MEMORABILIA

Éric Zemmour: «la discrimination positive, cette arme contre la promesse républicaine»

Scroll down to content

 Réservé aux abonnés

CHRONIQUE – Très pratiquée aux États-Unis, la discrimination positive privilégie la naissance sur le mérite. Le contraire de la promesse républicaine.Par Eric ZemmourPublié il y a 4 heures

Éric Zemmour Jean-Christophe Marmara

C’est toujours la même histoire. On prend des chercheurs, on fait une étude, on pond un rapport. Gros titre: «Dans les grandes écoles, la diversité sociale n’a pas progressé en dix ans». Grosse enquête, gros chiffres, gros scandale. Alors, on nous dit encore que les deux tiers des élèves des grandes écoles sont des enfants de CSP + (cadres, professions intellectuelles ou libérales, chefs d’entreprise) ; que Paris et l’Île-de-France sont surreprésentés. On nous répète que l’école française est la plus inégalitaire du monde. Que les fils d’ouvriers sont très peu représentés (5 %) et que les enfants de l’immigration encore moins. Qu’on a multiplié les bourses, mais que ce n’est pas assez. Que la seule solution est la «discrimination positive».

Promesse de 1789

Et personne ne dit mot, ne conteste, ne rechigne. Et personne ne vient rappeler quelques réalités. Dans les fameuses CSP + montrées du doigt, comme si elles prenaient en otage l’école de la République, il faut préciser qu’il y a une majorité d’enfants de profs qui sont tout sauf des nababs. Qu’il n’y a pas de honte à privilégier la destinée sociale de ses enfants sur sa propre carrière. La fameuse République ne tiendrait donc pas ses promesses. Mais quelle est sa promesse depuis 1789? La méritocratie. C’est-à-dire l’attribution des postes au mérite et non à la naissance. Le mérite mesuré par le travail, les connaissances, l’effort. Tout ce que mesurent plutôt bien nos fameuses «prépas», dernier îlot d’exigence dans un océan de laxisme. Les élites ne doivent pas être représentatives de la société, mais être les meilleures pour la conduire. C’est uniquement pour continuer d’être les meilleures que les élites doivent éviter l’endogamie.

La promotion sociale a toujours été lente. Elle a toujours pris plusieurs générations, pour les paysans comme pour les immigrations européennes. Pourquoi devrait-on accélérer pour les derniers arrivés? Si les classes populaires et les enfants de l’immigration sont peu représentés dans les écoles d’excellence, c’est peut-être parce que le système scolaire n’est plus assez efficient pour les faire progresser. En vérité, le niveau scolaire est devenu tellement faible dans les écoles de banlieue qu’il faudrait vingt ans de prépa pour permettre à leurs meilleurs élèves de rattraper le niveau.

À LIRE AUSSI :Paul May: «La discrimination positive, sujet majeur de conflit idéologique aux États-Unis»

Enfin, les familles de notre immigration récente sont souvent de très faible niveau socioculturel, qui ne parlent pas toujours français au foyer, et dont l’exigence scolaire n’est pas toujours un acquis culturel. Les élèves qui quittent l’école sans aucun diplôme sont surreprésentés au sein des immigrations maghrébine, africaine et turque. Qui dit discrimination positive pour les uns, dit discrimination négative pour les autres. Aux États-Unis, patrie de la discrimination positive, des élèves asiatiques attaquent devant les tribunaux des universités qui leur ont refusé l’entrée au profit d’étudiants noirs bien moins classés. La discrimination positive privilégie la naissance sur le mérite. Le contraire de la promesse républicaine.

**************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :