MEMORABILIA

George Friedman : Pourquoi il faut suivre attentivement ce qui se passe au Yémen

Scroll down to content

La menace d’un Yémen dominé par l’Iran est réelle, ce qui offrirait à Téhéran une position dominante au Moyen-Orient, estime le fondateur du site Geopolitical Futures.

Le politologue américain George Friedman, fondateur de Geopolitical Futures, site d'analyse et de prévisions consacré aux évolution internationales.

Le politologue américain George Friedman, fondateur de Geopolitical Futures, site d’analyse et de prévisions consacré aux évolution internationales.

publié le 13/02/2021 L’EXPRESS

La semaine dernière, le président américain Joe Biden a fait ses premiers pas au Moyen-Orient. Il a informé le Congrès de son intention de retirer les rebelles houthis du Yémen de la liste américaine des groupes étrangers considérés comme terroristes. Et il a annoncé la fin du soutien aux opérations militaires saoudiennes au Yémen ainsi que la remise à plat des relations entre les États-Unis et l’Arabie Saoudite, dont le bilan en matière de droits de l’homme est jugé préoccupant. 

En tant que telles, ces deux actions sont relativement insignifiantes. Mais appréhendées ensemble, elles pourraient modifier radicalement la politique américaine au Moyen-Orient. Reste à savoir comment, et si, ce changement affectera la région. Comme je l’ai si souvent écrit, la politique est la liste des choses que nous souhaitons. La réalité géopolitique, celles que nous obtenons.  

Dans la guerre civile sans fin du Yémen, les Houthis sont un belligérant majeur. Ils sont alignés avec l’Iran et opposés à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis (EAU). Dans une large mesure, la guerre au Yémen n’est d’ailleurs plus tant une guerre civile qu’un conflit par procuration (proxy war) entre pays tiers. L’Arabie saoudite comme les Émirats arabes unis ont mené des frappes aériennes et soutenu sur le terrain le combat contre les Houthis. L’Iran, pour sa part, a fourni des missiles aux Houthis (ou aux forces iraniennes qui se font passer pour houthies), qui ont été tirés sur l’Arabie saoudite. 

Le Yémen est un pays stratégique. Il peut lui-même projeter des forces sur l’Arabie Saoudite et sur Oman, ou offrir cette possibilité à un allié plus puissant qui lui. Plus important encore, si elle contrôlait le Yémen, une hypothétique grande puissance pourrait fermer le détroit de Bab-el-Mandeb et, ce faisant, bloquer l’accès à la mer Rouge. Cet accès est vital : rappelons qu’en 1967, c’est parce que l’Égypte avait fermé le détroit de Tiran, plus au Nord, et, ainsi, coupé Israël de la mer Rouge, que la Guerre des Six Jours avait été déclenchée. 

Aujourd’hui, le Yémen n’est pas en mesure de bloquer le détroit. Mais un acteur extérieur cherchant à semer le chaos dans la région, oui. Le cas échéant, il pourrait entraîner l’Égypte, Israël et l’Éthiopie dans un conflit dont ils n’ont pas envie. Il pourrait aussi menacer l’Arabie Saoudite et Oman, ce qui affaiblirait la position arabe dans le golfe Persique. LIRE AUSSI >> Joe Biden face au casse-tête iranien

L’Iran n’est pas au Yémen pour le bien du Yémen. Pour Téhéran, ce pays représente une base d’où l’Iran peut faire pression sur l’Arabie Saoudite, son rival de premier plan, mais aussi sur les EAU. À long terme, si les Houthis gagnent la guerre civile sous l’égide de l’Iran, cela pourrait à la fois déstabiliser la région et persuader certaines puissances arabes sunnites du Golfe -comme , par exemple, les Etats arabes unis- de s’aligner sur l’Iran. N’oublions pas qu’à l’époque du shah, beaucoup de pays sunnites l’étaient. Un tel scénario modifierait, pour le moins, l’équilibre des pouvoirs dans la région. 

L’accord entre Israël et les EAU est en train de s’étendre rapidement à d’autres puissances – dont les Saoudiens, qui en sont membres à part entière sans l’avoir signé pour des raisons internes. Il s’agit d’une coalition anti-iranienne. Les États arabes sunnites voient l’Iran comme une menace existentielle. Et ils voient le Yémen non seulement comme un théâtre d’opérations test avec l’Iran, mais aussi comme une attaque directe sur leurs intérêts fondamentaux qui vont de la Syrie à l’Irak en passant par le Yémen lui-même. LIRE AUSSI >> Le prince saoudien dans le collimateur de Biden

Si les pays arabes sunnites craignent l’Iran, ce n’est pas principalement en raison de son arsenal nucléaire. À leurs yeux, ce problème représente une menace parmi d’autres. Au reste, l’Iran ne possède pas encore l’arme nucléaire et si la menace évoluait, la question serait réglée par Israël. Ce qu’ils craignent réellement, c’est l’immixtion de l’Iran en Syrie ou au Yémen et que, en cas de succès iranien, ces pays et d’autres se transforment en satellites de Téhéran. Cela offrirait à l’Iran ce qu’il recherche par-dessus tout : une position dominante au Moyen-Orient. Or, aujourd’hui, la menace d’un Yémen dominé par l’Iran est réelle. Voilà pourquoi il faut suivre attentivement ce qui se passe dans l’ancien royaume de Saba. 

************

Né à Budapest en 1949, George Friedman est le fondateur de Geopolitical Futures, site d’analyse et de prévision géopolitique. Expert américain dans le domaine des affaires étrangères et du renseignement, il a conseillé de nombreuses organisations gouvernementales et militaires aux Etats-Unis et à l’étranger. En 2015, George Friedman crée Geopolitical Futures. Précédemment, en 1996, il avait fondé Stratfor, un influent média digital également consacré aux affaires internationales. Enfin, Georges Friedman est l’auteur de nombreux livres dont le best-seller The Next 100 Years (Les 100 ans à venir), publié en 2009 et loué pour la justesse de ses prédictions. 

************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :