MEMORABILIA

« La France terre d’accueil: l’agresseur du photographe de Reims avait déjà été condamné huit fois!.. « 

Scroll down to content

Et il était toujours en liberté. Et toujours en France bien qu’Algérien

parBenoît Rayski – 5 mars 2021 CAUSEUR

Gérald Darmanin en déplacement à Beauvais le 5 mars 2021 © Ludovic MARIN / AFP

Anes Said K, 21 ans, est enfin en prison. Il aurait dû y être depuis longtemps et en tout cas expulsé. Des juges bienveillants et scrupuleux en ont décidé autrement.

C’est lui qui dans un déchainement glauque et bestial de violence a massacré le photographe de l’Union de Reims. Celui-ci est toujours dans le coma. Comme il s’agit d’un
journaliste, Darmanin s’en est soucié et a demandé une enquête approfondie sur son cas estimant qu’il y avait eu des failles dans la gestion de Anes Said K.

Un titre de séjour obtenu en Espagne

Nous pouvons l’aider à les trouver. À 13 ans Anes Said K était arrivé en France venant d’Espagne. De nationalité algérienne, il avait obtenu là-bas un titre de séjour. Puis avec sa famille il est parti pour la France. Entre notre pays et l’Espagne il n’y a plus de Pyrénées… Ainsi le veulent les Accords de Schengen.

A lire aussi, Gilles-William Goldnadel: Dissolution de Génération Identitaire: «Même sur le plan politicien, je ne trouve pas ça malin!»

La valeur n’attendant pas le nombre des années, son parcours judiciaire a commencé au Tribunal pour enfants de Bobigny. Ensuite déménagement à Reims. Et là, devenu majeur, il a continué sur la voie empruntée à Bobigny. Ces deux dernières années, il a écopé de huit condamnations : vols, trafic de stupéfiants, violences en réunion. Les juges étaient habitués à le voir. Et pour le revoir ils ont pensé qu’il ne fallait pas le mettre en prison où il aurait échappé à leur affection.

La responsabilité des juges questionnée

On ne connait pas les peines auxquelles il a été condamné, le procureur de Reims n’ayant pas communiqué sur cette question. On peut supposer qu’elles étaient assorties d’un sursis. Mais est-ce qu’un sursis tient en cas de récidive ?

A lire aussi, Anne-Sophie Chazaud: Des “valeurs de la République” à géométrie variable

On sait en revanche, d’après le procureur de Reims, que ces peines étaient « aménageables ». C’est-à-dire commuées en travaux d’intérêt général. C’est d’ailleurs pour s’être soustrait à l’une de ces obligations qu’Anes Said K a passé quand même trente jours en prison.

Ce qui au regard de ses huit condamnations n’est pas excessif. L’a-t-on expulsé ensuite ? Les policiers le connaissaient bien. Ils ont fait leur travail en l’arrêtant à plusieurs reprises. Les juges eux aussi le connaissaient bien. Vous trouvez que les juges ont fait leur travail ?

À voir aussi, le regard libre d’Elisabeth Lévy

« Le photographe agressé à Reims été victime de notre folie migratoire »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :