MEMORABILIA

Éric Zemmour: «Le déclin de l’empire américain? Mais c’est aussi le nôtre!»

Scroll down to content

CHRONIQUE – L’Occident, jadis terre de conquérants et de baroudeurs, semble transformé en petite chose craintive et oublieuse de son grand passé.

Par Eric Zemmour, LE FIGARO, 24 décembre 2020.

Éric Zemmour. Jean-Christophe MARMARA

Décidément, la presse américaine n’en rate pas une. Time, qui a consacré Assa Traoré en icône de la liberté contre une France raciste et islamophobe, a aussi dressé un bilan catastrophiste de l’année 2020: «La pire année de l’Histoire.» On reste pantois devant une telle hyperbole. La pire, vraiment? Pire que 1916, l’année de Verdun? Pire que 1918, l’année de la grippe espagnole? Pire que 1942, l’année de Stalingrad? Pire que 1871, «l’année terrible», quand les Parisiens assiégés par l’armée prussienne mangeaient des rats? Pire que 1709, l’année du «grand hiver», quand la famine tuait en masse dans la France de Louis XIV? Et encore on ne parle que de l’Europe, et surtout de la France.

On nous avait dit que le niveau scolaire avait baissé aux États-Unis autant qu’en France et on n’y croyait pas. On nous avait dit que la presse américaine, que les journalistes français admirent tant, était désormais aux mains de jeunes trentenaires qui se qualifient de «woke» (éveillés), sensibles à l’écologie, auféminisme, à l’antiracisme et aux thèses décoloniales. On avait oublié qu’ils étaient sensibles tout court, génération qui n’avait pas connu la guerre, et qui avait été biberonnée dans les universités américaines aux «avertisseurs de sensibilité» qui les alertaient sur les œuvres du passé contrevenant aux règles de bienséance du politiquement correct.

À LIRE AUSSI :«Cancel culture», «woke»: quand la gauche américaine devient folle

En français d’avant, on les aurait traités de «chochottes», mais ce mot sent trop fort la langue du monde d’hier, pleine de préjugés patriarcaux. Et puis, en réfléchissant, cette presse américaine, dont on aime se gausser autant qu’elle aime nous sermonner, c’est nous. Nous qui nous sommes enfermés et avons mis notre économie à terre pour une épidémie qui tue 0,5 % des personnes contaminées. Nous qui sommes tétanisés par la trouille et le principe de précaution. Nous qui sacrifions tout à la sauvegarde de la «vie nue», tout ce qui fait le plaisir de la vie. Nous qui menaçons, par juges interposés, les politiques qui n’oseraient pas tout faire pour nous protéger. Et nos politiques qui, rendus fous par la crainte des juges et par l’hubris de la toute-puissance, enferment tout un peuple de bien portants, régentant jusqu’à nos salles à manger.

Les grands esprits du XIXe, qui avaient vu les débuts de notre monde moderne, nous avaient prévenus: Auguste Comte avait prédit que la révolution technologique provoquerait l’avènement des valeurs féminines: pacifisme, recherche du consensus, principe de précaution, etc. L’inventeur de la sociologie, émile Durkheim, avait annoncé que l’importance accordée aux questions économiques irait de pair avec l’anomie de sociétés individualistes et sans ressort.

À LIRE AUSSI :Bret Weinstein: «Tant qu’on n’affronte pas la gauche “woke”, on ignore combien elle est dangereuse»

Mais c’est surtout l’Occident qui semble touché par ces symptômes. L’Asie s’est déjà ressaisie et est repartie dans sa course en avant industrielle. L’Afrique semble rire de cette épidémie, ridicule par rapport au virus Ebola qui a ravagé le continent et ne ralentit pas son expansion démographique.

L’Occident, jadis terre de conquérants et de baroudeurs intrépides et cruels, semble transformé en petite chose craintive et oublieuse de son grand passé.

Comme un Empire romain décadent et émollient.

****************

One Reply to “Éric Zemmour: «Le déclin de l’empire américain? Mais c’est aussi le nôtre!»”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :