MEMORABILIA

Biden, instrument de la gauche prolophobe

Par Ivan Rioufol le 20 janvier 2021 LE FIGARO

Le peuple a disparu. Ce mercredi après-midi, Joseph Robinette Biden, dit Joe Biden,prêtera serment devant 200.000 drapeaux américains plantés, en guise de public, sur le Mall de Washington. L’intronisation du 46e président des Etats-Unis se fera sous la protection de 25.000 militaires en armes, c’est-à-dire plus que la somme des soldats dépêchés en Syrie, en Afghanistan et en Irak. Une ville en état de siège et calfeutrée va accueillir le nouveau président démocrate, boudé par son prédécesseur Donald Trump. Les craintes du Covid et d’attentats commis par des électeurs frustrés sont avancées pour expliquer le choix d’exclure les spectateurs de la cérémonie. Reste que cette décision – un brin paranoïaque – d’organiser un événement aseptisé et éloigné des gens symbolise le défi de Biden et des « élites » progressistes qui le soutiennent : sauront-ils se défaire de leur morgue contre les « déplorables », ces républiciains ainsi qualifiés naguère par Hillary Clinton ? La victoire électorale du Camp du Bien laisse craindre un esprit de revanche et d’exclusion. Les censures contre Trump, décidées unilatéralement par les Gafa le 8 janvier, ont ouvert une chasse aux sorcières par les prolophobes. La tyrannie du politiquement correct, entravée par Trump, à un retard à rattraper.

La tragicomédie de la prise du Capitole par des hurluberlus trumpistes, le 6 janvier, a été le prétexte à bien des hystéries complotistes chez les démocrates. Arnold Schwarzenegger y a vu une « nuit de cristal », en réduisant la persécution des Juifs du IIIe Reich à un épisode guignolesque de trois heures. Nancy Pelosi, chef des démocrates au Congrès, a dit craindre que Trump n’utilise les codes nucléaires pour faire de sa sortie une apocalypse. Les médias alimentent l’hypothèse d’un coup de force mené, aujourd’hui, par des groupes d’extrême droite. Mais la « gauche morale » américaine ne dit rien des semblables extrémistes antifas et Black Lives Matter qui la soutiennent. Ce sont les mouvements « woke » (« en éveil ») qui ont désormais leurs entrées à la Maison Blanche. Leurs obsessions racialistes et leur volonté d’humilier l’Occident ont trouvé l’oreille attendrie des défenseurs des minorités. « Ce que nous voyons ressemble de manière effrayante au bolchévisme ou à la période chinoise précédant le Grand Bond en avant », mettait en garde récemment l’enseignant américain Bret Weinstein au Figaro. Dans Le Figaro de ce jour, Renaud Beauchardrappelle que l’administration Biden a décidé d’aider prioritairement les PME « détenues par des Noirs, des latinos, des Asiatiques, des Amérindiens et des femmes ». La réconciliation nationale, dont l’aimable Biden se dit le symbole, semble mal partie…

**************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :