MEMORABILIA

Le Lowy Institute épingle la France pour sa gestion de la pandémie

Le think-tank australien a dévoilé son «Indice de performance Covid». En tête du classement, la Nouvelle-Zélande.

Par Grégory Plesse. LE FIGARO 31 janvier 2021

La France vient d’échapper de peu à un troisième confinement, alors qu’elle continue de recenser plus de 20.000 nouveaux cas par jour et qu’avec plus de 75.000 décès, elle est le septième pays dans le monde où le coronavirus a fait le plus de victimes.

Politiquement vôtre Newsletter

Tous les mercredis

Un éclairage exclusif par Guillaume Tabard sur les grands faits et les petites histoires de la semaine politique.S’INSCRIRE

À LIRE AUSSI :Confinement repoussé: l’histoire secrète de la décision surprise de Macron

Un bilan désastreux, dû en grande partie au manque de réactivité du gouvernement face à l’apparition de la pandémie. C’est ce que confirme le Lowy Institute, un think-tank australien qui a dévoilé en fin de semaine dernière son «Indice de performance Covid». En se basant sur six critères objectifs (nombre de cas, nombre de décès, nombre de dépistages pour 1 000 habitants…), cet indice compare la réponse sanitaire apportée par 98 pays à travers le monde, pendant les 36 semaines suivant le 100e cas confirmé de coronavirus dans chacun d’entre eux.

La Nouvelle-Zélande première

Sans surprise, c’est la Nouvelle-Zélande, un pays déjà maintes fois salué pour son excellente gestion de la crise, qui arrive première de ce classement. Il faut dire qu’en la matière, la Nouvelle-Zélande présente, d’après cette étude, toutes les caractéristiques requises. Comme six des dix pays les plus performants, elle n’a pas de frontière terrestre avec un autre pays, elle est faiblement peuplée (4,5 millions d’habitants), le gouvernement a agi très fort et très tôt (fermeture des frontières, l’un des confinements les plus stricts, qui aura duré sept semaines), et surtout, il a la confiance quasi totale de ses habitants. La première ministre, Jacinda Ardern, a d’ailleurs été confortablement réélue lors des élections législatives, en octobre, remportant même la plus large victoire pour le Parti travailliste néo-zélandais depuis plus de cinquante ans.

À LIRE AUSSI :Covid-19: la Nouvelle-Zélande devrait fermer les frontières pendant une grande partie de 2021

Certains pays présentent également un bon bilan, sans pourtant satisfaire à tous ces critères. C’est le cas du Vietnam et de la Thaïlande, deux pays en développement qui malgré une population importante, se classent respectivement deuxième et quatrième.

La France, elle, est en bas du tableau, en 73e position… Les Pays-Bas, l’Espagne, la Roumanie et l’Ukraine sont les seuls pays européens à faire moins bien… «Comme beaucoup d’autres pays développés, la France a d’abord eu beaucoup trop confiance dans la capacité de son système de santé à pouvoir gérer ce type de crise… Les pays en développement, en particulier en Asie du Sud-Est, où ils ont eu par ailleurs des expériences précédentes avec des pandémies, avaient, eux, beaucoup plus de doutes, et se sont donc montrés beaucoup plus prudents», analyse Hervé Lemahieu, coauteur de cette étude. «Par ailleurs, le gouvernement a beaucoup hésité et donc tardé à prendre des mesures drastiques, comme le confinement.»

La chine absente de l’étude

Certains messages contradictoires, sur le masque, par exemple, d’abord jugé inutile, avant de devenir obligatoire, ont également jeté le discrédit sur le gouvernement, faisant chuter la confiance que lui accordait la population. Or, comme le conclut cette étude, face à une crise sanitaire de cette ampleur, le politologue américain Francis Fukuyama avait raison. L’an dernier, il affirmait que dans ce genre de situation, c’est moins le type de régime qui importe que «la confiance qu’ont les citoyens dans leurs dirigeants et le fait que ces dirigeants soient à la tête d’un État compétent et efficace».

À LIRE AUSSI :Covid-19: l’enquête en trompe-l’œil de l’OMS à Wuhan

C’est ce qui explique qu’un pays pauvre et autoritaire comme le Rwanda, mais qui est doté d’une administration bien structurée, se classe en sixième position. Cet indice révèle également que les régimes autoritaires, même s’ils prennent moins de gants avec les libertés individuelles et sont donc plus prompts à adopter des mesures radicales pour enrayer la pandémie, ne s’en sont pas mieux sortis que les pays démocratiques. «Malgré un démarrage difficile et avec quelques exceptions notables, comme les États-Unis (93e…) ou le Royaume-Uni (66e), les démocraties ont eu légèrement plus de succès que les autres formes de gouvernement dans la gestion de la pandémie», indique le rapport. Ainsi, Chypre, l’Islande, l’Australie et la Lettonie font également partie des dix pays les plus performants.

La Chine, où se sont manifestés les premiers cas de coronavirus, et dont l’économie a le plus rapidement rebondi, est la grande absente de cette étude. Faute de données rendues publiques sur le nombre de tests effectués, elle n’a pas été intégrée dans ce classement.

***************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :