MEMORABILIA

Macron en campagne: 1. la technique du saucissonnage ?…

Scroll down to content

Nous avons un Président en train de détruire l’idée même de « Nation »… et qui, accessoirement , nous prend pour des imbéciles. Artofus.

****************

«Avec Brut, Macron brouille sa stratégie régalienne»

FIGAROVOX/TRIBUNE – Le chef de l’État s’adresse sur un registre différent à chacun des segments d’une société qu’il conçoit de manière fragmentée: son discours est davantage agrégateur que rassembleur, analyse Arnaud Benedetti suite à l’interview présidentielle par le média numérique Brut.

Arnaud Benedetti est professeur associé à l’Université Paris-Sorbonne. Il est rédacteur en chef de la revue politique et parlementaire. Il a publié Le coup de com’ permanent (éd. du Cerf, 2018) dans lequel il détaille les stratégies de communication d’Emmanuel Macron, ainsi que La Fin de la com’ (éd. du Cerf, 2017).


En s’invitant sur la plateforme «Brut», Emmanuel Macron opère-t-il un tournant dans sa stratégie de communication? Et cette stratégie valide-t-elle sa vision de la société?

Les deux questions sont intimement liées sans doute, car la première confirmerait les réponses que la seconde suggère.

Le Président est confronté à une demande régalienne qu’il a sans doute sous-estimée dans l’échafaudage de son corpus. Le régalien enveloppe la société, il ne différencie pas les individus et les traite de manière homogène. En retour, les attentes sur ce sujet n’ont pas non plus de couleurs, de religions, de particularismes parce que tout ce qui touche à la sécurité, entre autres, est le produit d’une nécessité anthropologique qui transcende les appartenances. À l’épreuve d’une opinion majoritairement soucieuse de l’ordre, le chef de l’État est interpellé sur sa mission première en quelque sorte. Reste à savoir si ce défi est à ses yeux conjoncturel ou structurel. Dans l’immédiat, il actionne le registre républicain, ne pouvant tactiquement s’en départir dans un climat culturel où les fracturations de la société française inquiètent par les désordres multiformes qu’elles suscitent. Son soutien à la police, au Préfet Lallement, la nomination de Gérald Darmanin à l’Intérieur, sa dénonciation aussi lors de son interview de la «politisation des violences policières» s’inscrivent dans ce registre de fermeté apparente et de respect de l’orthodoxie républicaine.

Macron conçoit la cité comme un agrégat de segments.

Pour autant, l’exercice laisse entrevoir d’autres ressorts qui tendraient à infirmer ce sentiment d’un ralliement du Président à l’universalisme républicain, en rupture avec l’exaltation des communautés dont il avait fait le nerf de son discours de campagne à Marseille en 2017. Cet aggiornamento n’en demeure pas moins voilé, en demi-teinte ; il laisse encore libre cours au pointillisme d’une conception de la cité qu’il aime à concevoir comme un agrégat de segments. Le marketing politique, dont il se nourrit, conforte cette vision. Il y voit la représentation pratique d’un ordre social où le communautarisme au demeurant va bien au-delà des identités culturelles pour se nicher, force des ressemblances algorithmiques, dans d’autres formes de communautés. Le choix de «Brut» dont il a salué d’emblée la communauté d’utilisateurs traduit pour partie cette approche fractionnée du corps de la Nation. Comme souvent avec Macron, c’est dans la symbolique qu’il faut traquer la conviction réelle au-delà de l’affichage politique, dans ce qui peut apparaître périphérique mais qui pulse en fin de compte le fond de valeurs. Les clins d’œil relatifs à l’enseignement de la langue arabe, l’appel à la diversité mémorielle, la reprise mezzo voce, sous forme de constat, de l’idée d’une discrimination «systémique» nourrissent cette perception d’un macronisme tenté, à tout le moins, par le modèle anglo-saxon. Quand l’opinion le pousse à droite, sa communication sème les petits cailloux de son tropisme «trudiste», comme s’il ne fallait pas lui même qu’il se désespère de sa représentation de la société. Une société de clientèles plutôt que de citoyens dont il se veut l’agrégateur bien plus, peut-être, que le rassembleur .

***********

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :