MEMORABILIA

Jean-Paul Garraud: «Avec le projet du RN, c’en serait fini de l’islamisme»

Scroll down to content

ENTRETIEN – L’eurodéputé Rassemblement national dévoile en exclusivité les grands axes de son contre-projet visant les idéologies islamistes.

Par Charles Sapin 27 janvier 2021. LE FIGARO

En réponse au texte gouvernemental contre «le séparatisme» qu’il accuse de manquer sa cible, le parti de Marine Le Pen présente, ce vendredi, un contre-projet sous la forme d’une proposition de loi visant à interdire «purement et simplement» l’idéologie islamiste. L’ancien magistrat, Jean-Paul Garraud, aujourd’hui eurodéputé RN et coauteur du texte, détaille comment il entend mettre un terme «à la pratique, la manifestation ou la diffusion publique» de l’islamisme. Seul moyen selon lui pour prévenir la survenance de nouveaux attentats et de «réduire à néant toute volonté de répandre sur le sol français un totalitarisme ».

À LIRE AUSSI :Loi contre le séparatisme: une charte des imams beaucoup plus exigeante

LE FIGARO.- L’Assemblée discute, lundi, du projet de loi confortant le respect des principes républicains. Ce texte est-il en mesure de lutter contre l’islamisme?

Jean-Paul GARRAUD.- En aucune façon. Le président de la République a eu des mots forts lors de son discours des Mureaux, en octobre dernier. Le projet qui en ressort est très loin des ambitions affichées. Il est parcellaire, manque une cible qu’il n’ose même plus nommer. En refusant de viser l’islamisme, ou même le «séparatisme» totalement absent du corps du texte, les dispositions ont vocation à s’appliquer à tout le monde. Créant des contraintes bien lourdes à des gens pour qui cela ne s’imposait absolument pas. Le gouvernement est dans une attitude d’évitement, dans la longue tradition de nos élites gangrenées par le doute et la crainte d’un procès en «islamophobie». Bien sûr, quelques mesures, notamment sur le contrôle des associations, vont dans le bon sens et pourraient avoir un impact, même limité, sur les menées des mouvements islamistes. Mais c’est à un totalitarisme, à un enjeu de civilisation, que nous faisons face. Il faut reprendre le texte du gouvernement à la racine pour en combler les lacunes et se donner, enfin, les armes face à l’islamisme.

Le gouvernement est dans une attitude d’évitement, dans la longue tradition de nos élites gangrenées par le doute et la crainte d’un procès en “ islamophobie”.Jean-Paul Garraud

Quelles sont les grandes lignes du contre-projet RN présenté ce vendredi?

L’idée première est de rendre l’islamisme hors la loi. Notre projet caractérise, dès son premier article, par une batterie de critères, les idéologies qui doivent être considérées comme incompatibles avec la République, ses principes et ses valeurs. L’idée n’est pas ici de «conforter» quelque principe que ce soit mais de les garantir. En interdisant purement et simplement toute manifestation ou diffusion de ces idéologies, tout financement, avantage ou aide de toute nature par une personne de droit public ou privé. Comme en interdisant, dans l’espace public, tout signe ou tenue affirmant sans équivoque et de manière ostentatoire ces idéologies. À ces mesures générales, suivent une série de mesures plus spécifiques. Nous voulons ainsi, dans le code pénal, faire de tout délit ou crime en lien avec ces idéologies, une circonstance aggravante. Les peines encourues seraient ainsi automatiquement élevées au degré supérieur. Nous créons également une peine complémentaire d’indignité nationale. Et permettons, au seul motif de lien avec cette idéologie, le retrait de la nationalité française pour les binationaux, l’interdiction d’accès ou de maintien dans la fonction publique.

Peut-on réellement interdire une idéologie et, si tel est le cas, qu’est ce qui empêcherait quelqu’un d’interdire la vôtre, le nationalisme?

Il ne s’agit pas de s’en prendre à la liberté de conscience, au for intérieur des individus. Mais d’interdire toute manifestation publique d’une idéologie qui constitue, par elle-même, un trouble grave à l’ordre public. C’est déjà le cas par exemple du nazisme. L’islamisme est, aussi, une idéologie monstrueuse qui n’a, pas plus que le nazisme, sa place chez nous. La Déclaration de 1789 comme la CEDH prévoient que la liberté d’expression trouve sa limite dans le trouble à l’ordre public et le respect de la tradition républicaine. Aucune des idées que nous portons au Rassemblement national n’enfreint l’une ou l’autre. Nous ne prônons nous, aucun totalitarisme. Ce n’est absolument pas du même ordre.

À LIRE AUSSI :Séparatisme: ce que contient le projet de loi

En quoi cela aurait-il pu empêcher les récents attentats de Conflans-Sainte-Honorine ou de Nice?

Nous avons combattu, jusqu’ici en France, uniquement les effets les plus visibles et violents de l’activisme islamiste: le terrorisme. S’il reste encore beaucoup à faire en ce domaine, il est temps de s’attaquer à l’islamisme en lui-même. De faire ce que le gouvernement s’est toujours refusé à faire: prendre le mal par la racine. Si ce contre-projet était voté et appliqué tel quel, je vous assure qu’il empêcherait nombre d’attentats. Mais pas seulement. Il réduirait également à néant toute volonté de répandre sur notre sol un totalitarisme. C’en serait fini de l’islamisme en France.

Serez-vous candidat tête de liste aux régionales en Occitanie?

Candidat, je le suis. Mais je ne suis pas le seul. Ce n’a pas été encore tranché en bureau exécutif. C’est à lui de dire si je serai le plus utile dans ce combat que je suis prêt à mener.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :