MEMORABILIA

Joël Séria: « Aujourd’hui, ce serait impossible de tourner Les Galettes de Pont-Aven! »

Scroll down to content

Entretien avec Joël Séria

par Yannis Ezziadi – 25 février 2021. CAUSEUR

Joël Séria. © HANNAH ASSOULINE

Aujourd’hui, il ne pourrait plus tourner Les Galettes de Pont-Aven. Son objectif à lui était de faire du cinéma, pas de la morale. Mais après « Balance ton porc » et dans l’ambiance générale de bien-pensance, ce genre de cinéma populaire et un peu cru est tout simplement impossible.


Joël Séria, au cinéma, ça éclabousse, « ça mitraille sec ». Pas de langue de bois ! Dans ses films, une jolie fille « mérite bien son petit coup de chevrotine » et si une petite pépée rend Marielle complètement dingo, c’est parce qu’elle « sent la pisse et pas l’eau bénite ». Dans son œuvre, on croise un type jaloux qui file une « avoinée » à une bonne femme qui a essayé de le doubler, des jeunes filles qui séduisent des messieurs, on parle de youpins et de petits culs, accoudés au comptoir en formica, en s’enfilant un petit blanc comme de bien entendu. Dans les films de Séria, on est souvent représentant de commerce, réparateur de frigo chez Frigolux, bouchère ou boulangère et on y parle la France des années 1970. La langue n’est pas de bois, mais de chair.

Morale: « Si j’avais 20 ans aujourd’hui… je ne sais pas ce que je ferais, ça fait peur »

Mais attention, ces petites gens qu’il met en scène ne sont jamais vulgaires ! Crus très souvent, grossiers parfois, mais Séria leur prête sa singulière poésie populaire, sa gouaille lyrique et musicalement composée… Et lorsque la voix qui donne vie à cette prose joyeusement fleurie est celle de Jean-Pierre Marielle, on frise l’orgasme ! Joël Séria est un homme du passé. Un passé dont l’insouciance et la liberté de ton font aujourd’hui rêver.

 J’ai eu des acteurs tellement grandioses ! Marielle, Carmet, Galabru, Pieplu… 

J’imaginais l’homme ronchon et réac, je me trompais. J’ai rencontré un petit garçon de 84 ans la tête dans les étoiles et les lèvres toujours prêtes à sourire. Un homme doux et sincère, un peu dépassé par le nouveau monde qu’il a du mal à comprendre tant il lui paraît absurde et qui l’inquiète tant il efface à grande vitesse tout ce qu’il a chéri, à commencer par la liberté et l’insouciance qui sont la grammaire de ses films.

Causeur. Pensez-vous qu’aujourd’hui vous pourriez tourner Les Galettes de Pont-Aven ou Comme la lune ?

Joël Séria. Oh non… ce serait impossible. Avec « Balance ton porc » et « Metoo », ce serait un scandale. Je trouve ahurissant tout ce qui se passe. Je ne comprends pas trop… On dirait que les féministes d’aujourd’hui détestent la drague. Des femmes font des scandales parce qu’on leur a touché le bras. Dans ces conditions, il n’y a plus rien de possible entre les hommes et les femmes, c’est tout. Vous imaginez si elles voyaient mes films ? Marielle leur touche un peu plus que le bras ! À la réflexion, plus personne n’oserait faire une comédie avec du cul. Or, il faut avouer que je suis très porté là-dessus. On me tomberait dessus.

Vous avez raison. Pour autant, il faut regarder la réalité dans son entièreté. Aujourd’hui, pour beaucoup de jeunes, Les Galettes de Pont-Aven est un film culte qui leur donne la nostalgie de cette époque de liberté qu’ils n’ont pas connue. En effet, malgré le politiquement correct totalitaire, les vraies gens continuent de parler entre eux de manière politiquement incorrecte. Les garçons parlent des filles comme vos personnages. Or le cinéma dit « populaire » d’aujourd’hui, soumis à la bien-pensance et à la morale, est déconnecté de la vraie vie, des vrais désirs sexuels, des vrais sentiments humains.

Et le pire, c’est l’autocensure ! Les réalisateurs ne se battent pas contre des censeurs, ils se soumettent à l’air du temps. Je crois qu’aujourd’hui, je n’essaierais même pas de faire des films. C’est décourageant.

Vouliez-vous provoquer, faire scandale avec vos films ?

Non, pas vraiment. Je ne leur trouvais rien de scandaleux. Comme je vous l’ai dit, j’ai toujours été très porté sur la chose, alors j’ai fait des films qui parlaient de ça ! Vous savez, à 17 ans, je me suis barré de chez mes parents et installé direct à Pigalle ! C’était le paradis pour moi. J’étais toujours fourré dans un bar à putes qui s’appelait le Nebraska. Il y avait une petite pépée pour qui j’avais le béguin. Elle me faisait monter gratuit ! Alors vous voyez…  Mes films à tendance érotique, je les ai faits sincèrement sans trop me poser de question. D’ailleurs, à l’époque, ça n’a pas tellement choqué. Même pour Marie-poupée (1976) où un homme fétichiste, incarné par André Dussollier, déguise sa très jeune femme de 17 ans en poupée afin de la déshabiller comme un jouet et qui fait ensuite la même chose à une petite fille, je ne pensais pas que c’était scandaleux et personne ne le pensait. On ne se disait même pas « c’est un pédophile ». Vous qui êtes jeune, ça doit vous paraître incroyable et provocateur. À l’époque, j’ai eu de très bonnes critiques dans la presse.Jeanne Goupil, dans le film de Joël Séria, Marie-poupée (1976). © Georges Pierre/Bridgeman imagesJeanne Goupil, dans le film de Joël Séria, Marie-poupée (1976). © Georges Pierre/Bridgeman images

Aujourd’hui, on vous ferait deux reproches. D’abord de faire rire, par exemple, avec un type qui par jalousie « file une avoinée à sa femme ». On vous accuserait, peut-être à raison, de plaisanter avec les violences conjugales, donc de les banaliser sans les condamner. Ensuite, on dénoncerait votre absence de morale. Vous ne pourriez parler d’un homme qui fantasme sur une fillette que pour le condamner en disant : « Hou ! Regardez ! Ce type est un méchant pédophile ! C’est une ordure ! »

Sans doute, mais justement, je n’ai pas fait du cinéma pour faire la morale. Comme beaucoup d’artistes de mon époque, je faisais passer l’art avant la morale. Sinon, j’aurais fait autre chose ! Aujourd’hui, le cinéma français est mort. Si j’avais 20 ans aujourd’hui… je ne sais pas ce que je ferais, ça fait peur.

A lire aussi: Bambi: « Désormais l’idée de se moquer d’eux-mêmes ne viendrait même plus à l’esprit de nos comiques »

L’autre problème du cinéma français est que les réalisateurs n’aiment plus les acteurs. On ne voit presque plus de grands numéros d’acteurs au cinéma ! Autrefois, Pagnol semblait écrire, non seulement pour porter une histoire à l’écran, mais aussi pour faire rayonner Raimu, pour le faire exploser ! Comme Cassavetes avec Gena Rowlands ! Comme Carné et Prévert avec Arletty ! Ou comme vous avec Marielle ! Du reste, ce n’est pas que les réalisateurs n’aiment pas les acteurs, ils en ont peur. Faire exploser un grand acteur à l’écran, c’est prendre le risque qu’il dépasse le film. Où sont passés les monstres sacrés ? Qui est aujourd’hui le grand acteur comique ? Qui a remplacé Jouvet ? Qui a remplacé de Funès ? D’ailleurs, question piège, si vous tourniez aujourd’hui Les Galettes de Pont-Aven, qui prendriez-vous pour jouer le rôle que vous aviez offert à Marielle ?

Je ne sais pas… (Très long silence…) Je ne sais vraiment pas. Attendez … (Encore un long silence…) Non, je ne vois pas.

Et les dialogues ? Il n’y a plus de dialogues au cinéma ! Quand on regarde un film de Duvivier dialogué par Charles Spaak ou un film de Carné dialogué par Prévert ou Jeanson, on est bouleversé par les dialogues. C’est de la littérature ! C’est de la poésie ! D’ailleurs, même des types comme Anouilh et Marcel Achard écrivaient des dialogues pour le cinéma. En tant qu’acteur, quand je regarde vos films, je me dis toutes les cinq minutes : « J’aurais adoré dire cette réplique ! » J’aurais adoré dire : « Creuse-toi bien, là. Ah ton cul, ton cul… c’est mon génie ! »« Un cul de bonne femme ! Il est magnifique ! Je vais le peindre en vert, en bleu, en rouge, en jaune. J’y passerai des jours, des nuits, des mois s’il le faut ! »« Regarde-moi la raie de son cul ! Il est quand même plus beau que la face de la vierge, non ? »

Vous connaissez bien dites donc ! Marielle n’a jamais changé un seul mot de mes dialogues. Enfin si, une seule fois. Il a refusé de dire, en parlant d’Angela : « C’était pas de la merde qu’elle chiait elle, c’était de la neige… » Je ne sais pas pourquoi, il n’a jamais voulu dire cette réplique. Sinon, il n’a jamais changé une virgule. Je sais qu’il se régalait avec les dialogues que je lui écrivais. Il était vraiment heureux de tourner mes films. Et moi j’étais tellement heureux d’avoir Marielle ! Mes dialogues prenaient une dimension incroyable avec lui. Vous avez raison, aujourd’hui je ne vois pas qui pourrait faire sonner mes répliques comme il le faisait. C’est vrai quand j’y pense… J’ai eu des acteurs tellement grandioses ! Marielle, Carmet, Galabru, Pieplu… c’est tout une époque. Ce n’étaient pas n’importe qui ! C’étaient des mecs hors du commun, des personnages.Tout est devenu tellement sage, tellement triste.

Que manque-t-il aux acteurs d’aujourd’hui ?

Une dimension. Une folie. Un mec comme Marielle avait une dimension supplémentaire, ça saute aux yeux, c’est écrasant. C’est ce qui fait qu’un acteur appartient à la race des très grands. À l’époque, il y avait même des seconds rôles qui étaient de sacrées personnalités, avec leur diction particulière, leur voix, leur gueule ! Aujourd’hui la France de mes films, la France populaire des bistrots de province, est en train de disparaître. Je suis heureux d’avoir connu cette époque.

***********Joël Séria. © HANNAH ASSOULINE

One Reply to “Joël Séria: « Aujourd’hui, ce serait impossible de tourner Les Galettes de Pont-Aven! »”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :