MEMORABILIA

«On ne lutte pas contre l’islamisme avec des périphrases». L’éditorial du Figaro Magazine.

Scroll down to content

 Réservé aux abonnés

Le directeur de la rédaction, Guillaume Roquette, s’interroge sur le rejet des amendements visant l’interdiction du port du voile pour les fillettes.Par Guillame RoquettePublié il y a 4 heures

André de Chastenet / Le Figaro Magazine

C’est incompréhensible. Pourquoi le gouvernement refuse-t-il, via ses relais à l’Assemblée nationale, d’intégrer dans la loi «confortant les principes républicains»une disposition interdisant le voile islamique aux petites filles? Il est pourtant difficile de nier qu’une telle pratique sépare les malheureux enfants qui en sont victimes du reste de la société. Or, l’objet de cette loi est justement de lutter contre les séparatismes. Alors, où est la cohérence?

À LIRE AUSSI :Guillaume Tabard: «Un voile pudique sur une question symbolique»

Pour justifier sa décision, le pouvoir invoque le respect de la liberté religieuse, mais doit-on vraiment tout tolérer au nom de ce principe? On connaît la justification théologique du voile: protéger les femmes musulmanes du désir sexuel des hommes. Cette règle est déjà contestable pour une adulte mais elle est proprement insupportable pour des fillettes qui ont parfois moins de 5 ans. Son interdiction ne serait pas autre chose qu’une mesure de protection de l’enfance.

«Il n’y a pas de problème religieux en France, il y a un problème lié à l’islam», osait dire courageusement François Fillon en 2016. Mais nos dirigeants actuels refusent de l’écrire noir sur blanc dans la loi, toujours au nom de la liberté religieuse. Et quand une députée de la majorité a déposé le fameux amendement (rejeté) contre le voilement des petites filles, ce dernier prévoyait «d’interdire le port de TOUT signe religieux ostensible par les mineurs dans l’espace public», sans distinction de religion. On aurait donc aussi interdit à tous les enfants catholiques d’apparaître en aube de premier communiant! Certains justifient ce refus de nommer le problème par le désir de ne «stigmatiser» personne: ainsi la loi contre le séparatisme islamiste a-t-elle changé d’appellation en cours de route. Mais il sera difficile de produire un texte législatif efficace et utilisable devant les tribunaux s’il n’est rempli que de périphrases et de considérations abstraites.

À LIRE AUSSI :Loi contre le séparatisme: «Le gouvernement veut museler le débat»

Quant à l’argument selon lequel le traitement différencié d’une seule religion serait contraire à l’État de droit, il est lui aussi contestable. Une société est légitime à changer les règles en vigueur si celles-ci ne coïncident plus avec l’intérêt général. La liberté de culte est un beau principe mais elle est aujourd’hui utilisée pour édifier une contre-société qui bafoue nos valeurs et notre identité. Et si des organismes comme le Conseil constitutionnel ou la Cour européenne des droits de l’homme s’opposent à une législation combattant ouvertement l’islamisme, il faudra résister. Souvenons-nous du général de Gaulle: quand il voulut instituer l’élection du chef de l’État au suffrage universel direct, tous les beaux esprits étaient contre, à commencer par ceux du Conseil d’État et du Conseil constitutionnel. Mais il n’a pas cédé et les Français lui en sont encore reconnaissants aujourd’hui. Il est temps de cesser d’avoir peur.

****************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :