MEMORABILIA

L’Occident devrait envier la réponse du Japon à la Covid 19.

Scroll down to content

The Japan Times  ARTICLE de The Japan Times28 janvier 2021 

Traduction par la revue CONFLITS

***************

Sans confinement ni restrictions des libertés fondamentales, la gestion de la pandémie au Japon suscite l’incompréhension des médias occidentaux. Retour sur les causes et les raisons d’un nombre de morts exceptionnellement bas dans un pays qui aurait pu sembler d’abord abandonné au vent pandémique.

NDLR : Nous publions cet article de l’un des plus anciens journaux du Japon pour avoir un autre point de vue sur le coronavirus, celui du Japon, et comprendre comment l’épidémie est vue et gérée dans d’autres parties du monde. La géopolitique étant affaire de vision et de regard, il est important de se mettre à la place des autres pour comprendre comment eux voient le monde.

Le 1er janvier, le nombre total de cas de coronavirus dans le monde était de 83 748 593 et le nombre de décès de 1 824 140. Au Japon, les chiffres correspondants étaient de 230 304 et 3 414. Fait inhabituel, au Japon, la maladie a tué plus de personnes en automne-hiver qu’au printemps. Néanmoins, pour équilibrer et mettre les choses en perspective, il convient de noter que plus de Japonais sont morts de 25 autres causes en 2020. Le COVID-19 n’a représenté que 0,3 % de tous les décès. Il y a eu sept fois plus de suicides et 40 fois plus de décès dus à la grippe et à la pneumonie. Le Japon était également l’un des rares pays à ne pas connaître de surmortalité due au COVID-19.

Le Japon a attiré l’attention du monde entier pour n’avoir ni imposé un verrouillage ni testé de façon obsessionnelle les personnes asymptomatiques. Comme Tomoya Saito le dit dans ces pages, « Encourager les personnes présentant des symptômes légers ou inexistants à passer des tests PCR n’aurait rien révélé à part isoler les cas faussement positifs ». L’indice de rigueur a été élaboré par l’école Blavatnik de l’université d’Oxford en collaboration avec Our World in Data pour évaluer la rigueur de neuf mesures de confinement, dont la fermeture des écoles et des lieux de travail et l’interdiction de voyager, 100 étant la plus stricte. L’indice du Japon est resté inférieur à 50 jusqu’au 8 décembre, alors que tous ses partenaires du G7 sont restés pour la plupart au-dessus de 50.

Cette situation a créé une pandémie de peur face à la menace d’un tsunami de morts COVID-19 qui ravagerait le Japon. Au début de l’année dernière, le bateau de croisière Diamond Princess a accosté à Yokohama. Avec plus de 700 des 3 711 personnes à bord infectées et 14 morts, on craignait que le Japon ne soit le théâtre de la prochaine grande épidémie du virus. Kentaro Iwata, expert en maladies infectieuses à l’université de Kobe, a décrit le navire comme un « moulin à COVID-19 ». Un article paru dans le Washington Post le 20 février a déclaré que la réaction du Japon face à ce navire était « complètement inadéquate », et cet article a rapporté le 10 mai que 57% des Japonais étaient mécontents de la réaction au coronavirus.

Au début de l’été, alors que Tomoya Saito écrivait que le Japon avait « réussi à minimiser les décès liés au COVID-19 sans introduire un verrouillage strict ou une politique de tests à grande échelle » et qu’il poursuivait plutôt une approche centrée sur les groupes, une grande partie des médias occidentaux critiquait sévèrement l’échec du Japon à verrouiller le navire et prédisaient des décès de masse. Des articles du New York Times (7 avril), du Washington Post (11 et 21 avril, 25 mai, 11 août), du New Statesman (22 avril) et du magazine Science (22 avril) ont déclaré que le Japon avait manqué « sa chance de maîtriser le coronavirus ». Sa gestion du coronavirus était jugée « trop peu, trop tard », caractéristique d’un « confinement trop léger », digne d’un « kabuki pandémique » et ou d’un « manuel de stratégie trumpien » « idiosyncrasique » sur le virus. Les experts médicaux ont recommencé à débiter des scénarios alarmistes avec la deuxième vague en hiver. L’une des raisons de leur appréhension était l’histoire troublée du Japon avec les vaccins et son processus d’approbation prudent pour les nouveaux vaccins. Mais cet article a noté que « le succès relatif du Japon dans la gestion de la pandémie » signifie qu’un déploiement urgent de la vaccination est moins prioritaire.

Les Japonais ne devraient pas prendre les critiques occidentales trop au sérieux. Les grands médias se sont donné pour mission d’encourager le scénario du confinement. Les pays comme la Suède et le Japon qui s’écartent du scénario approuvé font l’objet d’une colère particulière pour leur irresponsabilité frisant le manquement criminel au devoir. Les exemples de meilleurs résultats sans le large éventail de coûts liés à la santé, à la santé mentale, aux moyens de subsistance, à l’économie et aux libertés civiles des confinements sévères devraient être les bienvenus. Au lieu de cela, de nombreux commentateurs semblent vouloir que les pays du blocus échouent afin de se sentir justifiés.A lire aussi : La spécificité du Japon face à la crise sanitaire

Malheureusement pour eux, il y a peu de données empiriques pour soutenir les modèles mathématiques abstraits sur lesquels les gouvernements se sont appuyés pour mettre fin aux mesures de confinement. Le virus n’est pas sans précédent, mais les fermetures sociétales draconiennes le sont. Qui aurait pu s’attendre à ce que les démocraties occidentales imitent la Chine autoritaire ?

Jamais auparavant dans l’histoire de l’humanité, des populations entières et en bonne santé n’ont été placées en résidence surveillée et on leur a dit quand elles pouvaient sortir, où, pendant combien de temps, qui et combien de personnes elles pouvaient rencontrer, quelles entreprises pouvaient rester ouvertes pour vendre des biens désignés et fournir des services répertoriés. Pourtant, après un an de cette expérience extrême, les données du monde entier montrent que la propagation de la pandémie est davantage liée à la géographie, à la démographie et à la saisonnalité qu’à la rigueur et au séquençage des mesures de confinement.

L’Europe compte trois fois plus de décès par COVID-19 que sa part dans la population mondiale, l’Amérique du Nord six fois et l’Amérique du Sud 2,4 fois. En revanche, l’Océanie ne représente qu’un dixième, l’Afrique un cinquième et l’Asie (y compris l’Asie centrale et occidentale) un tiers de leur part respective de la population mondiale. L’Asie de l’Est est la grande vedette. La mortalité moyenne pour la Chine, Hong Kong, la Mongolie, la Corée du Sud et Taïwan est de 5,5 décès par million d’habitants (DPM). En Asie de l’Est, le Japon a le taux de mortalité le plus élevé avec 27 DPM. Cependant, pour replacer cela dans un contexte mondial, la moyenne mondiale est de 234 DPM et les pays les moins performants d’Europe (par ordre croissant, le Royaume-Uni, l’Espagne, l’Italie, la Belgique : tous les pays en dur) ont entre 1.080 et 1.674 DPM. Parmi les autres pays du G7, la moyenne des six autres pays, qui ont tous adopté des mesures de verrouillage strictes, est de 949 DPM.

Qu’est-ce qui pourrait expliquer la variation par continent ? D’une part, en Afrique et dans la plupart des pays d’Asie moins l’Asie de l’Est, l’espérance de vie moyenne est beaucoup plus faible et la gravité du COVID-19 est hautement fonction de l’âge, s’attaquant avec une férocité particulière aux plus de 75 ans. D’autre part, si la vie est pénible, brutale et courte dans ces pays, c’est en partie parce que, proportionnellement, beaucoup plus de personnes souffrant de maladies graves succombent plus tôt que dans les pays industrialisés à revenu élevé, en raison des carences des soins de santé. Et nous savons que le coronavirus est bien plus mortel pour les personnes souffrant de comorbidités.

A lire aussi : Le Japon de l’après Abe affronte une conjoncture plus difficile

En outre, dans des pays comme l’Inde, la vaccination universelle contre le BCG et la polio est obligatoire, tandis que le système immunitaire des personnes est exposé toute leur vie à des médicaments curatifs et préventifs contre la malaria. Les recherches menées par des scientifiques indiens suggèrent que l’exposition depuis l’enfance à un large éventail d’agents pathogènes a donné aux Indiens une immunité plus solide contre le COVID-19. Une conclusion similaire s’applique à l’Afrique subsaharienne.

Une autre équipe a examiné les données de la recherche génomique humaine pour trouver des explications possibles aux taux remarquablement bas de mortalité due à la COVID-19 en Asie de l’Est, qui a été l’origine géographique de plusieurs épidémies de coronavirus modernes. Leurs résultats suggèrent que les anciennes épidémies de type coronavirus ont entraîné des adaptations chez les Asiatiques de l’Est il y a 25 000 à 5 000 ans. Comme ils le disent de façon imagée : « Une course aux armements avec un ancien virus de type corona a pu avoir lieu dans les populations ancestrales d’Asie de l’Est. » La poussée hivernale montre que même au Japon, les masques faciaux n’ont pas empêché l’infection et la transmission. Cela suggère trop fortement qu’un taux de mortalité exceptionnellement bas malgré une forte proportion de personnes âgées doit être dû à des facteurs génétiques, à des facteurs de santé (par exemple, peu d’obésité) ou à une immunité préexistante.

Le 27 avril, la chaîne australienne ABC a diffusé un reportage sur « Comment Shinzo Abe a bredouillé la réponse du Japon au coronavirus ». Les pays d’Europe et d’Amérique doivent souhaiter pouvoir bredouiller de manière aussi spectaculaire !

**************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :