MEMORABILIA

Covid-19 : les experts de l’OMS sont arrivés en Chine, un an après l’apparition du virus !…

Scroll down to content

Une équipe de dix spécialistes se trouvent depuis la semaine dernière en quarantaine à Pékin. Elle s’apprête à se rendre à Wuhan, où l’enquête sur les origines de l’épidémie s’annonce compliquée.

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom, serre la main du président chinois Xi Jinping avant une réunion au Grand Palais du Peuple à Pékin le 28 janvier 2020

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom, serre la main du président chinois Xi Jinping avant une réunion au Grand Palais du Peuple à Pékin le 28 janvier 2020

On reste confondu par tant de célérité et d’efficacité: à peine un an pour se rendre sur place, et 3 ou 4 semaines d’enquête sur le terrain !?!? Voilà qui dénote une volonté sans faille de découvrir la vérité…….Artofus.

AFP. Sébastien Le Belzic (Pékin) publié le 05/01/2021 L’EXPRESS

*************

Les experts de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) qui étaient attendus en Chine sont arrivés la semaine dernière en toute discrétion, selon les informations que L’Express a pu obtenir, confirmées de sources diplomatiques. Ils se trouvent actuellement dans un hôtel de Pékin, en quarantaine. Les membres de cette délégation sont placés, comme tous les voyageurs en provenance de l’étranger, à l’isolement total et subissent une série de tests et de dépistages pendant au moins 14 jours. LIRE AUSSI >> Covid-19 : comment la Chine s’y prend pour ses dépistages géants

Côté chinois personne ne confirme ni l’agenda ni même la présence des experts de l’OMS. C’est une mission à hauts risques pour l’image du régime communiste qui a repoussé des mois durant le principe même d’une enquête internationale. Aujourd’hui encore, le pouvoir chinois affirme que si le virus a bien été découvert à Wuhan il n’est sans doute pas originaire de Chine. Le week-end dernier, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a d’ailleurs déclaré que « de plus en plus de recherches laissent à penser que l’épidémie pourrait être apparue dans de nombreux endroits du monde ». L’équipe de l’OMS est constituée de dix experts internationaux venus du Danemark, du Royaume-Uni, des Pays-Bas, d’Australie, de Russie, du Vietnam, d’Allemagne, des Etats-Unis, du Qatar et du Japon, dont des épidémiologistes et des zoologues.  

LIRE AUSSI >> Coronavirus : après la « diplomatie du masque », Pékin accélère la « diplomatie du vaccin »

Mission quasi impossible

Ils vont pouvoir se rendre à Wuhan pour la première fois mais travailleront sous la surveillance des autorités chinoises et à partir d’échantillons prélevés par des scientifiques chinois. Quelle sera dans ce cadre leur marge de manoeuvre ? Auront-ils même accès au marché de Huanan considéré comme l’épicentre de l’épidémie, qui a été fermé, désinfecté et totalement barricadé depuis un an ? Rien n’est encore certain. A l’issue de la quarantaine, les experts de l’OMS pourraient être à pied d’oeuvre autour du 20 janvier à Wuhan : leur enquête sur place devrait durer entre trois et quatre semaines. Sur le même sujet

L’organisation onusienne – qui a été accusée au début de la crise sanitaire d’être trop proche de Pékin – affirme que les scientifiques ne seront pas « supervisés » par les Chinois et pourront travailler en toute indépendance. L’OMS précise que l’objectif de cette mission n’est pas de trouver des coupables ou pointer des responsabilités mais d’obtenir des réponses. Mission quasi impossible un an après le début de l’épidémie. C’est le 7 janvier 2020 que les scientifiques chinois ont isolé à Wuhan un virus qui sera baptisé Covid-19 et qui a fait depuis plus de 1,8 million de morts sur la planète. 

Les plus lus

1ENTRETIEN ÉVÉNEMENT. Ce que Macron n’a jamais dit des Français2Jean-François Delfraissy : vaccins, troisième vague, espoirs… Ce qui…3SAGA. Gérald Darmanin, l’histoire de l’homme par qui le scandale arrive4« Un Villiers peut en cacher un autre » : Philippe et Pierre, deux desti…5Dix séries géniales dont vous n’avez (sans doute) jamais entendu parler

Opinions

NeurosciencesAlbert Moukheiber : Parler de soi à la troisième personne, un bon moye…Parler avec soi-même ou de soi-même à la troisième personne a un nom : l'illéisme. Albert Moukheiber, docteur en neurosciences, en décrit les bienfaits pour réguler l'anxiété.Albert MoukheiberIdées et débatsMarylin Maeso : Aux innocents les mêmes peines"La présomption d'innocence repose sur un choix moral : mieux vaut un coupable en vadrouille qu'un innocent en prison. Aucune défense honnête de la présomption d'innocence ne peut faire l'impasse sur ce calcul implacable", souligne la philosophe.Par Marylin MaesoLa diplomatie dans tous ses étatsJean-Maurice Ripert: Pourquoi Poutine n’a plus le droit au faux pas da…Jean-Maurice Ripert, Ambassadeur de France.Par Jean-Maurice RipertLe meilleur des mondesSylvain Fort : La culture n’est pas un statut mais une libertéSylvain Fort.Par Sylvain Fort

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :