MEMORABILIA

“L’islamisme est chouchouté par les institutions” …

Scroll down to content

A Lyon, la tension monte entre le RN et le conseil des mosquées du Rhône

Par  Nicolas Clément Publié le 08/02/2021 VALEURS ACTUELLES

***********

A quatre mois des élections régionales, le Rassemblement national échafaude sa stratégie de campagne. En Auvergne-Rhône-Alpes, Andréa Kotarac, dont le nom pourrait figurer en tête de la liste du parti de Marine Le Pen, a déjà ouvert les hostilités. Sa première bataille : démasquer Kamel Kabtane, recteur de la Grande mosquée de Lyon.

« Connais ton ennemi et connais-toi toi-même », disait Sun Tzu. Un adage qui pourrait résumer le parcours d’Andréa Kotarac, ancien Insoumis ayant rejoint les rangs du Rassemblement national, déçu par les « les visées électoralistes de captation de l’électorat musulman » de la gauche. Implanté depuis longtemps dans les environs de la “Capitale des Gaules”, d’abord comme dirigeant de la fédération du Rhône pour le Parti de gauche, puis comme figure locale du RN, le souverainiste compte bien faire entendre sa voix dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Ainsi, à l’approche des échéances électorales de juin, le souverainiste a croisé le fer avec Kamel Kabtane, recteur de la Grande mosquée de Lyon, sur le réseau social Twitter. En cause, le refus de l’imam de signer la “Charte des principes pour l’islam de France”.

Les imams réfractaires

Court texte rédigé à l’occasion du projet de loi “contre les séparatismes”, le document, composé de dix articles validés par le Conseil français du culte musulman (CFCM), affiche un objectif très simple : établir des principes fondamentaux et inviolables pour que soient respectées, dans l’exercice du culte, « les lois de la République ». Egalité des sexes, droit de renoncer à l’islam, non-ingérence des Etats étrangers, « rejet de l’instrumentalisation de l’islam à des fins politiques »… Autant d’engagements cruciaux au bas desquels Kabtane refuse obstinément d’apposer sa signature.

Dans un communiqué cosigné par Azzedine Gaci, porte-parole du conseil théologique des imams du Rhône, le religieux a fait connaitre les raisons de son désistement. « Nous regrettons vivement que le CFCM n’ait pas jugé bon de consulter les imams et les responsables des institutions musulmanes de France », peut-on y lire. Trois paragraphes plus loin, Kabtane, en sa qualité de président du conseil des mosquées du Rhône, reproche également à la charte d’encourager « la lutte contre les interprétations réductives et les projections machistes » d’une certaine frange de l’islam, car elles ne seraient qu’un « comportement anecdotique » ne concernant qu’une « minorité de musulmans ». Minorité dont les sévices ont occasionné la mort de centaines de personnes en France. Un fait loin d’être “anecdotique”, dont on ne trouve nulle trace dans le texte.

Les Mohamed ont été des centaines de milliers à mourir pour vous permettre de devenir français.

Pourtant, le petit pamphlet n’est pas avare d’arguments. Non sans ironie, les deux imams y dénoncent le manque de légitimité du CFCM : « Nous condamnons très vigoureusement l’instrumentalisation de l’islam à des fins politiques [et] l’ingérence des Etats étrangers, est-il écrit dans la missive. Aussi, le CFCM, sous contrôle de chancelleries étrangères, ne peut être à la fois juge et partie dans la même affaire. » En guise de bouquet final, les imams font appel à l’esprit de « liberté » de la loi de 1905, rappelant que l’Etat se doit de respecter un impératif de neutralité en matière de religion. Confiants, ils ajoutent également que l’Elysée n’a pas à qualifier de « mauvais citoyen » quiconque refuserait de valider la charte. Des arguments qui interrogent au regard du parcours douteux de Kamel Kabtane.

Financements d’Etat, ingérence saoudienne… Les discours à l’épreuve des faits

En dehors de ses fonctions de recteur de la Grande mosquée de Lyon, l’opposant à la charte est également célèbre pour avoir inauguré l’Institut français de la civilisation musulmane. « Cet institut, c’est lui », confirme auprès de Valeurs actuelles Andréa Kotarac, à qui la mémoire ne fait pas défaut. Jeudi 19 septembre 2019, « fièrement entouré par la classe politique locale et nationale, comprenant le ministre de l’Intérieur de l’époque, Christophe Castaner, ainsi que des élus locaux, tels que David Kimelfeld, ancien président de la Métropole de Lyon », le responsable religieux célèbre en grandes pompes son nouvel édifice, raconte le jeune Lyonnais.

Menu problème : un partenaire bien embarrassant se tient à leurs côtés. Il s’agit de Mohammed Al-Issa, secrétaire général de la Ligue islamique mondiale, ancien ministre de la Justice d’Arabie saoudite… et contributeur du projet à hauteur d’environ un million d’euros. « Cet homme a justifié à plusieurs reprises le djihad et la violence, rappelle l’ancien conseiller régional d’Auvergne-Rhône-Alpes. Son bilan “de mandat” en Arabie se résume à environ 500 exécutions, ainsi qu’à la condamnation à mort d’un blogueur pour apostasie. » Ses principaux partenaires pour le financement de l’institut ? « La Métropole et la ville de Lyon. » En d’autres termes : de l’argent public. De quoi relativiser le prétendu attachement à la mise à l’écart de l’Etat dans les affaires religieuses défendu par Kabtane, ainsi que sa critique de l’ingérence étrangère… Soucieux de révéler l’hypocrisie du recteur, Andréa Kotarac a publié cette vidéo explosive sur son compte Twitter :https://platform.twitter.com/embed/index.html?dnt=false&embedId=twitter-widget-0&frame=false&hideCard=false&hideThread=false&id=1354486152212963330&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fwww.valeursactuelles.com%2Fclubvaleurs%2Fpolitique%2Flislamisme-est-chouchoute-par-les-institutions-lyon-la-tension-monte-entre-le-rn-et-le-conseil-des-mosquees-du-rhone-128115&siteScreenName=Valeurs&theme=light&widgetsVersion=ed20a2b%3A1601588405575&width=550px

Dans la section réservée aux commentaires, la réaction de l’imam ne s’est pas faite attendre : « Combien de Kotarac sont morts pour défendre la France et la libérer du nazisme ?, s’est-il notamment exclamé. Aucun, mais les Mohamed ont été des centaines de milliers à mourir pour vous permettre de devenir français. » Une attaque virulente et déplacée, qui plus est hors-sujet, à laquelle l’ancien élu de gauche a choisi de répondre par le sourire :https://platform.twitter.com/embed/index.html?dnt=false&embedId=twitter-widget-1&frame=false&hideCard=false&hideThread=false&id=1356916472661086209&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fwww.valeursactuelles.com%2Fclubvaleurs%2Fpolitique%2Flislamisme-est-chouchoute-par-les-institutions-lyon-la-tension-monte-entre-le-rn-et-le-conseil-des-mosquees-du-rhone-128115&siteScreenName=Valeurs&theme=light&widgetsVersion=ed20a2b%3A1601588405575&width=550px

A peine dévoilée, la “charte des principes pour l’islam de France” suscite des débats endiablés. Mais au-delà les invectives lancées sur les réseaux sociaux, son rejet par une minorité jusqu’au-boutiste serait révélateur d’un problème alarmant. « Pendant longtemps, l’islamisme prospérait dans la clandestinité, explique Andréa Kotarac. Grâce à l’attitude de Kamel Kabtane, il est maintenant possible de dire qu’il en existe une nouvelle catégorie : celle de l’islamisme chouchouté par les institutions. »

**************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :