MEMORABILIA

Sciences Po: «Les dignitaires du nivellement»

 Réservé aux abonnés

L’éditorial du Figaro, par Laurence de Charette.

Que la diversité a bon dos quand elle sert l’entre-soi! Il y a une dizaine d’années disparaissait Richard Descoings, leader charismatique du prestigieux Sciences Po, laissant derrière lui quelques controverses sur les supposés bienfaits de la discrimination positive et sur sa rémunération. Pris dans la tourmente de l’affaire Duhamel, son successeur, Frédéric Mion, est aujourd’hui acculé à la démission, accusé d’avoir protégé cet ami éminent à qui il devait tant et dont il connaissait manifestement les agissements. Rue Saint-Guillaume, les manifestations contre l’«omerta» et le «patriarcat» des étudiants pleins des idées de progrès dont il était le promoteur ont vite rendu impossible le maintien à la tête de l’école de celui qu’ils ont cessé d’appeler le «roi Mion».

Voilà que les murs de Sciences Po tremblent. Car les coupables affaires de mœurs mettent en lumière les rouages et les dérives de cette gouvernance de caste permissive, qui a aussi progressivement fait d’un fleuron de l’enseignement supérieur le temple des manifestations «inclusives», des prêches intersectionnels et des théories victimaires.

Le scandale a révélé les liens malsains qui ont uni une poignée de puissants prêts aux compromissions pour perpétuer le système qui les servait. Entre-soi au sommet, «diversité» pour les élèves! Oligarchie pour les dignitaires, discrimination positive pour les autres! Tel fut le drôle de credo du petit réseau qui tenait Sciences Po. Sans doute l’ascenseur social aurait-il pu trouver de meilleurs défenseurs…

Au service de ses préceptes politiques, le club endogène, occupé à combattre la «domination» des «privilégiés» en asseyant la sienne, a troqué la sélection par le mérite contre la boîte à outils progressiste du moment: recrutements hors concours, suppression de l’épreuve de culture générale et, enfin, du concours. De «semaine queer» en «hidjab day», fallait-il vraiment faire de Sciences Po le cheval de Troie de toutes les déconstructions pour le rapprocher du peuple? La question, si essentielle, du renouvellement des élites et de leur capacité à emmener les Français vers l’avenir ne mérite-t-elle pas mieux que ces grands dévoiements?

************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :