MEMORABILIA

« Un Blanc ne peut pas savoir ce qui se passe dans la tête d’un Noir » (sic)

NOUS SOMMES NULS

L’auteur de cette phrase définitive est chercheur au CNRS.

Benoît Rayski. ATLANTICO 28 février 2021.

Son nom : Pascal Blanchard. Il s’était déjà fait remarquer par une audacieuse comparaison. Selon lui, l’accusation d’islamo-gauchisme est du même tonneau que celle de judéo-communisme des années 30. Comme quoi, les heures les plus sombres de notre Histoire peuvent encore rendre service…

Nous nous autorisons à écrire que sa phrase « un Blanc ne peut pas savoir ce qui se passe dans la tête d’un Noir » est erronée. En effet, le Blanc que je suis sait parfaitement ce qui se passe dans la tête d’un Noir quand il m’aperçoit. Il me voit tenant dans une main un fouet et dans l’autre des chaînes.

Avec comme projet de l’envoyer cueillir le coton dans les plantations de Virginie. Mais le Noir sait-il se qui se passe dans la tête d’un Blanc quand ils se rencontrent ? Le Blanc tremble car il a peur. Peur d’être vu comme un raciste et un esclavagiste. Alors il met un genou à terre et demande pardon pour les crimes de ses ancêtres.

Il nous plaît de continuer dans la voie défrichée par Pascal Blanchard. Un Blanc sait-il se qui se passe dans la tête d’un Asiatique ? Non, car ils semblent très énigmatiques. Nous devons donc apprendre au Blanc que l’Asiatique voit en lui un descendant des Occidentaux qui ont massacré les Boxers à l’aube du siècle dernier.À LIRE AUSSINouvelle purge « Woke » au New York Times 

Stimulés par les propos de Pascal Blanchard, nous n’allons pas nous arrêter là. Un Juif sait-il ce qui se passe dans la tête d’un Goy quand il est en face de lui ? Le Goy voit en lui un descendant de l’usurier Shylock et quelqu’un qui égorge les enfants chrétiens pour faire avec leur sang du pain azyme. Et que pense le Juif quand il est confronté à un Goy ? Qu’il a devant lui un pogromiste ou un SS pourvoyeur des chambres à gaz.

Comme vous voyez, Blancs, Noirs, Jaunes, Juifs, Goys, nous ne sommes apparemment pas faits pour nous comprendre.

Deux certitudes toutefois : le CNRS est devenu le réceptacle de la bêtise la plus abyssale. Et nous n’avons aucun doute sur ce qui se passe dans la tête de Pascal Blanchard.

*************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :