MEMORABILIA

Guy Sorman – Hongkong annexé par la Chine

Scroll down to content

L’annexion de Hongkong révèle la stratégie de long terme du régime de Pékin. Ce n’est pas une affaire intérieure, mais un élément d’une politique globale.

Par Guy SormanPublié le 19/12/2020 à 17:00 | Le Point.fr 

Militants prodemocratie le 9 juin, dans le centre de Hongkong.
Militants prodémocratie le 9 juin, dans le centre de Hongkong. © ANTHONY WALLACE / AFP

Toutes les libertés de Hongkong sont en voie de disparition, tandis que les Occidentaux ne savent pas comment réagir à cette annexion de fait par Pékin. Hongkong ne serait-ce pas une affaire intérieure à la Chinequi ne nous regarde pas ? Cette passivité me paraît une erreur, car l’annexion de Hongkong révèle la stratégie de long terme du régime de Pékin. Pour mémoire, rappelons que le traité passé avec la Grande-Bretagne, en 1984, prévoyait une « restitution » de Hongkong, à condition que l’ancienne colonie jouisse de son indépendance juridique, d’une démocratie et du capitalisme jusqu’en 2045. Les Britanniques imaginaient que d’ici là, la Chine ne serait sans doute plus communiste. Double erreur !

Lire aussi Guy Sorman – Le silence des Chinois

Tout d’abord, le gouvernement de Pékin n’a pas grand respect pour les traités internationaux, ce qui s’explique par la colonisation de la Chine au XIXe siècle. Les incursions militaires des Occidentaux s’achevaient, après chaque victoire, par un traité avec l’Empereur, qui n’avait d’autre choix que de céder : traités qualifiés « d’inégaux » par les Chinois. Dès lors, tout traité entre la Chine et l’Occident est entaché de ce soupçon d’inégalité et celui qui a « restitué » Hongkong à la Chine est perçu comme une revanche historique plus que comme un engagement juridique. L’arrestation récente de députés élus au Parlement de Hongkong, le régime policier imposé au territoire, le contrôle des médias, l’incarcération de leaders étudiants alignent Hongkong sur le régime communiste. Ce sont autant de violations du traité passé avec les Britanniques, mais, à aucun moment, le gouvernement de Pékin n’a estimé nécessaire de justifier cette indifférence au droit international. Il faut donc comprendre que ce qui se passe à Hongkong est une répétition de ce qui se passera ailleurs : du point de vue de Pékin, l’ordre international actuel n’est que le reflet du passé colonial. Pékin souhaite remodeler ce monde, à commencer par Hongkong, les archipels côtiers en mer de Chine, Taïwan et, à terme, tout l’océan Pacifique ; la Chine deviendrait alors l’égale des Américains.

Lire aussi La Chine trace sa route (de la soie) au Pakistan

Toutes les cultures périphériques sont réduites à l’état de folklore

Les Occidentaux commettent donc une première erreur en ignorant que l’annexion de Hongkong n’est pas un événement isolé, mais le témoignage d’une stratégie globale. Cette première erreur s’explique par une seconde erreur, culturelle : une ignorance de ce que « chinois » veut dire. Le mot désigne à la fois une civilisation et un pays. Or, les deux ne coïncident pas. La Chine comme civilisation date d’environ deux mille ans (cinq mille, selon la version officielle) avec pour caractéristiques essentielles une religion confucianiste et une écriture commune. Je simplifie, car le confucianisme se mêle avec le taoïsme, les bouddhisme, parfois l’islam et le christianisme. En pratique, les Chinois combinent tous ces cultes et croyances dans une synthèse que l’on peut appeler la religion chinoise.

Pareillement, l’écriture commune n’est pas homogène, depuis que le régime communiste a substitué aux idéogrammes traditionnels, une écriture simplifiée. Il n’empêche que, depuis deux mille ans, les Chinois peuvent communiquer entre eux, par écrit, mais pas oralement : la Chine compte des centaines de dialectes et ce que l’on appelle le chinois ou mandarin n’est que la langue de la Chine du Nord. Depuis deux mille ans, les empereurs puis le Parti communiste ont essayé avec des succès divers de réunifier tous les Chinois de culture sous une autorité politique unique. Le régime communiste est allé le plus loin, en imposant une langue nationale, le mandarin des bureaucrates. Toutes les autres langues et cultures périphériques, y compris celles des Tibétains, des Ouïgours, des Mongols, sont réduites à l’état de folklore.

L’illusion de l’homogénéité chinoise

Pour conforter ce mythe de l’unité politique de la Chine, les dirigeants communistes ont imposé une autre idée fausse, celle de l’homogénéité de la « race » chinoise, les Hans. Ce concept, sans fondement scientifique, est un alibi qui justifierait, dans un jargon ethno-scientifique, l’unité de la Chine et sa domination sur les minorités non Han, comme les Tibétains ou les Mongols. Cette unité fictive de la Chine est mise à mal plus encore par les Chinois d’outre-mer, qui ont émigré en Occident, et par les autres Chine que sont Taïwan, Hongkong, Singapour, la Malaisie en partie. Cette altérité de Hongkong est une raison essentielle de la volonté d’annexion par Pékin. Les Hongkongais sont chinois, mais n’éprouvent aucun sentiment d’allégeance envers Pékin ; ils ne parlent pas le mandarin, mais le cantonais. Pour comprendre ce sentiment d’indépendance des Hongkongais, ayons à l’esprit qu’ils sont des émigrants : eux ou leurs parents ont quitté la Chine politique, pour bâtir ailleurs une nouvelle société, plus libre et plus prospère. Un Hongkongais est, socialement, plus proche d’un résident de Chinatown à New York ou d’un Taïwanais que d’un Chinois de Pékin ou Shanghai. Cette différence des Hongkongais les rend insupportables au régime totalitaire de Pékin.

Lire aussi Comment la Chine a pris le pouvoir à l’ONU

On mesure ainsi combien l’annexion de Hongkong dépasse le cas de Hongkong. Devrait-on accepter les thèses de Pékin, l’illégitimité du droit international et l’unité nécessaire entre Chine politique et Chine culturelle ? Dans l’affirmative, l’Occident est mal parti, le peuple chinois de l’intérieur et de l’extérieur est sacrifié. Si l’on refuse cette invention de la Chine unique, les Occidentaux devraient montrer qu’ils ne sont pas dupes et nombreux sont les Chinois qui la refusent.

***************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :