MEMORABILIA

Une note évoquait depuis dimanche dernier un appel islamiste au «djihad individuel» dans les églises

Dans un télégramme aux préfets, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin demandait des mesures et de protection et citait un communiqué islamiste appelant à des «attaques» contre les symboles de la chrétienté.

Par Luc Lenoir et Christophe Cornevin LE FIGARO 29 octobre 2020.

Le garde des sceaux Eric Dupond-Moretti, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, le président de la République Emmanuel Macron et le maire de Nice Christian Estrosi, ce jeudi 29 octobre à Nice, devant la Basilique Notre-Dame.
Le garde des sceaux Eric Dupond-Moretti, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, le président de la République Emmanuel Macron et le maire de Nice Christian Estrosi, ce jeudi 29 octobre à Nice, devant la Basilique Notre-Dame. ERIC GAILLARD / POOL / AFP

Depuis plusieurs jours, les services de sécurité étaient sur le qui-vive. Alors que le pays vient de vivre une journée marquée par un attentat à Nice ayant fait trois victimes, ainsi que plusieurs attaques neutralisées par les forces de l’ordre, à Avignon et Lyon, Le Figaro revient sur une note du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, qui alertait depuis dimanche dernier sur un risque accru de terrorisme sur le territoire. Le télégramme «à diffusion restreinte» a été envoyé pour action au préfet de police, ainsi qu’aux préfets de zone de défense et de sécurité, de région et de département, et enfin au préfet de police des Bouches-du-Rhône.EN DIRECT : EN DIRECT – Attentat islamiste à Nice : «C’est la France qui est attaquée», dénonce Emmanuel Macron

Le document cite en objet des «mesures de vigilance accrues» à la suite d’un communiqué publié le jour même par l’agence THABAT, «proche de l’organisation terroriste Al-Qaïda». Le document «appelle de façon explicite à commettre des actions visant notre pays dans le cadre du «djihad individuel»», détaille la note. Il fait référence à l’actualité nationale «liée aux caricatures du prophète, au journal Charlie Hebdo, à la question du port du voile, aux opérations de police menées dans les mosquées et à l’opération militaire au Mali». L’agence THABAT aurait même suggéré différents modes opératoires, comme «les attaques à l’aide d’une arme blanche ou l’utilisation d’une voiture bélier contre la foule, de façon solitaire ou en constituant des groupes».

Églises, symboles de la chrétienté et imams affichant leur soutien à Macron sont visés

Les cibles désignées par THABAT sont essentiellement les institutions religieuses. L’agence islamiste évoque «les Imams affichant leur soutien au discours du Président de la République sur l’Islam de France, ainsi que les églises et les symboles de la chrétienté». Même si les informations reçues par les assaillants des attaques et tentatives déjouées multiplesenregistrées ce jeudi en France doivent encore être tracées, il semble que l’appel ait été entendu. De même, «les ambassades ou les lieux de villégiature» sont également visés, alors même qu’un consulat a été attaqué aujourd’hui à Jeddah, en Arabie Saoudite.

La note de la place Beauvau souligne auprès des préfets que le communiqué rend d’autant plus nécessaire l’application de «consignes de vigilance strictes», une première fois adressées les 17 et 18 octobre derniers par le cabinet de Gérald Darmanin. Des mesures qui auront peut-être permis d’éviter d’autres tragédies, notamment avec l’interpellation d’un islamiste radical armé, en fin de matinée à Lyon. À la suite de l’attaque de ce jeudi matin à la Basilique Notre-Dame-de L’Assomption, un nouvel envoi a d’ailleurs été fait dans l’heure aux préfets, appelant à «renforcer immédiatement la surveillance des lieux de culte et des cimetières […] afin de prévenir tout acte qui pourrait être commis par mimétisme».

Les «appels à la haine» en ligne activement traqués

Par ailleurs, dans son télégramme, le ministre rappelait dimanche dernier à ses services «d’être particulièrement attentif aux messages diffusés sur les réseaux sociaux contenant des appels à la haine, fondés sur une diatribe séparatiste ou constituant de l’apologie du terrorisme voire des appels directs à commettre une action violente». La nécessité d’une recherche active des messages est soulignée, avec le cas échéant, l’information du «procureur de la République […], ceci si les faits relèvent à l’évidence d’une qualification pénale».À LIRE AUSSI : Apologie du terrorisme: après la mort de Samuel Paty, une trentaine d’affaires en cours à Paris

Le télégramme conclut en rappelant que «la mission globale de vigilance sur la menace terroriste est bien évidemment prioritaire sur toutes les autres».

À LIRE AUSSI : Un islamiste radical armé d’un couteau interpellé dans le centre de Lyon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :