MEMORABILIA

Le CCIF est subventionné par la Commission européenne !…

Scroll down to content

Autodéclaré indépendant, le CCIF met un point d’honneur à ne toucher aucun financement de l’État français. Pour autant, il reçoit des subventions de la Commission européenne, lesquelles sont financées par la participation des États européens au budget de l’Union .

Le CCIF subventionné par la Commission européenne

La rédaction Publié le 21 octobre 2020 FRONT POPULAIRE

« Pas une minute de répit pour les ennemis de la République », a vaillamment twitté lundi Gérald Darmanin, semblant découvrir, en 2020, le rôle du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) dans l’opportune montée en puissance de l’islam politique. Après l’assassinat de Samuel Paty, le CCIF est accusé par le gouvernement d’avoir promu le séparatisme. Pour cette raison, le ministre de l’Intérieur propose de le dissoudre.

De son côté, le CCIF se dit victime d’une campagne de « haine » et le fait savoir dans un communiqué sobrement intitulé « La bascule d’un état de droit vers l’arbitraire ». Jawad Bachare, son actuel président, considère que « l’attitude du gouvernement vise à restreindre les libertés du CCIF qui est une association antiraciste, apolitique, et areligieuse. » (sic, c’est moi qui souligne. Artofus.)

Le CCIF choisit donc assez logiquement la défense victimaire, sa ligne originelle. L’association s’auto-déclare antiraciste, apolitique, areligieuse…et tout à fait indépendante : « Le CCIF ne reçoit aucune subvention de l’Etat. Ce choix est la garantie de notre indépendance », peut-on lire sur le site de l’association. « Aucun pays étranger, ni le Qatar ni un autre, ne finance le CCIF (…) Depuis la création du CCIF jusqu’à aujourd’hui, nous avons maintenu la même ligne de conduite d’indépendance vis-à-vis des gouvernements et des États, afin de poursuivre notre travail sereinement. » Des gouvernements et des États, il faut voir, mais comme le rapportait Le Figaro il y a huit ans, le CCIF a reçu 35 000 euros de subventions en 2012 de l’Open Society du milliardaire américain Georges Soros, qui n’est pas franchement connu pour sa neutralité idéologique.

Le CCIF prétend donc ne recevoir aucune subvention de l’Etat français, ce qui est théoriquement exact. Sauf que, comme l’organisation l’admet elle-même, elle a reçu en 2013 le soutien financier de la Commission européenne, « dans le cadre de la mise en place d’un projet de collecte des données sur les actes islamophobes, dans huit pays européens, conjointement mené avec d’autres associations. »

Un soutien financier renouvelé, puisque si l’on en croit le site même de la Commission européenne, et plus précisément son système de transparence financière, en 2017, le CCIF a reçu 51 450 euros de subventions ! Or, d’où viennent les subventions de la Commission européenne si ce n’est du budget annuel de l’UE, lequel est approvisionné à hauteur d’environ 20 milliards par…l’État français, majoritairement au travers du Revenu national brut (RNB) ? En 2017, la France était le troisième contributeur net au budget de l’UE, derrière l’Allemagne et le Royaume-Uni.

Car la France est classée « important contributeur net » de l’Union européenne, ce qui signifie qu’elle contribue plus au budget européen qu’elle n’en bénéficie sous forme de subventions (comme l’Allemagne), à l’inverse des pays « bénéficiaires net » qui en bénéficient plus qu’ils n’y contribuent (comme la Pologne, la Belgique, la Grèce ou la Hongrie). Il est déjà assez difficile, en l’absence de peuple européen, d’expliquer aux Français qu’ils doivent subventionner les autres pays. Désormais, il faut que le gouvernement français leur explique qu’ils ont – au travers de l’appartenance de la France à l’UE – financé et promu le CCIF, association qu’il qualifie aujourd’hui – par la voix de son ministre de l’Intérieur – « d’ennemie de la République » !

Le CCIF a parfaitement réussi, en à peine moins de 20 ans, à se faire reconnaître comme un observateur neutre de la vie politique. En Janvier 2016, le CCIF était à Bruxelles pour rencontrer David Friggieri, le coordinateur de la Commission européenne pour la lutte contre l’islamophobie. Le CCIF faisait partie d’une délégation européenne d’association de lutte contre l’islamophobie dont l’objectif était d’établir un bilan de l’islamophobie en Europe. De surcroît, le CCIF est invité tous les ans par l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, (OSCE), pour laquelle Marwan Muhammad, son ancien directeur, a travaillé.

Association loi 1901 crée en 2003 et revendiquant 12 000 adhérents, le CCIF a pour objectif officiel de lutter contre l’islamophobie en recensant les actes jugés islamophobes. Dans les faits, il sert principalement à empêcher toute critique de l’islam et à distiller l’idée que les musulmans sont les victimes d’une persécution institutionnelle. Le CCIF inclue par exemple dans sa liste des actes islamophobes tendant à prouver l’institutionnalisation de l’islamophobie : les imams expulsés pour cause d’appel au djihad. La méthode statistique du CCIF a d’ailleurs été démontée par Isabelle Kersimon et Jean-Christophe Moreau dans leur livre Islamophobie, la contre-enquête (2014).

************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :