement de la campagne de Marine Le Pen. Officiellement, le parti se sent les voiles gonflées : la sécurité, angle mort de la politique d’Emmanuel Macron, est à nouveau au premier rang des préoccupations des Français, et la droite parle de tant de voix qu’elle reste inaudible. « Ensauvagement », « localisme », « souverainisme »… Les idées longtemps portées par le Rassemblement national sont à la mode.

Et pourtant, les élus RN ont pris le train, vendredi soir, en traînant des pieds : le parti, financièrement à genoux, a mangé la poussière aux dernières municipales. « C’est un répulsif », tranche le maire de Béziers, Robert Ménard, élu en 2014 avec le soutien du RN (et réélu ce printemps au premier tour), mais qui n’en a jamais été membre. Et qui, aujourd’hui, s’impatiente : si Marine Le Pen et son parti ont longtemps incarné et servi les idées des électeurs les plus à droite, les mêmes plombent aujourd’hui leurs chances, pense-t-il, d’accéder au pouvoir. Entretien.

Le Point : Écouterez-vous le discours de Marine Le Pen dimanche ?

Robert Ménard : Bien sûr, avec attention. Elle est une actrice incontournable de la scène politique, et j’ai des sympathies avec ce qu’elle dit sur de nombreux sujets, comme l’identité ou l’immigration, même si je n’ai jamais caché mes divergences. Mais je n’y crois plus beaucoup… Je n’arrive pas, aujourd’hui encore, à faire abstraction du débat de l’entre-deux tours, qui a montré un certain nombre de limites. En même temps, je plaide coupable, parce que j’ai cru qu’au fond Marine Le Pen aurait beaucoup de mal à se relever de ce débat-là, or elle a retrouvé le même niveau d’électorat qu’il y a trois ans.

Si elle est candidate à la présidentielle de 2022, vous lui prédisez une défaite…

Je pense que, aujourd’hui, elle n’est pas en position de gagner. Ça l’exaspère quand je dis cela, mais cela n’a rien contre elle ; je pense simplement que le courant de la droite qu’elle incarne n’est pas suffisant pour gagner. Le discours qu’elle tient sur les questions économiques n’est pas en phase avec ce dont notre pays a besoin.

J’ai beaucoup de mal à voir les différences entre les programmes du RN et de M. Mélenchon sur les questions économiques et sociales.

C’est-à-dire ?

Marine Le Pen n’arrive pas à reconnaître qu’une personne qui n’est pas de son bord politique puisse, parfois, avoir raison. Sur la réforme de la SNCF, même si je serais allé plus loin que lui, Emmanuel Macron a fait de bonnes choses. Et sur les retraites aussi ! Pardon, mais on ne peut pas continuer, comme le fait le Rassemblement national, à faire croire aux Français qu’un statu quo soit envisageable, vivable, ou même souhaitable ! Je ne partage pas les analyses très gauchisantes du RN sur les questions économiques et sociales. Mais cela ne veut pas dire qu’on ne peut pas travailler ensemble.

Pour vous, Marine Le Pen se « mélenchonise » ?

J’ai beaucoup de mal à voir les différences entre les programmes du RN et de M. Mélenchon sur les questions économiques et sociales. Il n’y en a quasiment pas ! Or, je pense que la France n’a pas besoin de ce discours un brin racoleur.

Rien n’est possible sans elle, et rien n’est possible contre elle.

Quel avenir voyez-vous pour votre courant de pensée ?

Aujourd’hui, Marine Le Pen occupe un espace qui est suffisamment important pour empêcher l’existence de toute autre candidature à droite de la droite. Rien n’est possible sans elle, et rien n’est possible contre elle. Est-ce que quelque chose est possible avec elle ? C’est la question que je me pose à longueur de temps…

La droitisation de l’électorat, mesurée dans plusieurs enquêtes, ne profite à aucun parti. Marine Le Pen réfléchit à quitter la présidence du RN pour « prendre de la hauteur », tirant aussi la leçon de la victoire de Louis Aliot aux municipales, qui a conquis Perpignan en fuyant toute mention du Rassemblement national. Est-ce une bonne stratégie ?

Je me souviens de discussions avec Marine Le Pen avant les élections de 2017. Je lui ai dit : « Tu dois quitter le FN, c’est le meilleur signe que tu puisses donner pour les gens qui ont envie de voter pour une femme solide, capable de nouer des alliances. » C’est une nécessité absolue ! On va voir si elle le fait… Mais est-ce que ce sera suffisant ? Non. La victoire passe par des efforts programmatiques, et par une façon d’être différente. Les gens n’en peuvent plus des partis politiques ! Du sien comme des autres.

Avec Louis Aliot, êtes-vous en train de construire une notabilité en dehors du parti ?

Ce que je constate, c’est que Louis a gagné les élections sans le logo de son parti, et qu’il a tout fait pour faire oublier qu’il était au RN. Les dernières élections ont été pour eux un échec total  ! Leur seule victoire, Perpignan, se fait contre eux en termes d’image. Alors oser présenter la victoire à Perpignan comme une victoire du RN, il ne faut pas manquer de culot ! Mais il a eu totalement raison, et c’est ce qu’il faut qu’on fasse dans toute la France.

Vous voulez dissoudre le RN ?

Non, mais il faut construire autre chose. Personne ne veut d’un nouveau parti. On veut des gens capables de s’entendre, à la fois avec Marine Le Pen, et avec une droite de gouvernement plus raisonnable, afin de trouver une candidature qui arrive à associer ces deux électorats. Cela s’est vu dans l’Histoire.

Que préconisez-vous, s’il n’y a plus de parti ?

Notre courant de pensée est incapable aujourd’hui de gagner des élections, on les perd systématiquement. Que faire ? La première solution est de se dire que puisque aucune personnalité n’émerge, laissons passer notre tour en attendant que, dans sept ans, Marion Maréchal ou d’autres viennent remplir ce vide. On peut, deuxième hypothèse, soutenir une candidature de témoignage, comme celle de Jean-Frédéric Poisson (mais personne ne peut penser sérieusement qu’il puisse gagner les élections). Troisième hypothèse : on regarde du côté de la droite de gouvernement, chez les Républicains, et on en cherche un qui serait moins inexistant, moins insipide que les autres…

Dans cette galaxie, François-Xavier Bellamy se distingue : il respire l’honnêteté. Mais peut-il incarner un vote populaire, pas uniquement versaillais ? Je n’en suis pas sûr. Quatrième hypothèse : on reconnaît que la politique, ce sont des alliances et des compromis, et on essaie d’aider une nouvelle fois Marine Le Pen. Enfin, dernière hypothèse : on peut imaginer une candidature de rupture, avec une personnalité audacieuse. Une candidature d’envie, de souffle, d’ambition, qui sache se mettre à distance des partis politiques, qui mènerait une candidature de liberté, époustouflante, une campagne qui brûle ses vaisseaux…

Marion Maréchal ? Le général de Villiers ?

Je ne vais pas passer ma vie à attendre qu’une jeune fille se décide à vouloir faire de la politique. Et je ne suis pas de ceux qui pensent que parce que tu es galonné, tu es en état de diriger un pays. N’est pas de Gaule qui veut, et on n’est plus en 1940, ni en 1958. Je pense aujourd’hui, mais j’extrapole peut-être, que les expériences et les succès que l’on engrange, certes au niveau d’une ville, certes au niveau d’une agglomération, certes dans le Midi, indiquent qu’il y a quand même un passage possible… À côté du RN, pas contre lui.

Vous avez eu des mots peu amènes envers Christian Estrosi, qui appelle les élus LR à faire alliance avec Emmanuel Macron. « C’est la droite châtrée », dites-vous…

Honnêtement, le maire de Nice se fout de la gueule du monde. Il va à la niche ! C’est une droite qui a honte d’elle-même. Sur les questions du terrorisme, de l’identité, de l’immigration, M. Macron n’a rien fait avancer. Leur problème est que, à droite, aucun candidat n’émerge. Qu’est-ce qui différencie M. Baroin de M. Macron ? Rien. Absolument rien, rien de rien. Ils font carrière à droite, à gauche, au milieu : ils font carrière ! Et MmePécresse… Elle est de droite, Mme Pécresse ? C’est une douce plaisanterie. Ces gens sont à mille lieues de ce à quoi j’aspire.

Comment l’ancien fondateur de Reporters sans frontières vit-il le procès des attentats de Charlie Hebdo, de Montrouge et de l’Hyper Cacher ?

Quand je lis, dans un sondage qu’a commandé Charlie, que 37 % des 15-24 ans aujourd’hui font passer leurs convictions religieuses avant les valeurs de la République (et le taux est de 74 % chez les jeunes musulmans !), je suis effrayé. Mais quel échec pour nous, quel échec ! On constate un recul dans la tête des gens, parce qu’on ne défend pas ce qu’on est. Regardez combien, dans la classe politique, ont des prudences de Sioux, et parlent des caricatures de Mahomet comme d’une « provocation » ? Je dois dire que j’ai trouvé très beaux les mots du Premier ministre, qui a dit : « Toujours Charlie. » C’était juste. Si j’ai envie de détester l’islam et que des gens ont envie de détester le christianisme, ils sont libres de le faire ! C’est ce qui fait notre pays. Dieu sait si ce journal m’a étrillé, mais je me bats pour que les journaux comme Charlie Hebdo existent. La liberté d’expression, de parole, de presse, doit être défendue sans limites. En dehors des appels explicites à la violence, tout est tolérable et tout doit être toléré.

Y compris une politique-fiction représentant une élue de la République (Danièle Obono) en esclave ?

Je comprends très bien qu’on puisse être blessé, personnellement, par un certain nombre de choses, mais ce qui peut être dit en est une autre ! À travers ce feuilleton, Valeurs actuelles voulait rappeler que les Africains eux-mêmes ont nourri la traite, et l’esclavage dans les pays musulmans. Des Africains ont vendu des Africains. On peut être maladroit dans la forme. Mais on n’aurait plus le droit de dire cette vérité ? Aujourd’hui, l’émotion est tellement prégnante dans le débat public que toute précision raisonnable, historique, n’a plus sa place. Écrivez ce que je viens de dire, vous verrez les emmerdes que vous allez avoir…

L’autocensure est un poison. Il n’y a plus besoin de procès : le simple fait d’être montré du doigt et menacé de poursuites par une association fait de vous un coupable, parce que la presse va se jeter dessus, et entraîner l’opinion. La presse est tellement moutonnière, elle chasse en meute… Cinquante articles diront que vous avez été « mis en cause ». Ma femme, députée, a son compte Twitter bloqué depuis un an et demi, pour avoir dit avec humour, au moment du débat sur la fessée, que la petite Greta Thunberg en mériterait une !

Mais ils nous cassent les couilles, avec leurs éoliennes !

Vous ne semblez pas fou d’écologie… Il y a quelques jours, vous avez déclaré qu’il faudrait « mettre une bombe et faire péter toutes ces éoliennes ». Bref : vous êtes opposé à un projet d’implantation près de Béziers

Mais ils nous cassent les couilles avec leurs éoliennes, Madame ! Ces éoliennes, c’est une pourriture pour les paysages, c’est une pollution ! Je voudrais qu’on m’en fasse le bilan carbone. On n’en veut pas ! Vous savez combien on les paie, les éoliennes ? Elles n’ont que 23 % de rendement, et on rachète l’électricité plus cher que pour n’importe quel type d’électricité ! Elles font 150 mètres de haut, la moitié de la tour Eiffel. On va les voir depuis la cathédrale de ma ville, et vous croyez que je vais l’accepter ? Jamais ! C’est une cochonnerie, une espèce d’idée de bobos des villes, qui ne savent pas faire la différence entre deux arbres ou entre deux races de chien. Mais qu’ils aillent se faire foutre, ces écolos-là !

Pour 2022, je veux un candidat mal élevé !

Xavier Bertrand, lui aussi très opposé aux éoliennes, dit en substance lamême chose, mais plus poliment…

Mais moi, je ne suis pas poli. Et pour 2022, je veux un candidat mal élevé ! Il y en a marre, des gens bien élevés ! La majorité pense la même chose que moi. Les éoliennes sont un non-sens écologique, et économique. C’est de l’idéologie qui culmine à 150 mètres ! Je le dis de manière brutale, imagée, mais mes arguments sont raisonnables. Moi, j’ai envie d’une écologie qui m’aide à trouver des solutions. Comment vais-je m’y prendre pour planter les 5 000 arbres que je veux planter dans ma ville ? Où vais-je pouvoir le faire ? Le préfet prétend m’imposer ces éoliennes absurdes ? Cela dit le mépris que notre classe politique a pour les gens.

En France, on croule sous le nombre de gens intelligents. Mais combien sont courageux ?

******************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :