MEMORABILIA

« Macron en plein déni de réalité : le séparatisme est un colonialisme identitaire »…

Scroll down to content

*************

Mais qu’attendions-nous donc de cet amateur velléitaire ??? Artofus.

**************

Par  Auteur Jean Messiha / Vendredi 2 octobre 2020

Valeurs actuelles.

– Le chef de l’Etat a enfin nommé l’adversaire islamiste, mais son oubli de la menace indigéniste, sa mise en cause de la France et son refus de stopper l’invasion migratoire ne feront rien pour freiner la conquête à l’œuvre, déplore Jean Messiha, membre du bureau national du RN. Tribune.

************

Le président de la République a prononcé ce vendredi 2 octobre un discours important sur le séparatisme. Il l’a fait aux Mureaux, ville des Yvelines qui, comme tant d’autres dans notre pays, a subi un changement de peuple radical.  Reconnaissons à Emmanuel Macron d’avoir enfin nommé un adversaire : le séparatisme islamique qui fermente principalement au sein de l’immigration maghrébine, turque mais aussi moyen-orientale, avec le soutien de certains pays qui ont fait vœu de propager leur idéologie politico-religieuse. 

SUR LE MÊME SUJET Pour expliquer le séparatisme, Macron évoque… le passé colonial de la France

De telles déclarations sont pires qu’un crime. C’est une faute. Nous n’avons en réalité assigné personne à un territoire particulier. Nous n’avons jamais décidé que les Arabes et les Noirs devaient vivre à tel ou tel endroit en France. Et de fait, ils se sont  installés partout. La fameuse ghettoïsation n’est que la localisation de gens à faible revenus dans des quartiers ou des cités où les loyers étaient bas. Ces cités HLM ont servi dans les années 50, 60 et 70 aux Français modestes des milieux ruraux, venus travailler dans les villes.

Y atterrissaient également des populations quittant des clapiers inconfortables de centre-ville mais aussi, plus tard, les pieds-noirs d’Algérie chassés et spoliés de leur pays de naissance. Sans parler des très nombreux migrants espagnols, italiens, polonais, portugais puis des « boat people » chinois et indochinois. Est-ce que pour ces populations il était question de ghetto ? Que nenni. On considérait au contraire qu’ils devaient se réjouir d’avoir un logement décent, doté de chauffage, d’eau courante, de salle de bains et de cuisine. Que l’école et la bibliothèque situées à proximité étaient une chance, que les trains, pourtant lents et pas très nombreux vers les centres-villes, étaient un atout énorme pour décrocher un emploi.

SUR LE MÊME SUJET Séparatisme : Macron veut “une présence républicaine au bas de chaque immeuble” et “enseigner davantage la langue arabe à l’école”

Rapidement s’y sont installés commerces et services de proximité. Ces quartiers n’étaient certes pas enthousiasmants du point de vue urbanistique, mais on y vivait correctement et en sécurité. L’immigration de masse maghrébine et subsaharienne a progressivement transformé ces zones. On affirme qu’elle y a apporté de la diversité. Peut-être. Mais elle a surtout apporté de l’hétérogénéité identitaire, une religion notoirement intolérante et discriminatoire à l’égard des femmes et des minorités, des difficultés scolaires, du chômage dans un pays à l’économie déclinante et progressivement la délinquance, la violence, l’islamisme, le communautarisme, etc. 

Prenant en compte les besoins exceptionnels de ces populations nouvelles, des moyens considérables ont été engagés à partir des années 80 avec la « politique de la ville » qui était en fait la politique des banlieues devenues de plus en plus africaines et arabo-musulmanes. Il serait fastidieux de compter les dizaines de milliards engloutis dans ces territoires. On accusait la mocheté et la taille des barres d’immeubles de mener à la détresse des cités. On les a abattus pour reconstruire bien mieux, on a multiplié les moyens de transports (bus, RER, extension du métro), ajoutés des MJC, des médiathèques, des employés des médiateurs et j’en passe. Eh bien cela n’était, parait-il, pas le problème. Il fallait donner du boulot, donner du sens, etc. Pour les classes populaires du peuple historique et des immigrés à peau blanche ou jaune, l’Etat en faisait toujours bien assez. Mais pour ceux à peaux plus foncées, ça n’était au contraire JAMAIS assez. Voilà la réalité que Macron confirme. 

SUR LE MÊME SUJET Séparatisme : Macron veut une loi en “béton”, sinon “tout le monde nous tombera dessus”

Il est temps d’affirmer une vérité : personne n’est assigné à résidence dans notre pays sur la base de sa race ou de sa religion. On peut vivre où on veut en France. Tout est une question de moyens. Des Noirs et des Arabes aisés vivent dans les quartiers aisés de nos villes et dans des banlieues cossues alors que des Blancs défavorisés vivent dans des communes pauvres et des logements modestes, entourés de très nombreux Arabes et Noirs eux aussi défavorisés. Des Maghrébins et Africains, qui ont accédé à la classe moyenne, vivent dans les lieux où vit la classe moyenne blanche. Il n’est pas rare de voir des jeunes issus de ces populations prétendument discriminées dans les écoles privées, souvent catholiques, de notre pays.

La concentration de la pauvreté parmi les populations issues de certaines immigrations serait de la faute du peuple historique et plus généralement des Blancs comme le sous-entend à haute voix le chef de l’Etat. C’est un mensonge. Ces mêmes populations se sont révélées incapables de faire sortir de la pauvreté leur pays d’origine. Regardons le spectacle qu’offrent l’Afrique noire, le Maghreb ou encore les enfers obscurantistes et régressifs que sont l’Iran, le Pakistan et l’Afghanistan.

SUR LE MÊME SUJET Loi sur le séparatisme : Mélenchon ne veut pas “ranimer” une guerre de religion 

Pour le président, la concentration géographique de certaines communautés expliquerait les séparatismes mais nous avons par exemple plusieurs villes où vit une importante communauté arménienne, nous avons aussi des quartiers où vit une importante communauté chinoise comme dans le 13e arrondissement de Paris.  Constatons-nous dans ces territoires un séparatisme arménien ou chinois ? Bien sûr que non.

En égrenant comme il l’a fait les innombrables exemples de repli communautaire et de dérives islamistes, Emmanuel Macron a fait un inventaire, un travail d’expert en assurance qui viendrait constater les dégâts après des intempéries. Bien. Il a ensuite établi une longue liste de mesures pour contrer le séparatisme. La plupart vont certes dans la bonne direction.

SUR LE MÊME SUJET Valls exhorte Macron à “restaurer l’autorité” face au séparatisme

Mais une fois de plus, lui comme ses prédécesseurs sont dans le déni de la réalité profonde. En atteste cette mesure visant à rendre obligatoire l’enseignement de l’arabe à l’école. Lutter contre le séparatisme en favorisant le remplacement culturel, fallait y penser. Car, oui, la France a subi une véritable colonisation de peuplement voulue ou tolérée par nos élites. Et ces peuples dotés d’une identité forte et différente de celle du peuple historique veulent imposer leur idéaux, leur mode de vie, etc.  Cela n’est pas illogique.  C’est même assez humain. L’histoire du monde est émaillée de conquêtes ethno-civilisationnelles. Une conquête est en cours en France et plus généralement en Europe de l’Ouest, du Nord et dont l’Europe centrale veut se préserver au grand dam des « progressistes ».

Macron a tort de penser que ce qui nous menace relève du « séparatisme », il s’agit en fait d’un colonialisme ethno-identitaire. Il s’installe territoire par territoire, il se fédère au niveau national et européen. Il est « en marche », financé de surcroît par nos propres impôts, ce qui constitue le stade suprême de notre décadence. Soyons juste, une partie de ces nouveaux venus est dans une démarche de francisation mais elle pèse peu dans la vague qui nous submerge.   

Nous savons que seuls l’arrêt de l’invasion migratoire et la remigration sélective des étrangers indésirables par leur comportement ou leur inactivité peuvent sauver notre pays. Emmanuel Macron ne veut pas en entendre parler. Il prétend croire que le durcissement des lois de la République et encore plus de moyens en faveur des colonisateurs permettront d’assagir la conquête. Funeste naïveté ou sinistre complicité ? A vous de décider mais au fond quelle différence pour notre avenir ?

**************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :