MEMORABILIA

« LA DISSOLUTION DE GI N’EST QU’UN COUP POLITIQUE DU GOUVERNEMENT » JÉRÉMIE PIANO.

Scroll down to content

Gérald Darmanin a annoncé samedi 13 février avoir lancé la procédure de dissolution de Génération Identitaire. Une dissolution préparée depuis plusieurs semaines et qui s’inscrit dans la lutte contre le séparatisme. Jérémie Piano est un porte-parole du mouvement. Entretien.

PartagePartager sur facebook Partager sur twitter Partager sur linkedin Partager sur email

© DR

Le ministère de l’Intérieur vous a signifié une procédure de dissolution. En quoi consiste cette décision, et quelles sont ses conséquences concrètes ?

Le ministre de l’Intérieur a monté un dossier contre nous, nous accusant d’incitation à la haine et de constitution de milice pour nos actions et nos propos. La procédure de dissolution est enclenchée. Désormais nous avons dix jours pour répondre au réquisitoire. À cette issue, ils décideront de la dissolution ou non de Génération identitaire. Logiquement, ils décideront la dissolution. Si c’est effectivement le cas, nous ferons appel. De fait nous serons dissous mais, nos avocats, Gilles-William Goldnadel en tête, feront appel. Dans quelques mois, les juges statueront et pourront — ou non — casser la décision du gouvernement. C’est vraisemblablement ainsi que la procédure devrait se passer.

Que répondez-vous quant au motif de « provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence envers une personne ou un groupe de personnes en raison de leur origine » ? 

Pour l’incitation à la haine, les services de Gérald Darmanin s’appuient sur l’occupation du toit du chantier de la mosquée de Poitiers, en 2012. Action pour laquelle nous avions eu un procès et finalement, aucune condamnation (pour vice de procédure, NDLR). 

Dans les Pyrénées, le préfet avait lui même reconnu que nous n’avions rien commis d’illégal. Le dossier est donc vide juridiquement. Si nous sommes jugés sur le droit, nous gagnerons

De la même façon, ils nous reprochent la « constitution de milice » en s’appuyant sur les actions menées dans les Alpes et dans les Pyrénées. Nous avions été relaxés pour celles-ci. Dans les Pyrénées, le préfet avait lui même reconnu que nous n’avions rien commis d’illégal. Le dossier est donc vide juridiquement. Si nous sommes jugés sur le droit, nous gagnerons. Ça n’est qu’un coup politique du gouvernement.

La dissolution de Génération identitaire va de pair avec celle de plusieurs organisations islamistes. Vous considérez-vous comme une victime collatérale et surtout médiatique d’une opération politique de la part de Gérald Darmanin ?

Absolument. Le gouvernement a la volonté de contre-balancer les récentes décisions prises contre les islamistes. Il a pris des mesurettes contre eux dans le cadre de la loi anti-séparatisme. Il a, du coup, reçu énormément de critiques de la part de la Gauche. Le gouvernement tente donc un rééquilibrage avec son aile gauche. Pour la satisfaire, il s’en prend aux Français qui sont contre l’immigration, il s’en prend à Génération identitaire. Et, on l’a vu, les premiers à se réjouir de cette dissolution sur les réseaux sociaux sont les militants de la France Insoumise, du Parti socialiste, du Printemps républicain, etc. Le gouvernement cède aux pressions de la Gauche.

Avec la dissolution d’un groupe comme Génération identitaire, la liberté d’expression est-elle encore garantie en France ?

Non. Les Français sont contre l’immigration. Si on regarde les sondages, une très large majorité des Français pense que la lutte contre l’immigration clandestine est une priorité. Trois statistiques : 75% des Français disent « penser que la lutte contre l’immigration clandestine est importante ou prioritaire » (Sofres, janvier 2018). 75% des Français sont pour la « préférence nationale » (IFOP ,2019). 75% des Français veulent un référendum sur « l’immigration massive » (IFOP, avril 2018).

Génération identitaire va de pair avec la volonté des Français. Toutes nos actions étaient en phase avec ces aspirations. Nos missions « Defend Europe » étaient contre l’immigration clandestine. Pour la préférence nationale, nous avions mené une action sur le toit de la CAF de Seine Saint-Denis, alors même que celle-ci figure dans le réquisitoire du gouvernement. On nous accuse d’être pour la préférence nationale, et cela figure parmi les motifs de notre dissolution, alors même que nous partageons l’avis d’une majorité de Français.

Lire aussi : Thaïs d’Escufon : « Nous voulons montrer qu’en étant organisés, il est possible de protéger nos frontières »

Nous représentons les aspirations des Français et le gouvernement ne le tolère pas. Il ne veut pas voir la critique des Français sur l’immigration et ne peut pas admettre que Génération identitaire est en première ligne sur ces sujets. En s’en prenant à Génération identitaire, le gouvernement s’en prend directement aux Français. C’est une atteinte très grave à la liberté d’expression et à la liberté d’association. Dissoudre une association ou un mouvement politique parce qu’il ne vous plaît pas ou parce qu’il vous critique, ça s’apparente à une dictature.

La dissolution du CCIF était justifiée : l’organisation a tenté d’imposer la charia. Nous, nous n’avons jamais été condamnés et nous représentons l’avis des Français. C’est hallucinant. Le gouvernement parle de séparatistes islamistes et de « séparatistes de droite », mais la différence c’est que nous, nous sommes en phase avec les Français. Il y a donc une dérive inquiétante du gouvernement Macron qui s’en prenait déjà au libertés publiques dans le cadre de la lutte contre la covid. Oui, c’est une dérive.

La dissolution parait inévitable. Comment poursuivre le combat de Génération Identitaire ?

On aura la dissolution dans un premier temps. Puis, dans dix jours, nos avocats vont tout faire pour casser cette décision et obtenir réparation. À la fin de la bataille juridique, si les juges politiques maintiennent la dissolution de Génération identitaire, les Français continueront de porter ces idées et combats différemment. Ce n’est pas parce que GI sera dissoute que les Français changeront d’avis sur les questions d’immigration. Au contraire. Le combat mené par les identitaires continuera sous d’autres formes. La lutte continuera de plus belle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :