MEMORABILIA

Squat: «La France à l’envers»

L’éditorial du Figaro, par Yves Thréard.

Par Yves Thréard

16 septembre 2020.

Yves Thréard.
Yves Thréard. Le Figaro

La France est-elle encore un État de droit? La chronique des faits divers montre que l’ordre républicain a bien du mal à s’imposer. La culture de l’excuse est souvent la meilleure alliée des fauteurs de troubles. L’affaire des squatteurs de Théoule-sur-Mer est, à ce titre, exemplaire. Si ubuesque qu’elle paraisse, elle révèle surtout le désordre intellectuel qui préside, depuis plusieurs années, à la fabrication de la loi.

Avec Henri Kaloustian et son épouse, jeunes retraités qui n’avaient plus que leurs yeux pour pleurer, les Français, interloqués, ont découvert l’impensable: le droit de propriété, pourtant consacré par la Déclaration des droits de l’homme de 1789, n’a aujourd’hui qu’une valeur relative ; la législation protège mieux les squatteurs que les propriétaires ; les pouvoirs publics, censés faire respecter l’ordre, sont, quant à eux, réduits à l’impuissance.

C’est la France à l’envers. Un pays qui a laissé bafouer ses grands principes, où les victimes sont tenues pour responsables de leur infortune, où les possédants sont, par définition, les suspects et les méchants. Un pays déformé par des années de laisser-faire. Un pays où le législateur a cédé aux discours proférés par des idéologues de tout poil, activistes du squat organisé, zadistes, militants des causes minoritaires… Si la gauche a ouvert grand les portes à la démagogie – Cécile Duflot s’y employa avec minutie -, la droite n’y a pas toujours résisté – elle est à l’origine du droit au logement opposable, régulièrement détourné.

L’indignation suscitée par le scandale de Théoule-sur-Mer a mis le gouvernement au pied du mur. D’ici à la fin de l’année, l’expulsion de squatteurs devrait être rendue plus facile. Averti, le préfet ne pourra plus faire la sourde oreille. Quant au délai qui impose de le saisir dans les 48 heures, il n’a jamais figuré dans aucun texte: il est utile de le rappeler.

Lorsque la loi est incohérente, injuste, la tentation est forte de se faire justice soi-même. C’est alors le début de l’anarchie. Il est urgent de remettre les pendules à l’heure, et la France dans le droit chemin.

**************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :