MEMORABILIA

[Goldnadel] Ouverture de la chasse aux Blancs à l’opéra de Vienne…

Scroll down to content


Par  Gilles-William Goldnadel le 07/01/2021 VALEURS ACTUELLES

Le trompettiste Ibrahim Maalouf s’est livré pour la nouvelle année à un sordide exercice de comptabilité ethnique à l’opéra de la capitale autrichienne. Cette pathologie obsessionnelle se répand en Europe, dénonce l’avocat Gilles-William Goldnadel.

La comptabilité ethnique et l’annulation de la culture classique sont parfaitement compatibles avec le racisme. Pas avec n’importe quel racisme, bien entendu. Uniquement celui qui veut régler son compte à l’Occident. En cette fin d’année, ce sont les opéras qui ont fait les frais de cette pathologie obsessionnelle.

Cela a commencé par Paris. Un article du Monde nous expliquait au premier degré que le nouveau directeur était à présent un certain M. Neef, choisi on ne sait selon quel critère de compétence, mais certainement pas celui de l’inspiration intellectuelle. Ce monsieur déclarait sans ambages qu’au-delà de l’absence de diversité ethnique, il conviendrait de revoir le répertoire. Le Lac des cygnes et Casse-Noisette étaient sur la sellette.

Au-delà, il conviendrait de se livrer à une révision de l’histoire. Il est vrai que le très inspiré lui aussi Olivier Py, comme un prince en Avignon, s’était ouvertement vanté d’avoir délibérément modifié le final de Carmen pour lui conférer une morale plus urbaine. Devant la levée de glaives et de boucliers, notre nouveau directeur a reculé. On l’avait mal compris. Et voici que pour un peu, les porteurs de glaives et de pavois auraient tout inventé. En attendant, le M. Neef ne pavoisait plus.

Pour bien connaître la musique orientale, je ne sache pas que chez les joueurs d’Oud ou de cithare, de Beyrouth à Alger, un quota minimum de blancs soit exigé…

Dans la même obsession, le trompettiste Ibrahim Maalouf a trouvé le moyen de claironner ainsi un 1er janvier : « Sublime orchestre de Vienne qui chaque année excelle autant musicalement qu’il se fait tristement remarquer par son manque de diversité ethnique. 2021 on veut plus de diversité ! Si Vienne est à l’extrême, les orchestres français sont loin du compte aussi… »

Ainsi, M. Maalouf, qui nous vient du Liban, a plus l’œil critique sur les orchestres d’Occident que sur ceux d’Orient. Au-delà de sa comptabilité ethnique assez sordide, le voici qui entend imposer des règles sélectives. Pour bien connaître la musique orientale, je ne sache pas que chez les joueurs d’oud ou de cithare, de Beyrouth à Alger, un quota minimum de Blancs soit exigé. Il ne me serait pas venu non plus à l’esprit de me plaindre d’une pénurie de Blancs dans un orchestre de jazz. Et pour sortir de la fosse musicale, j’observe que la gauche médiatique tend l’oreille absolue à la fameuse Megan Rapinoe, dernière égérie des racialistes et des LGBT réunis, qui se plaint qu’il y ait trop de Blanches dans l’équipe féminine de football mais n’a jamais trouvé à redire sur l’aspect assez monocolore de l’équipe masculine de basket américaine.

Pour le dire autrement, les comptables ethniques nous cassent les oreilles et ceux qui veulent nous priver de Casse-Noisette à la carte de l’Opéra nous les brisent menu.

**************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :