MEMORABILIA

Luc de Barochez – L’islamisme international contre la France

Scroll down to content

ÉDITO. L’islam des Lumières qu’Emmanuel Macron appelle de ses vœux ne pourra pas voir le jour sans un combat diplomatique et politique déterminé.

Par Luc de Barochez Publié le 27/10/2020 Le Point.fr 

Des manifestants palestiniens protestent contre la publication de caricatures de Mahomet, le 25 octobre dans la bande de Gaza
Des manifestants palestiniens protestent contre la publication de caricatures de Mahomet, le 25 octobre dans la bande de Gaza  © MAHMUD HAMS / AFP

L’offensive lancée par Emmanuel Macron contre l’islamisme politique est un combat international, tout autant qu’un défi de politique intérieure. La dérive radicale d’une partie de l’islam de France est financée et encouragée par des groupes salafistes internationaux, mais également par des États musulmans qui instrumentalisent l’islam à des fins politiques. Or, sur ce terrain, la France manque douloureusement de soutiens. Les pays qui partagent sa conception de la laïcité se comptent sur les doigts d’une main. Notre diplomatie publique fait face à une tâche gigantesque. Pour l’instant, elle ne convainc guère.

Au sein de l’Union européenne, la solidarité avec la France le dispute à la circonspection. Nos partenaires nous approuvent quand il s’agit de se battre pour la liberté d’expression, mais ils traînent les pieds à l’idée d’être enrôlés sous la bannière des caricatures de Mahomet. Dans le monde arabo-musulman, c’est encore pire. L’incompréhension domine. Le Maroc, pourtant fidèle allié de Paris, a condamné sans détour la poursuite de la publication des caricatures soutenue par Emmanuel Macron. Le malaise est partagé en Arabie saoudite, en Égypte, en Tunisie, en Algérie, en Jordanie, au Koweït…

Lire aussi Comment Macron est devenu la tête de Turc d’Erdogan

Si la France a peu d’alliés, elle n’a pas non plus de stratégie claire.

Il n’est pas surprenant que le président turc, Recep Tayyip Erdogan, chef de file d’un islam politique revanchard, ait saisi l’occasion du projet de loi visant le « séparatisme » pour se poser en porte-drapeau de musulmans qui seraient victimes d’une « islamophobie » de l’État français. Il est plus préoccupant que ses éructations trouvent une oreille attentive. Les appels au boycott de produits français dans le Golfe et en Afrique du Nord témoignent des agissements troubles de militants islamistes, mais aussi de l’écho que ceux-ci reçoivent dans la population. L’islam politique a réussi à en convaincre beaucoup qu’en s’attaquant aux dérives sectaires on s’en prenait à la religion elle-même, voire à chaque musulman personnellement.

Si la France a peu d’alliés, elle n’a pas non plus de stratégie claire. Elle a su mobiliser son outil militaire pour combattre le djihadisme au Sahel. Elle est beaucoup plus à la peine lorsqu’il s’agit d’affronter, sur le terrain des idées, des financements ou de la cyberpropagande, les mille et une ramifications de l’islam politique, ainsi que les appareils étatiques qui le soutiennent. L’islam, dans sa version la plus conservatrice, est devenu un outil diplomatique essentiel pour la quasi-totalité des pays à majorité musulmane d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient.

Lire aussi EXCLUSIF. Les combines des religieux d’Erdogan

Un islam réformateur encouragerait la contestation

Ces États souvent autoritaires, voire dictatoriaux, exploitent la religion du Prophète pour mieux asseoir leur emprise sur leur population, mais aussi, de façon croissante, pour étendre leur influence internationale. Les Printemps arabes de 2011 ont encouragé cette régression en incitant les despotes à s’appuyer sur la religion, à défaut de démocratie, pour étayer leur légitimité. Que ces régimes soient sincères ou cyniques importe peu. Le fait est qu’ils n’ont pas intérêt à ce qu’un islam réformateur émerge, car ce dernier pourrait encourager la contestation.

Lire aussi « Je ne suis même pas un musulman aux yeux de certains »

L’islam exporté en Europe par ces États – qui, encore aujourd’hui, gèrent les mosquées et nomment les imams – est rétrograde quand il n’est pas ouvertement salafiste. L’association turque Ditib, subordonnée au ministère des Affaires religieuses à Ankara, gère 850 mosquées en Allemagne, 250 en France. L’Arabie saoudite a construit la Grande Mosquée de Lyon, le Maroc celle d’Évry, l’Algérie gère la Grande Mosquée de Paris, et ainsi de suite. Le contrôle des esprits est d’autant plus essentiel que le vote des musulmans d’Europe qui ont la double nationalité est un enjeu. Les Turcs d’Allemagne ou de France, par exemple, du moins ceux qui ont été aux urnes, ont voté plus massivement pour Erdogan et son parti islamiste aux dernières élections que ceux d’Istanbul ou d’Ankara.

La France est le pays de l’Union européenne qui abrite la population d’origine musulmane la plus nombreuse, même si une forte part n’est pas pratiquante. Déléguer la gestion de l’islam à des puissances étrangères dont le principal souci est la non-intégration de leurs ressortissants dans le pays d’accueil entrave toute velléité de réforme.

Rompre avec ces habitudes néfastes, mais bien ancrées, va demander de la pugnacité, de la constance et de la force de persuasion. Croire qu’un islam européen, respectueux des valeurs des Lumières et débarrassé des tutelles étrangères, pourrait naître et s’épanouir de manière sereine et pacifique est une vue de l’esprit.

**************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :