MEMORABILIA

Plan de relance de Joe Biden: «Quoi qu’il en coûte?»

L’éditorial du Figaro, par Gaëtan de Capèle.

Par Gaëtan De Capèle. LE FIGARO, 26 février 2021

Des dollars comme s’il en pleuvait! De mémoire d’économiste, le plan de relance massif proposé par Joe Biden à l’Amérique pour conjurer la crise sanitaire dépasse tout ce qui avait été imaginé jusqu’ici. Le nouveau président des États-Unis entame son mandat carnet de chèques au vent: 1 900 milliards à distribuer sous forme d’allocations chômage, d’aides au logement, de soutien aux collectivités et aux États, etc., en attendant une seconde salve au printemps.

En France, où la dépense publique tient lieu de politique économique, pareille débauche de moyens fait rêver. Aux États-Unis – y compris parmi les amis de Joe Biden – et chez les experts, elle suscite de nombreuses questions teintées d’inquiétude. Un tel flot d’argent ne risque-t-il pas de mettre l’économie en surchauffe? D’entraîner une hausse des prix mal maîtrisée? De faire remonter les taux d’intérêt? En plein sauve-qui-peut économique face à la crise du Covid, on jugera ces préoccupations déplacées. Ce n’est pas l’avis des marchés financiers, ces girouettes moutonnières et sans états d’âme, qui montrent pour la première fois des signes de fébrilité. Ni des banquiers centraux, qui tiennent l’économie mondiale à bout de bras depuis des années et n’ont aucune envie de voir l’édifice se lézarder.

Nous n’en sommes heureusement pas encore là. Mais ces péripéties invitent à s’interroger sur les limites du «quoi qu’il en coûte». Chez nous comme ailleurs, le financement de l’économie sur fonds publics atteint des
sommets. L’État prend à ce point tout en charge que, en dépit d’une récession historique l’an dernier, l’Insee nous apprend que le pouvoir d’achat a augmenté! Or, cette pompe d’argent public est alimentée par un recours massif à l’endettement, rendu possible par des taux d’intérêt nuls, voire négatifs. Certains, persuadés que ce miracle de l’argent gratuit est durablement installé dans le temps, poussent à toujours plus de dépenses. Les premiers nuages au-dessus de l’Amérique devraient au contraire inciter à la prudence.

*************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :