MEMORABILIA

« Après l’attentat de Conflans, l’opposition fustige l’enseignement de l’arabe à l’école »

Scroll down to content

Par Camille Vigogne Le Coat, publié le 23/10/2020 – L’EXPRESS

Une école primaire dans l'Aude, le 18 mai 2020.
Une école primaire dans l’Aude, le 18 mai 2020. Hans Lucas via AFP

Pour la droite et l’extrême droite, le projet d’Emmanuel Macron visant à renforcer l’enseignement de l’arabe à l’école est devenu indéfendable.

« Ils décapitent nos professeurs. Nous, on va enseigner l’arabe. » L’attaque est venue de Robert Ménard, le maire de Béziers, proche du Rassemblement national, quelques heures à peine après l’annonce de la décapitation de Samuel Paty devant son collège de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), vendredi 16 octobre. Deux jours plus tard, son constat était partagé par le député Les Républicains (LR) Éric Ciotti. « Quand je vois que la principale mesure du texte sur le séparatisme est la promotion de l’enseignement de l’arabe à l’école, je crois rêver ! », s’est exclamé dans le JDD ce spécialiste des questions de sécurité. Droite et extrême droite font ici référence à la mesure défendue par Emmanuel Macron, le 2 octobre, lors de son discours des Mureaux (Yvelines). Le président de la République présentait les grandes lignes du futur projet de loi contre les séparatismes, qui doit être présenté le 9 décembre en conseil des ministres. Selon le chef de l’Etat, enseigner l’arabe à l’école, « dans un périscolaire que nous maîtrisons », permettrait de limiter son apprentissage dans les mosquées, et donc les risques de radicalisation. « Quand nous n’enseignons pas [l’arabe] à l’école, nous acceptons que plus de 60 000 jeunes aillent l’apprendre dans des associations pour le pire et qui sont manipulés », a-t-il expliqué. 

LIRE AUSSI >> Faut-il développer l’apprentissage de l’arabe à l’école ?  

Emmanuel Macron, aux Mureaux, le 2 octobre 2020, à l'occasion de son discours de lutte contre le séparatisme.
Emmanuel Macron, aux Mureaux, le 2 octobre 2020, à l’occasion de son discours de lutte contre le séparatisme.AFP

La mesure a immédiatement suscité les critiques de l’opposition. L’idée est jugée « ridicule » par l’ancien ministre de l’éducation Luc Ferry, ou considérée comme « une lâcheté et une faute » par le député LR Aurélien Pradié. « Favoriser l’apprentissage de l’arabe, en focalisant qui plus est cet apprentissage dans certains quartiers spécifiques, cela revient à enfermer des enfants dans leurs prétendues « origines ». C’est le contraire de la République ! », disait alors le secrétaire général du parti Les Républicains dans L’Express. Les protestations ont redoublé depuis l’attentat ayant visé le professeur d’histoire-géographie. « Déjà, avant la décapitation, cette proposition était à côté de la plaque. Alors aujourd’hui, faire de cette mesure une réponse au mal-être de la société, c’est vivre hors sol ! », ne décolère pas Robert Ménard. Une analyse partagée par François Fillon, qui dans son interview à L’Express affirme : « Le contexte d’urgence justifie que l’enseignement de l’arabe ne soit pas une priorité de l’école publique. » L’ex-ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux résume : « Nous considérons à l’unanimité que ce n’est pas la bonne direction : la langue française est le premier sujet d’intégration. L’attentat vient seulement confirmer les choses. » 

Pour le gouvernement, « une mesure annexe »

La proposition d’Emmanuel Macron reste-t-elle d’actualité dans le climat d’émotion et de colère qui a envahi le pays ? « Il n’y a pas de débat », affirme à L’Express le ministère de l’Intérieur, tout en précisant que cette « mesure annexe » ne figurera pas dans le projet de loi sur les séparatismes, mais dépend du ministère de l’éducation nationale. A l’Elysée, on estime qu’il est difficile « de répondre par oui ou par non » à la question de savoir si la mesure reste prioritaire. « Des réunions ont lieu très régulièrement sur ces sujets : l’arsenal de mesures est à prendre dans sa globalité », élude un proche d’Emmanuel Macron, pas très à l’aise sur cette question.  

*************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :