MEMORABILIA

Ivan Rioufol: «Pourquoi la France confinée reste explosive»

Scroll down to content

CHRONIQUE – Jamais la démocratie fatiguée n’a été si malmenée que durant ces derniers mois. Les dirigeants pantouflards sont davantage occupés à sauver leur peau, en refusant de prendre le moindre risque, qu’à mettre la nation à l’abri de l’effondrement économique et social.

Par      LE FIGARO.   19 novembre 2020.
                                      ***************

– Se méfier de l’eau qui dort. En mars 2018, Emmanuel Macron déclarait après avoir visité le pays, tel Louis XVI à la veille de 1789: «Je ne sens pas la colère .» On connaît la suite: le 17 novembre – il y a tout juste deux ans – les «gilets jaunes» déboulaient sur les Champs-Élysées et s’installaient sur des ronds-points. Depuis, cette France modeste est redevenue invisible,après avoir fait trembler la République. Mais l’État impérieux n’a tiré aucun enseignement de cette insurrection. Les failles du jacobinisme avaient mis le feu aux poudres: excès de centralisme, de technocratie, de brutalité. Or ces défauts ont été exacerbés par la gestion du Covid. Jamais la démocratie fatiguée n’a été si malmenée que durant ces derniers mois. L’Ordre sanitaire et sa tyrannie hygiéniste se sont imposés par la seule volonté d’experts en sciences et en algorithmes. Le Parlement, à la traîne du Conseil de défense, a été prié d’avaliser ce choix de civilisation. Le peuple, lui, est sommé d’obéir. Jusqu’à quand?

La France est ce lieu où les amendes ne cessent de pleuvoir. Les gens se font rudoyer par un État despotique ; il agit comme s’il avait perdu la mesure. Les procès-verbaux (135 euros) sanctionnent ceux qui n’ont pasleur «attestation provisoire de déplacement», se trouvent à plus d’un kilomètre de leur domicile, ne portent pas de masque dans la rue, se regroupent à plus de dix dehors. Même le domicile est suspect. Gérald Darmanin a été jusqu’à mettre en garde les catholiques occupant les parvis des églises interdites au culte: en cas «d’actes répétés» , le ministre de l’Intérieur n’hésitera pas à «envoyer des policiers verbaliser des croyants» . Nous voyant vivre ainsi, sous un amas de règlements humiliants et d’interdits loufoques, l’hebdomadaire allemand Die Zeit a qualifié la France d’Absurdistan. Bien vu. Le gouvernement croit se faire pardonner en distribuant des euros qu’il n’a pas. Mais la colère ne s’achète pas.

Gare à la deuxième vague ! Celle de la colère. Elle menace la macronie, enfermée dans l’autoritarisme des faibles et un catastrophisme en partie fabriqué.

Ivan Rioufol

Les dirigeants pantouflards sont davantage occupés à sauver leur peau, en refusant de prendre le moindre risque, qu’à mettre la nation à l’abri de l’effondrement économique et social. Cependant, la politique de la peur et de la culpabilisation a atteint ses limites. Les citoyens redressent la tête: 85 % des sondés disent s’attendre à une explosion sociale ; 60 % avouent avoir violé les règles du confinement. Outre les catholiques qui scandent: «Rendez-nous la messe!», les restaurateurs, les petits commerçants, les libraires, se mobilisent. Il est vrai que le pouvoir a créé une injustice en autorisant les grandes surfaces à faire commerce de «biens essentiels», tout en brimant les échanges de proximité, pourtant plus sûrs. Ceux qui, à gauche, pétitionnent pour boycotter Amazon pour Noël se trompent de cible. C’est parce qu’ils ont cautionné ce confinement imposé et généralisé que le géant américain de la distribution a profité de l’aubaine.

Le plus désespérant est d’observer l’incapacité de l’État à se délivrer de l’emprise envahissante des faiseurs de normes et de paperasses. La «start-up nation» de Macron est restée une machine à produire toujours plus de semelles de plomb, de boulets, d’entraves. Bien des entrepreneurs et petits commerçants, découragés, se laissent gagner par la détresse psychologique. Les suicides sont déjà là. C’est un décret qui a autorisé, à partir de ce vendredi, la vente de sapins de Noël sur des trottoirs! Le sort des boules et des guirlandes attend le feu vert d’un grand-chef-rond-de-cuir. Le gouvernement vante, localement, la bonne coopération entre les maires et les préfets. Toutefois, David Lisnard, le maire de Cannes, récuse cette fiction dans une tribune sur FigaroVox :«Les préfets découvrent les mesures gouvernementales à la télévision(…)les maires ne sont toujours pas informés de l’état des clusters dans leurs communes»…

La deuxième vague

Gare à la deuxième vague! Celle de la colère. Elle menace la macronie, enfermée dans l’autoritarisme des faibles et un catastrophisme en partie fabriqué. La caste reproduit ses mêmes erreurs, en créant toujours plus de distance avec la France d’en bas, l’infantilisation en plus. Alors que le président dit vouloir traquer les «fake news», il a annoncé, le 27 octobre, «au moins 400.000 morts supplémentaires» d’ici quelques mois si rien n’était entrepris contre le Covid. Le 28 octobre, il a déclaré: «Quoi que nous fassions, 9000 patients seront en réanimation à la mi-novembre .» Le 15 novembre, Santé Publique France comptabilisera 4880 réanimations, soit près de deux fois moins. Quant aux 400.000 morts, ils n’auront été avancés que pour terroriser davantage l’opinion. Ces légèretés marquent le poids excessif pris par le pouvoir médical et ses modélisateurs apocalyptiques sur l’exécutif: il ne voit plus rien d’autre que la fragilité du système de santé.

Depuis la première manifestation des « gilets jaunes », le peuple indocile s’est enferré dans son rejet d’un Système pétrifié. Plus que jamais, la défiance est réciproque.

Ivan Rioufol

C’est en réaction à ce sanitairement correct et à ses propagandes outrancières qu’il faut comprendre le succès populaire remporté cette semaine par le documentaire Hold-Up, diffusé grâce aux réseaux sociaux (voir mon blog). Ceux qui n’ont jamais rien dit des mensonges d’État et des désinformations médiatiques qualifient unanimement ce long document (2 h 46) de «complotiste»: une accusation qui est devenue l’antichambre dela censure.

Le film, construit sur une série de témoignages, comporteil est vrai de regrettables faiblesses et naïvetés dans certaines de ses démonstrations, qui visent à alerter sur un projet sanitaire mondial d’asservissement des plus faibles. Cependant la majeure partie de ce travail journaliste consiste à donner crédit aux personnalités médicaleset scientifiques qui, parce qu’elles dénoncent la politique anxiogène, sont comparées à des charlatans ouà des illuminés par des médias qui se sont convertis à la pensée scientifique, unique et sacralisée.

Séparatisme populiste

Macron promet de lutter contre le séparatisme islamiste: un projet de loi «confortant les principes républicains» en aura la charge, même si l’objectif n’est plus mentionné explicitement dans le texte. Cependant, c’est le séparatisme populiste qui pourrait bien le faire tomber en 2022. Depuis la première manifestation des «gilets jaunes», le peuple indocile s’est enferré dans son rejet d’un Système pétrifié. Plus que jamais, la défiance est réciproque. Elle explique la dictature sanitaire qui s’est abattue à l’aveugle, au prétexte de sauver les plus vulnérables. Qui aurait l’idée d’interdire la baignade à tous pour prévenir des noyades? Quant aux Français, leur méfiance du pouvoir est telle qu’un sondé sur deux refuserait un futur vaccin contre le Covid. Oui, la société est inflammable comme jamais.

****************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :