MEMORABILIA

Les faux chiffres de la Fondation Nicolas Hulot

Scroll down to content

L’usage des pesticides aurait explosé de 25 % en dix ans, affirme dans une étude le lobby fondé par Nicolas Hulot. Une grossière manipulation.

Par Géraldine Woessner Publié le 09/02/2021 LE POINT

***********

 C’est ce qu’on appelle réussir un « coup ». Ce 9 février, les matinales radio ont toutes claironné, à grand renfort d’indignation, un chiffre « affolant » et qui claque : contrairement à toutes les promesses, les politiques conduites en faveur d’une baisse de l’usage des pesticides seraient un échec cinglant. « Entre 2009 et 2017, l’utilisation des pesticides en France a augmenté de 25 % », affirme la Fondation pour la nature et l’homme (créée par Nicolas Hulotdans un rapport publié ce mardi et aussitôt repris, sans vérification ni recul, par la quasi-totalité de la presse grand public. Et Nicolas Hulot, invité sur la radio RMC, de pousser des hauts cris : « Ce n’est pas une fatalité, c’est une forme de résignation et d’aberration ! » Sauf que… les chiffres de Nicolas Hulot sont faux, comme n’a pas manqué de le souligner le ministre de l’Agriculture lui-même sur Twitter, dénonçant une présentation « fausse » et « dégradante » pour les agriculteurs.https://platform.twitter.com/embed/Tweet.html?creatorScreenName=LePoint&dnt=false&embedId=twitter-widget-0&frame=false&hideCard=false&hideThread=false&id=1359103350684454913&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fwww.lepoint.fr%2Fpolitique%2Fles-faux-chiffres-de-la-fondation-nicolas-hulot-09-02-2021-2413294_20.php&siteScreenName=LePoint&theme=light&widgetsVersion=889aa01%3A1612811843556&width=550px

À l’heure où les négociations de la future politique agricole commune (PAC) se durcissent à Bruxelles, dans le but d’articuler les différents plans stratégiques nationaux, il convient, pour éviter de se faire manipuler par les différents groupements d’intérêt en présence, de se plonger dans le détail des chiffres.

À LIRE AUSSINicolas Hulot, le vertige du creux

Un rapport militant

Le rapport de la fondation, qui milite pour que l’essentiel des aides de la future PAC soit ciblé sur les exploitations en agriculture biologique, se base sur les données de ventes des produits phytopharmaceutiques déclarées par les distributeurs,et qui servent de base au suivi des politiques publiques engagées. Chaque année, elles sont analysées dans le cadre du plan écophyto, lancé en 2008 pour réduire l’utilisation de produits phytosanitaires.

En 2018, la quantité totale de substances actives vendues en France s’élève à 85 876 tonnes, souligne la Fondation. Premier problème : la FNH a préféré ignorer les ventes de l’année 2019, alors qu’elles ont plongé à seulement 55 467 tonnes au total (soit une baisse de 36 %), les agriculteurs ayant anticipé, dans leurs achats de l’année précédente, la forte hausse d’une taxe frappant les pesticides au 1er janvier 2019. En moyenne triennale, la baisse atteint 12 % en 2018-2019. Mais surtout, cette réalité masque une autre information, fondamentale pour juger de l’efficacité des politiques suivies : quelles substances sont effectivement vendues ? En médecine, on considère comme un progrès un patient qui remplace 10 milligrammes de morphine par 3 grammes de paracétamol… C’est exactement le phénomène observé en agriculture. Ces dix dernières années, les ventes de substances les plus préoccupantes (appelées CMR, pour cancérogène, mutagène ou reprotoxique) ont respectivement baissé, entre les périodes 2009-2011 et 2016-2018 (en moyenne triennale) :

– de 15 % pour les substances classées CMR 1 (dont les effets sont avérés) ;

– de 9 % pour celles classées CMR 2 (dont les effets sont seulement suspectés).

En 2019, cette baisse s’est encore fortement accentuée, les ventes de molécules CMR 1 plongeant de 63 %, et les CMR 2 de 49 %.

Les substances vendues ont aussi changé de nature : la part de produits de biocontrôle, peu nocifs et utilisables en agriculture biologique, a plus que doublé en dix ans, ces molécules représentant aujourd’hui un quart (25 %) des ventes totales de pesticides ! Le soufre, à lui seul, représente 16 % des ventes. Plus préoccupant : l’usage de cuivre, de spinosad ou d’azadirachtine, tous utilisables en agriculture biologique mais au profil toxicologique problématique, augmente également.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :