MEMORABILIA

ROBERT MÉNARD : « LA DISSOLUTION DE GÉNÉRATION IDENTITAIRE EST UN ABUS DE POUVOIR »

Scroll down to content

Gérald Darmanin a annoncé la dissolution de Génération identitaire. Si le mouvement va lancer plusieurs recours pour faire annuler le décret, beaucoup de personnalités politiques ont déjà réagi à cette décision. Le maire de Béziers Robert Ménard considère qu’il s’agit d’« un abus de pouvoir ». Entretien.

PartagePartager sur facebook Partager sur twitter Partager sur linkedin Partager sur email

En quoi la dissolution de Génération identitaire est-elle un « abus de pouvoir », comme vous l’avez dit sur Twitter ?

La dissolution de Génération identitaire est un abus de pouvoir parce qu’elle ne s’appuie sur rien ! Je vous rappelle que ce qui vaut aujourd’hui à Génération identitaire d’être dissous, ce sont des actes qui se sont déjà produits l’année dernière et qui n’ont valu aucune condamnation à aucun membre du mouvement. Ils ont fait une action dans les Alpes sans que la justice ne les condamne à quoi que ce soit. Ce qu’ils font est parfaitement légal. On peut ne pas partager ce que dit Génération identitaire ou ne pas apprécier leur style, on peut trouver qu’ils sont des provocateurs, mais ce qu’ils disent et ce qu’ils font ne posent aucun problème juridique. 

S’il faut dissoudre GI parce qu’ils disent non à l’immigration, alors il faut dissoudre le peuple français qui dans son immense majorité dit exactement la même chose 

En voulant leur dissolution, que veut faire le ministre de l’Intérieur ? Il veut renvoyer dos à dos les uns et les autres, en tapant tout à la fois sur les islamistes et de l’autre côté. Mais qui tue les gens ? Qui menace l’unité de notre pays ? Ce n’est pas GI, ce sont les islamistes. C’est invraisemblable. C’est une attitude insupportable. S’il faut dissoudre GI parce qu’ils disent non à l’immigration, alors il faut dissoudre le peuple français qui dans son immense majorité dit exactement la même chose !

Que pensez-vous de GI ? Dans quelle mesure partagez-vous leurs combats ?

Je partage une partie de ce qu’ils disent. Je peux ne pas être d’accord avec un certain nombre de leurs analyses mais en aucune manière ils ne troublent l’ordre public ou sont un danger pour la république. Ils ne menacent pas la démocratie. Et même si j’étais en désaccord complet avec eux, je dirais avec la même indignation dans la voix mon opposition à cette dissolution. Les gens qui se targuent de la liberté d’expression, qui se targuent d’être voltairiens avec cette fameuse et sûrement apocryphe citation : « Je ne suis pas d’accord avec vous mais je me battrai pour que vous puissiez le dire » ; c’est le moment pour eux de le dire ! S’il s’agissait de gens de gauche, alors je protesterais également. C’est le b.a.-ba de ne pas accepter le raisonnement de monsieur Darmanin. Il est scandaleux !

S’agit-il d’une pure stratégie politique de la part du gouvernement ?

Absolument ! Il s’agit de taper de part et d’autre et de renvoyer le terme extrémiste pareillement des deux côtés. C’est odieux. Comment oser dire que GI est une menace ? Il faut m’expliquer ce qu’ils menacent. Je ne crois pas que ce soit GI qui ait tué des gens depuis des années. Pardon, mais ce sont des islamistes qui tuent des gens depuis des années. Je ne crois pas que le journaliste de Reims qui s’est fait tabasser l’a été par des gens de Génération identitaire. 

Lire aussi : Génération identitaire : « C’est maintenant la bataille juridique qui commence »

Mais monsieur Darmanin incarne le « en même temps » macronien : une fois, il fait allégeance à la droite en disant un certain nombre de choses, et ensuite il fait allégeance à la gauche. Il chercher à s’adresser à tout le monde. Or aujourd’hui, ce sont les islamistes qui menacent ce pays et personne d’autre.

Clément Martin, porte-parole du mouvement, nous expliquait s’inquiéter que de telles décisions du gouvernement puissent se reproduire pour toute organisation de droite. Vous inquiétez-vous pareillement de ces potentielles dérives ?

Bien-sûr qu’il y a une dérive. Aujourd’hui c’est GI, mais qui demain ? Encore une fois, tous ces gens qui disent être attachés à la liberté d’expression devraient plus que jamais se manifester ! Il n’y a besoin de partager ni les idées, ni les modes d’action de GI pour se scandaliser de ce que fait le ministre. Tous les démocrates, de droite comme de gauche, devraient réagir. Je regrette mais je ne vois ni n’entends beaucoup de gens protester. Il faut montrer que cela n’est pas une affaire de camp : si c’était la gauche ou l’extrême gauche qui était visée de façon ignominieuse, je protesterai de la même façon. Peut-être est-ce parce que je me suis battu en étant le patron de Reporters sans frontières pendant plus de vingt ans pour défendre des gens dont je ne partageais pas le quart des idées. Mais ils ont le droit d’avoir leurs idées !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :