MEMORABILIA

La tempête de l’ensauvagement

Par  François d’Orcival

Publié le 10/09/2020

Valeurs actuelles

La dégradation des chiffres de la délinquance a fini par inquiéter le gouvernement. Le voici obligé de s’en emparer.

« Jamais le bilan de l’action du gouvernement Macron en matière de lutte contre l’insécurité n’a été aussi mauvais aux yeux des Français », dit l’Ifop. Selon son dernier sondage (avec la société Avostart), il ne reste que 27 % des personnes interrogées pour le juger encore positif — un Français sur quatre ! Cela fait 14 points de perdus en deux ans et demi. Et 70 % des Français estiment justifiée l’expression d’“ensauvagement” employée par le ministre de l’Intérieur pour qualifier l’évolution de la délinquance. Ce chiffre est de 85 % dans l’électorat Macron et chez Les Républicains, 83 % au Rassemblement national, contre de 47 à 54 % à gauche et à l’extrême gauche… L’enquête date du 4 septembre.

Le 7, le ministre de l’Intérieur en tirait la leçon en expliquant au Parisien qu’il pensait « profondément » que la France était « malade de son insécurité » « Il faut vraiment être sourd et aveugle, disait-il, pour ne pas entendre ce que nous disent les Français. » Avec des chiffres aussi mauvais, il se savait pris au sérieux quand il défendait l’idée d’« ensauvagement » de la délinquance contre le garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti, pour qui il n’y a là qu’un « sentiment d’insécurité ».

Gérald Darmanin s’est beaucoup battu pour être nommé ministre de l’Intérieur lors du remaniement du 6 juillet, quand il n’était encore que celui des Comptes publics. Accompagné, ce mercredi, par Marlène Schiappa, sa ministre déléguée (du même âge que lui, il va avoir 38 ans), il devait être le ministre en vue au séminaire gouvernemental consacré à “l’ordre républicain”. C’est-à-dire à la sécurité publique, et à la préparation d’un projet de loi sur le “séparatisme”.

« On est élu pour avoir avoir des résultats. On doit assumer. Donc il faut se fixer des objectifs ambitieux… », avançait Nicolas Sarkozy

Entre-temps, il avait invité deux présidents de la République à l’occasion de son mariage, le samedi 29 août, un ancien, Nicolas Sarkozy, et l’actuel, Emmanuel Macron. Rien n’était dû au hasard. Il a été un proche du premier qui lui a remis la Légion d’honneur comme maire de Tourcoing ; il est depuis trois ans un ministre du second. Du premier, il a retenu les enseignements qu’il compte apporter au second.

Le 27 juillet, Sarkozy avait présenté à la télévision son dernier livre, le Temps des tempêtes (Éditions de l’Observatoire), et en avait profité pour rappeler que Darmanin était son « ami ». Or l’ami en question allait trouver quatre pages dans le livre dont il pouvait faire son miel. Ces quatre pages racontaient un événement qui avait eu lieu le 29 novembre 2007 : Sarkozy, président de la République depuis sept mois, avait réuni 2 000 policiers et gendarmes à la Grande Arche, à la Défense, à la suite d’émeutes qui s’étaient produites à Villiers-le-Bel. « La réponse aux émeutes, ce n’est pas l’argent sur le dos des contribuables , avait-il lancé, c’est l’arrestation des émeutiers. »

Darmanin en a fait sa doctrine. Mais il y avait autre chose dans le propos de Sarkozy. Il rappelait qu’à l’époque où il était ministre de l’Intérieur, il avait décidé de publier tous les mois les chiffres de la délinquance. « Mais vous n’y pensez pas ! », lui avaient dit ses collaborateurs. – Pourquoi ? – S’ils sont mauvais ? – Eh bien, on le dira aux Français. » Sarkozy avait ajouté : « On est élu pour avoir des résultats. On doit les assumer. Sinon, un jour, ce sont les habitants qui feront le travail à notre place… Donc, il faut se fixer des objectifs ambitieux et les tenir. »

Dès que la gauche est revenue au pouvoir, elle a mis fin à la publication de ces chiffres. « On ne sait plus rien , dit Sarkozy. La démocratie y a-t-elle gagné quoi que ce soit ? A-t-on fait baisser la fièvre ? Nulle part ! » Au contraire, les statistiques n’ont cessé de se dégrader. Darmanin le sait. C’est pourquoi il a décidé de communiquer à nouveau, dès le mois d’octobre, l’ensemble des résultats de ses services. « Nous sommes pour la politique du résultat », dit-il.

Nous allons voir.

**************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :