MEMORABILIA

Mais où sont donc passées les doléances?

Scroll down to content

 Réservé aux abonnés

CHRONIQUE – Les lettres et les contributions des Français au grand débat national dorment depuis deux ans dans les archives des départements.

Par Guyonne de Montjou. LE FIGARO 1é février 2021.

Ces documents ont été numérisés, jamais diffusés et dorment aux archives départementales. Albert Facelly / Divergence

Même si la crise sanitaire bouleverse notre rapport au temps, deux années sont déjà passées depuis la tenue du grand débat national. Surgie de l’esprit d’Emmanuel Macron, cette consultation citoyenne tentait de mettre un terme à la crise des «gilets jaunes» dont les feux brûlaient toujours, en initiant un dialogue direct entre le peuple et ses gouvernants. En janvier 2019 a ainsi commencé, pour trois mois, la collecte de plus d’un million de contributions de Français désireux d’expliquer leurs attentes, de confesser leurs problèmes quotidiens, de proposer des solutions. Un exemple de démocratie participative, un exercice d’écoute et d’apaisement. Bref, une riche idée.

À LIRE AUSSI :Guillaume Perrault: «Ce que disaient, dans les cahiers de doléances, les Français de 1789»

Ces mots, parfois griffonnés sur un cahier à spirale ouvert dans l’une des 16 337 communes qui ont joué le jeu, collectés au cours de réunions d’initiatives locales ou encore à travers une plate-forme en ligne, constituent une photo inédite de la société française. Ces documents ont été numérisés, jamais diffusés et dorment aux archives départementales. «Une moitié serait d’ores et déjà exploitable en l’état,explique Didier Le Bret, fondateur du collectif Rendez les doléances, créé il y a trois mois. L’autre moitié n’est pas anonymisée, elle ne peut donc être consultée telle quelle, au nom de la protection de la vie privée. Mais ce ne serait pas grand-chose de faire travailler une équipe sur ces documents pour en gommer les auteurs afin d’en diffuser le contenu au grand large», s’enhardit-il.

Numérisation

Le directeur du Cévipof, Martial Foucault, qui a suivi 280 débats locaux durant l’hiver 2019, est désolé de voir cette «cartographie d’un ensemble de valeurs et d’attitudes des Français» cachée dans des caisses et menacée de disparition: «Les conclusions présentées par Édouard Philippe le 8 avril 2019 au Grand Palais, comme celles d’Emmanuel Macron deux semaines plus tard, étaient décalées par rapport à ce que j’avais entendu lors de ces débats, explique-t-il. “Nous devons baisser, et baisser plus vite, les impôts”, avait conclu le premier ministre tandis que j’avais perçu au contraire un consentement à l’impôt très fort au sein de la population, qui en revanche souhaitait qu’il soit mieux utilisé.» Autre constat, «la forte déshérence de la jeunesse, remarque encore le chercheur, sauf sur la thématique environnementale». Il y a deux ans, le travail de numérisation et d’archivage avait été confié à la Bibliothèque nationale (BNF). L’Agence nationale de la recherche (ANR) devait traiter l’information et plusieurs sociétés privées intervenir ici et là dans le processus, mais les budgets n’ont jamais été débloqués pour leur mise en œuvre.

À LIRE AUSSI :Un an après, que sont devenues les promesses du grand débat?

«Il y a une forme de paradoxe, remarque encore Martial Foucault, dans le fait de conduire une consultation en ligne afin de percer les mystères de notre démocratie… pour ensuite nous proposer d’aller fouiller dans les archives départementales pour en tirer des conclusions! Si on avait voulu décourager la recherche, on ne s’y serait pas pris autrement!»

«Partir de la base»

«Le gouvernement ne souhaite pas que des chercheurs travaillent sur ce matériel unique, ou qu’il soit mis en ligne, car il craint de relancer un mouvement d’amertume et de contestation, hasarde Didier Le Bret, ancien ambassadeur et coordinateur du renseignement sous François Hollande. Ces informations sont un levier formidable pour organiser la vitalité démocratique. Ce ne sont pas des gadgetsPour bien gouverner, il faut partir de la base, c’est-à-dire de ce que les gens pensent eux-mêmes de leur vie. Les élites doivent cesser de concocter leur programme hors sol et dans leur coin.» Malgré les erreurs et les manquements du questionnaire en ligne qui trahissaient un climat d’impréparation et d’urgence, les participants n’étant par exemple pas géolocalisés, le fait que plus d’une personne sur deux ayant assisté à une réunion publique l’ait fait alors pour la première fois, suffit à convaincre du caractère exceptionnel de l’exercice.

Au risque que la crise sanitaire l’ait un peu jaunie, cette photo de la France qui s’est exprimée pourrait se révéler instructive, à quelques mois de scrutins cruciaux.

*************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :