MEMORABILIA

Joe Biden, promu par le Système mondialiste. Ivan Rioufol.

Par Ivan Rioufol le 9 novembre 2020 LE FIGARO.

Samedi, les médias américains ont nommé d’autorité Joe Biden nouveau président des Etats-Unis. L’intronisation a été immédiatement avalisée par la plupart des grands de ce monde, dont Emmanuel Macron. Vladimir Poutine est resté silencieux, ainsi que la Chine. Alors que cette proclamation revient constitutionnellement aux 538 grands électeurs, qui auront à se prononcer le 14 décembre, le Système en péril s’est empressé de se déclarer gagnant à travers son candidat. Les militants du mondialisme et des minorités actives ont refusé d’attendre les résultats des recours judiciaires engagés par Donald Trump et ses avocats. Leur précipitation à vouloir balayer les soupçons de fraudes – qui devront bien sûr être prouvés par le président sortant – est un mépris pour la démocratie. L’Etat de droit est une valeur flexible pour la caste journalistique, le show-biz et l’oligarchie qui les soutient. En 2000, Al Gore avait été pareillement promu président durant 36 jours, avant que les décomptes en Floride ne fassent apparaître la victoire sur un fil de George W. Bush.Samedi, certaines chaînes de télévision américaines ont été jusqu’à interrompre une prise de parole de Trump au prétexte que ses propos n’étaient pas conformes à leur éthique. Cette censure, ajoutée à ce coup de force médiatique, donnent une idée des méthodes despotiques du camp du Bien. Faudra-t-il supporter à nouveau son terrorisme intellectuel ?

Biden est assurément un homme respectable et posé. Mais ses thuriféraires, qui le présentent comme la Vertu terrassant le Mal, font renaître un manichéisme imbécile. Si le Système parvenait à ses fins, en éliminant celui dont il avait juré la perte depuis quatre ans, sa victoire serait à la Pyrrhus. En effet, le mondialisme est désormais sérieusement ébranlé par la renaissance des peuples et des nations. Si Biden recueille actuellement 75 millions de voix, Trump en aligne 71 millions. Il a amélioré son score de 8 millions, en dépit d’un feu nourri d’intimidations, de critiques, de lynchages, de désinformations portés par des médias quasi-unanimement déchaînés contre lui et son électorat. Le trumpisme est une doctrine qui s’annonce davantage inspirante que le vieux progressisme de Biden. Celui-ci traine, derrière son centrisme aimable, une gauche radicalisée et un néo-gauchisme identitaire violent, ayant leurs succursales en France (1). Samedi, les Frères musulmans, promoteurs du nazislamisme, ont dit « apprécier la victoire de Joe Biden » en l’invitant à « reconsidérer la politique américaine ». Les antifas, ces néofascistes qui prétendent lutter contre un fascisme fantasmé, ne cachent pas leur soutien au couple Biden-Harris. Comme je viens d’en faire encore l’expérience ce lundi matin, il suffit de taper sur internet : antifa.com, pour accéder directement au site officiel du vainqueur des médias…

(1) Pierre-André Taguieff, L’imposture décoloniale, L’Observatoire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :