MEMORABILIA

Un Bangladais obtient le statut de réfugié en Ftrance grâce… à la pollution dans son pays

Scroll down to content

Par  Auteurvaleursactuelles.com / Vendredi 8 janvier 2021

A comparer avec le sort réservé par la même justice française à ce couple d’Iraniens chrétiens: https://artofuss.blog/2021/01/07/la-france-refuse-lasile-a-un-couple-iranien-chretien-condamne-a-mort/

La justice a annulé l’obligation de quitter le territoire d’un migrant car il est atteint d’un asthme sévère. 

Pour la première fois en France, un homme s’est vu octroyer le statut de réfugié après la prise en compte du critère climatique dans son pays d’origine. La justice française a en effet annulé l’obligation de quitter le territoire d’un Bangladais, car il souffre d’une maladie respiratoire chronique et ne supporte pas la forte pollution de son pays, rapporte notamment BFMTV. Depuis 2015, il disposait d’un titre de séjour temporaire en qualité d’étranger malade, renouvelé une fois. 

Un traitement existe pourtant au Bangladesh 

Originaire d’une petite ville située à 200 kilomètres de la capitale Dacca, classée deuxième capitale la plus polluée au monde, cet homme de 40 ans est arrivé en France en 2011 et s’est depuis installé à Toulouse. Il souffre d’asthme allergique aux acariens et d’apnée du sommeil. Des troubles qui nécessitent un appareillage de ventilation électrique sophistiqué pour dormir ainsi qu’un lourd traitement médicamenteux, explique BFMTV. En 2019, alors que l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration (OFII) avait révélé l’existence d’un traitement médical approprié au Bangladesh, la préfecture de Haute-Garonne avait délivré une obligation de quitter le territoire français à l’encontre de ce migrant.

« Risque de mort »

Mais en juin 2020, le tribunal administratif de Toulouse a annulé cette obligation. Le préfet de Haute-Garonne a ensuite fait appel de ce jugement mais la cour administrative d’appel de Bordeaux a finalement donné raison au tribunal de Toulouse, estimant qu’on ne pouvait pas renvoyer un malade asthmatique dans un pays pollué. Selon la cour, l’homme se serait en effet « trouvé confronté à une aggravation de sa pathologie respiratoire en raison de la pollution atmosphérique »« Renvoyer mon client dans son pays, c’était le soumettre immédiatement à un risque de mort. La décompensation asthmatique serait quasiment automatique », a confirmé Me Rivière, l’avocat du Bangladais, qui s’est félicité de cette décision. « A ma connaissance, c’est la première fois que le critère climatique, atmosphérique, est pris en compte dans ce type de dossier »

****************

On peut se demander si les responsables de cette de cette décision ont réfléchi à ses conséquences suicidaires en termes de jurisprudence: est-ce à dire que nous devrons désormais accueillir tous les « réfugiés climatiques  » ???? Artofus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :